Vendredi 17 Août 2018
Bannière FISST

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

CAN-féminine : LES AIGLES DAMES EN BALLOTAGE FAVORABLE

Après avoir arraché le nul 2-2 à Abidjan, face à la Côte d’Ivoire, la sélection nationale féminine a toutes les cartes en main pour se qualifier pour la phase finale de la CAN, dimanche au stade Modibo Keïta

Il n’y a donc pas eu de vainqueur dans le choc entre la Côte d’Ivoire et le Mali. Mercredi au stade Félix Houphouët Boigny, les deux sélections se sont neutralisées 2-2, au compte du match aller des éliminatoires de la CAN-féminine, Ghana 2018. Aux buts des deux canonnières des Aigles Dames, Hawa Tangara (7è min) et Bassira Touré (47è min), ont répondu Binta Diakité sur penalty (39è min) et Fatou Coulibaly (90è min+3). Ce résultat est une bonne opération pour le Mali, même si l’on peut regretter cette égalisation des Ivoiriennes dans les arrêts de jeu. Avec un peu de concentration, les protégées du sélectionneur Mohamed Saloum Coulibaly «Houssey» auraient pu éviter ce but et revenir au Mali avec les points de la victoire.

Mais le fait déjà d’avoir réussi à marquer deux buts à l’extérieur et arracher le nul est une belle performance que la sélection nationale féminine devrait bonifier à Bamako, lors de la manche retour, prévue ce dimanche au stade Modibo Keïta.

En tout cas, la capitaine-keeper, Fatoumata Karentao et ses coéquipières ont fait un grand pas vers la qualification pour la phase finale et on imagine mal l’équipe se faire éliminer à domicile, après avoir accroché l’adversaire 2-2 chez lui. Cela est d’autant plus vrai qu’un nul 0-0 ou un 1-1 suffit aux Aigles Dames pour valider leur ticket pour la grande messe du football continental.

Pour revenir à cette première manche qui a eu pour cadre le stade Félix Houphouët Boigny, il n’y a pas eu de round d’observation entre les deux sélections. Dès le coup d’envoi de la partie, les protégés de Mohamed Saloum Coulibaly ont pris la direction des opérations. Dominatrices, elles ouvrent logiquement le score grâce à la canonnière Hawa Tangara qui frappe à la 7è minute (1-0 pour le Mali).

Les Aigles Dames gardent l’avantage au tableau d’affichage jusqu’à la 39è minute, avant de concéder un penalty qui sera transformé par Binta Diakité (1-1). A la reprise, les joueuses du technicien Houssey maintiennent la pression sur leurs adversaires qui plient une deuxième fois sous les coups de patte de Bassira Touré. A la conclusion d’un beau mouvement collectif, l’attaquante des Aigles Dames transperce l’arrière-garde ivoirienne et marque dans un silence de mort au stade Félix Houphouët Boigny (2-1, 47è min).

On connaît la suite : les Maliennes feront la course en tête jusque dans les arrêts de jeu, (but de Fatou Coulibaly à la 90è min +3). La rencontre était donc à portée de main des Aigles Dames et la capitaine-keeper Fatoumata Karentao et ses coéquipières peuvent nourrir quelques regrets malgré le nul prometteur qu’elles ont obtenu hors de leur base. On attend donc une confirmation, dimanche au stade Modibo Keïta et la sélection nationale féminine a toutes les cartes en main pour franchir le cap des Ivoiriennes.

«Je suis très fier et très content ce soir (mercredi, ndlr). Malgré quelques lacunes, les joueuses ont livré une belle partie contre la Côte d’Ivoire. Sur l’ensemble du match, on méritait les trois points, je félicite l’équipe pour sa prestation», a réagi Houssey, après la rencontre. Le technicien malien ajoutera : «Ce n’est que partie remise, on aura la qualification à domicile. Je remercie le ministre des Sports, Jean Claude Sidibé pour sa présence au stade Je n’oublie non plus les Maliens d’Abidjan qui sont venus nombreux au stade pour encourager les filles».

La capitaine-keeper de la sélection nationale, Fatoumata Karentao affiche également son optimiste pour la suite des événements. «Je suis très contente tout comme mes coéquipières. On voulait gagner ici mais Dieu en a décidé autrement. Ce n’est pas grave, on fera tout pour confirmer ce résultat à Bamako, dira-t-elle. En tout cas, notre objectif est et restera la qualification et nous allons tout donner pour l’avoir. Je lance un appel aux supporters de venir nous soutenir, dimanche au stade Modibo Keïta», insistera Fatoumata Karentao.

A l’instar du Mali, le vice-champion d’Afrique, le Cameroun a pris une bonne option sur la qualification à la phase finale, en allant s’imposer 5-0 à Brazzaville face au Congo Brazzaville. Le champion d’Afrique, le Nigeria a dominé la Gambie 1-0 à Banjul, alors que l’Algérie a battu l’Ethiopie 3-1.

C’et sur ce même score que l’Afrique du Sud et Zimbabwe se sont imposés face, respectivement au Lesotho et à la Zambie, alors que la Guinée Equatoriale est allée gagner 2-1 au Kenya. La phase finale de la CAN-féminine se déroulera du 15 novembre au 1er décembre 2018, à Accra au Ghana.

Djénèba

BAGAYOKO

 

Mercredi 6 juin au stade Félix Houphouët-Boigny

Côte d’Ivoire-Mali : 2-2

Buts de Binta Diakité (39è min s.p.), Fatou Coulibaly (90è min+3) pour la Côte d’Ivoire; Hawa Tangara (7è min), Bassira Touré (47è min) pour le Mali.

Arbitre : Aurore Christelle (Bénin) assistée de ses compatriotes, Nafissatou Yekini Shitou et Sonia Louis.

Commissaire : Oumou Banouna (Guinée).



L’EQUIPE DU MALI : Fatoumata Karentao (cap), Coulouba Sogoré, Aissatou Diadhiou, Aicha Samaké, Fatoumata Doumbia, Salimata Diarra, Binta Diarra, Fatoumata Diarra, Aïssata Traoré, Hawa Tangara, Bassira Touré.

Entraîneur : Mohamed Saloum Coulibaly.

Source : l’Essor

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Abdoulaye Konaré, malien de l’extérieur, à propos du second tour de la présidentielle au Mali : « Si les maliens acceptent ce résultat fabriqué au nord, nul doute qu’IBK se fera remplacer en 2023 à la tête de l’Etat par son Karim Keita »

Blog

L’irrécusabilité du juge constitutionnel : Vers la naissance d’un Dieu au Mali !

« Le juge, gardien de la règle de droit, pacificateur social, protecteur des droits, régulateur des institutions autant de qualificatifs que l’on puisse accorder à un être humain fort et fragile fait de ténèbres, d’orgueil et d’erreurs

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

C'est quoi un facilitateur ? (rediffusion)

17 Août


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Ibrahim Boubacar Keïta réelu

17 AOût

© Dépêches du Mali 2012 - 2018