Dimanche 19 Août 2018
Bannière FISST

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Fédération malienne de basket-ball : HAROUNA B. MAÏGA DÉVOILE SA FEUILLE DE ROUTE

Si le nouveau patron du basket-ball malien, Harouna Boubacar Maïga n’a pas évolué au haut niveau, force est d’admettre qu’il a gravi tous les échelons, avant d’être porté à la tête de la Fédération malienne de basket-ball (FMBB), le 29 avril 2018.

Né d’un père footballeur Boubacar Maïga qui a porté les couleurs du Djoliba et d’une mère ancienne basketteuse internationale, Aminata Fofana «La Pantha, le nouveau président de la FMBB, 45 ans (il est né le 19 novembre à 1973 à Kayes) a, en effet, commencé à jouer au basket-ball, dès son jeune âge, avec l’équipe du lycée Prosper Camara, la défunte équipe de la BIAO (actuelle BIM-SA) et l’AS Mandé dont il a été capitaine pendant plusieurs années.

Il faut dire que Harouna Boubacar Maïga est issu d’une famille de sportifs, puisque sa sœur cadette Hamchétou Maïga a été l’une des meilleures joueuses de l’histoire du basket-ball malien et que Aïssata B. Maïga fait aujourd’hui les beaux jours de l’Attar club de Kidal. S’ajoutent à la liste les deux arbitres internationaux de basket, Awa «Dem» Maïga et Youssouf Maïga.

«Je suis né dans une famille de sportifs, j’ai pratiqué plusieurs disciplines, mais c’est au basket-ball que j’ai évolué à un certain niveau», fait remarquer Harouna Boubacar Maïga, en précisant qu’il a signé sa première licence avec la défunte équipe de l’AS BIAO et qu’il a été membre fondateur et premier capitaine de l’AS Mandé. Après la disparition de l’équipe de l’AS BIAO, Harouna Boubacar Maïga rejoindra le Djoliba où il retrouvera quelques amis d’enfance. «J’ai joué au Djoliba, mais je n’ai pas signé de licence avec cette équipe», précisera celui qui a occupé le poste de trésorier général de la FMBB, avant de devenir président de la fédération. Harouna Boubacar Maïga place son mandat sous le signe de la continuité et du renforcement des acquis. «Je place mon mandat sous le signe de la continuité, le bureau sortant a fait un travail extraordinaire. On va essayer d’achever le travail. La formation à tous les niveaux reste l’un des chantiers les plus importants, nous allons également poursuivre la politique de promotion du basket-ball à la base», annonce le nouveau patron du basket-ball national.

Harouna Boubacar Maïga poursuivra : «Nous sommes en train de voir comment doter les différentes régions en mini-salles de gymnase, renforcer les capacités de nos clubs pour leur permettre de participer aux compétitions africaines.

Aussi, nous souhaitons développer le basket 3X3, le handisport et mettre l’accent sur le partenariat avec les entreprises maliennes. Nous avons besoin du soutien de tous les amoureux du basket-ball et de toutes les bonnes volontés pour atteindre ces objectifs. Notre ambition est de faire autant sinon mieux que le bureau sortant qui, sous la houlette de Me Jean Claude Sidibé, a obtenu des résultats qui font aujourd’hui la fierté de tout le pays. Il faut maintenir le cap», complètera Harouna B. Maïga. Sur le plan professionnel, le nouveau président de la fédération a occupé plusieurs postes de responsabilité à la caisse d’épargne Piyeli et à la Banque malienne de solidarité (BMS-sa), avant d’être nommé conseiller technique du directeur général de la BMS-sa en avril 2016. Marié et père de deux enfants, Harouna Boubacar Maïga aime la musique, la lecture et le jeu de scrabble.

Seïbou S.KAMISSOKO

Source : l’Essor

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Abdoulaye Konaré, malien de l’extérieur, à propos du second tour de la présidentielle au Mali : « Si les maliens acceptent ce résultat fabriqué au nord, nul doute qu’IBK se fera remplacer en 2023 à la tête de l’Etat par son Karim Keita »

Blog

L’irrécusabilité du juge constitutionnel : Vers la naissance d’un Dieu au Mali !

« Le juge, gardien de la règle de droit, pacificateur social, protecteur des droits, régulateur des institutions autant de qualificatifs que l’on puisse accorder à un être humain fort et fragile fait de ténèbres, d’orgueil et d’erreurs

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

C'est quoi un facilitateur ? (rediffusion)

17 Août


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Ibrahim Boubacar Keïta réelu

17 AOût

© Dépêches du Mali 2012 - 2018