Samedi 19 Janvier 2019

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Ligue des champions d’Afrique : LE STADE MALIEN CONDAMNÉ A L’EXPLOIT

Battus 1-0 par l’ASEC, samedi au stade Modibo Keïta, les Blancs n’ont plus le choix : ils doivent aller s’imposer au retour à Abidjan pour franchir le cap des seizièmes de finale et se qualifier pour la phase de poules de la C1

Cruelle fin de match pour le Stade malien ! Alors que l’équipe de Sotuba dominait outrageusement l’ASEC Mimosas, poussait et poussait pour marquer au moins un but, elle se fait piéger sur un contre et s’incline dans les arrêts de jeu (but d’Amed Touré, 90è min+1).

Le coup est dur pour les Blancs, mais aussi pour les supporters qui commencent à vider les gradins, convaincus que les protégés du coach Nouhoum Diané ont raté le coche et, peut-être, une nouvelle occasion de se qualifier pour la phase de poules de la Ligue des champions. Car, pour espérer vaincre le signe indien et devenir le premier club malien à participer à la phase de poules de la C1, ils sont condamnés à s’imposer lors de la manche retour, prévue samedi à Abidjan. Autrement dit, le représentant malien devra faire ce qu’il n’a pas réussi à faire à Bamako, c’est-à-dire, marquer des buts et gagner.

 Question : Moussa Koné «Koffi» et ses coéquipiers ont-ils les moyens de renverser la vapeur à Abidjan, après avoir été défaits à domicile par les Mimosas ? Disons-le sans ambages, c’est difficile de répondre par l’affirmative et les espoirs de qualification des Blancs sont désormais très minces. Mais il reste encore 90 minutes à jouer et les protégés du coach Nouhoum Diané peuvent encore y croire.

Battre l’ASEC à Abidjan est possible, mais pour espérer réaliser un tel exploit, les Blancs devront obligatoirement revoir la copie de ce qu’ils ont montré, samedi au stade Modibo Keïta, surtout sur le plan offensif. Cela est d’autant plus vrai, que c’est dans ce compartiment de jeu que le Stade malien a failli, gaspillant un nombre incalculable d’occasions nettes de but.

 Certes, l’équipe de Sotuba a fait une entrée timide dans le match, mais au fil des minutes, le keeper-capitaine Djigui Diarra et les siens ont pris les choses en main et se sont créés les meilleures occasions de la partie. Evoluant dans un 4-3-3 classique, les Blancs ont obtenu plus d’une demi-douzaine d’occasions, mais à chaque fois, ils ont confondu vitesse et précipitation devant les buts adverses ou buté sur l’arrière-garde des Mimosas.

En première période, on a ainsi, noté cette frappe de Sékou Gassama repoussée des deux poings par le gardien de l’ASEC, Abdoul Karim Cissé (19è min) et cette énorme occasion de Moussa Koné «Koffi», idéalement lancé par un partenaire  et qui réussira à éviter la sortie du gardien ivoirien pour ensuite se faire chiper le cuir par un défenseur revenu en catastrophe (22è min). Ce sera les deux occasions les plus dangereuses de la première période.

Au retour des vestiaires, les joueurs de l’ASEC font montre de bonnes dispositions sur le terrain. Les visiteurs jouent mieux et portent incessamment le danger dans le camp du Stade malien, à l’image de cette tentative de l’ailier gauche, Abdoul Tapsoba qui expédie un missile à côté des buts de Djigui Diarra (57è min).

 Cette alerte a eu le mérite de réveiller les joueurs de Nouhoum Diané qui répliquent peu après l’heure de jeu : suite à un corner décomposé, Mamadou Coulibaly est à deux doigts d’ouvrir le score mais sa tête trouve le poteau (63è min). Quelques minutes plus tard, le même Mamadou Coulibaly, servi dans la profondeur, perd son duel avec le gardien ivoirien Abdoul Karim Cissé (71è min).

 A la 78è minute : rebelote, Mamadou Coulibaly (encore lui) tire sur le gardien adverse qui repousse le cuir.  Le Stade malien installe le siège dans le camp de l’ASEC mais ne parvient pas à trouver la faille. Le but flottait dans l’air et tout le stade Modibo Keïta pensait que la défense des Mimosas allait craquer.

Malheureusement, c’est le contraire qui se produira, avec ce contre assassin de l’équipe visiteuse, conclue par Amed Touré (90è min +1, 0-1).  Un scénario cruel pour les Blancs, même si le coach Nouhoum Diané admet, volontiers, le manque de réalisme de ses joueurs devant les buts adverses. «La plupart du temps, nous avons produit le jeu, contrôlé le match et obtenu les meilleures occasions. Malheureusement, nous avons été inefficaces sur le plan offensif et pire, on prend un but dans les arrêts de jeu», a regretté l’entraîneur stadiste, Nouhoum Diané.

 Il ajoutera : «Ce qui nous est arrivés est cruel mais ce n’est pas une raison de baisser les bras. Nous allons continuer à croire en nos chances, l’ASEC n’a pas mieux joué que nous».

Pour le milieu de terrain stadiste, Sadio Kanouté, c’est la déception. «Nous sommes déçus, nous avons mis toutes les chances de notre côté pour pouvoir faire un bon résultat à domicile. Mais rien n’y fait. Il reste un match retour à jouer, on sait qu’on doit tout faire pour renverser la vapeur.  L’ASEC a réussi son coup à Bamako, c’est une bonne équipe mais on va se donner à fond pour ramener la qualification d’Abidjan», promet Sadio Kanouté. L’entraîneur des Mimosas, Amani Yao César a félicité ses joueurs pour leur victoire à l’extérieur, mais en technicien avisé, il ajoutera que «rien n’est encore fait». «Nous sommes venus pour faire un bon match, tactiquement, nous avons bien défendu. Victoire 1-0 à l’extérieur, c’est bon à prendre, il reste un autre match à jouer à Abidjan. C’est cette manche retour qui est décisive», a indiqué Amani Yao Cesar.

Ladji M. DIABY

 

Samedi 154 décembre au stade Modibo Keïta

Stade malien-ASEC : 0-1 But de Amed Touré (90è min +1) Arbitrage du Tunisien Youssef Essrayri, assisté de ses compatriotes, Ymen Malloulchi et Hassen Abdalali.

Commissaire : Marcelin Gaha Djiadeu (Cameroun).

Stade malien : Djigui Diarra (cap), Issaka Samaké, Yacouba Doumbia, Fodé Keïta, Souleymane Coulibaly, Aly Déssé Sissoko, Sadio Kanouté, Sékou Konaté (Mamadou Coulibaly, 53è min), Sékou Gassama, Moussa Koné (Ali Badra Sylla, 62è min), Oumar Traoré. Entraîneur : Nouhoum Diané.

 ASEC Mimosas : Abdoul Karim Cissé, Kalpi Ouattara, Oumar Sako, Ousmane Meïté, Patrick Malo (cap), Issa Sanogo,  (Yaya Dosso, 89è min), Hamed Diomandé, Mohamed Lamine N’Dao, Abdoul Tapsoba (Amed Touré, 76è min), Braciano Tabi Willy (Alphonse Yao Kouamé, 64è min), Yathomas Gonazo Bi. Entraîneur : Amani Yao Cessar.

Source : l’Essor

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

« Prix Oumar Diallo » 3e édition

Presse (écrite/numérique) et radio

Termes de référence du concours – Modalités générales

Lire la suite

Coup d'gueule

Adame Ba Konaré, à propos de l’hécatombe perpétrée sur les Peuls : « La formidable cohésion a pris un grand coup et un tournant tragique »

Dans une publication, Pr Adame Ba Konaré, ancienne première dame et marraine de l’association Tabital Pulaaku internationale, dénonce les crimes perpétrés contre les communautés peules.

Pour moi, il s’agissait d’ancrer les communautés peules encore mieux dans des cadres étatiques soucieux d’harmonie sociale entre l’ensemble de leurs citoyens regroupés dans une communauté de destin.

Lire la suite

Blog

Lettre ouverte de Doumbi Fakoly à IBK : « La malédiction des Morts et des Vivants s’ébranle »

Ibrahima Boubacar Keïta le sais-tu ? La Spiritualité est la gestion du rapport du Monde Invisible au Monde Visible ; car les deux dimensions du temps et de l’espace sont imbriquées l’une dans l’autre ; tout événement dans l’une a des répercussions dans l’autre.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Cette chronique a 10 ans

18 Janvier 


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

18 Janvier

© Dépêches du Mali 2012 - 2019