Vendredi 20 Avril 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Basket-ball, championnat national : LE STADE MALIEN DAMES EN DÉMONSTRATION

Réal-Sigui, en hommes, était l’une des affiches de la deuxième journée du championnat national. La rencontre s’est disputée, le samedi 10 février au Palais des sports Salamatou Maïga.

Les deux équipes avaient gagné, chacune, lors de la première journée (le Sigui face au Stade malien et le Réal contre l’AS Police, ndlr) et leur confrontation était placée sous le signe de la confirmation. Considérés comme les favoris de la rencontre, les Réalistes ont fait honneur à leur statut, en s’imposant 73-57, au terme d’un match maîtrisé dans l’ensemble.

Le premier quart temps a été quelque peu serré, en atteste le score de la partie (14-11 pour le Réal). Au deuxième quart temps, les Réalistes creusent l’écart et portent le score à 36-24, soit 12 points d’avance. A la reprise, les protégés de Zoumana Coulibaly continuent sur la même lancée et bouclent tranquillement le troisième quarts temps (48-41). Le reste de la rencontre ne sera qu’une simple formalité pour le Réal qui s’impose, largement 73-57. «Je ne suis pas très content de cette victoire, mais je pense que l’équipe pouvait faire mieux. Elle n’a pas évolué à son meilleur niveau, mais l’essentiel était de gagner», commentera l’entraîneur réaliste, Zoumana Coulibaly, avant de marteler que son objectif est de terminer sur le podium. Le technicien du Sigui, Moussa Koné imputera la défaite de ses joueurs à la fatigue. «Nous sommes arrivés à Bamako à 4 heures du matin pour jouer à 14 heures. Ce n’était pas du tout facile. Les joueurs étaient fatigués, le match aurait dû être reporté», dira-t-il, tout en avouant que son équipe a péché sur le plan défensif. «On a péché en défense, les jeunes ont très mal défendu», pointera le technicien.

Après la rencontre Réal-Sigui, trois rencontres se sont déroulées au Palais des sports Salamatou Maïga. En dames, le Stade malien et l’AS Police ont battu, respectivement l’USFAS (105-72) et la Commune III (78-55), alors que le Stade malien Messieurs s’est imposé 77-70, devant l’USFAS. «Je suis très content, mes joueuses ont fait honneur à leur rang», a souligné le technicien stadiste, Sory Diakité, alors que son homologue de l’AS Police, Boubacar Kanouté se projette, déjà, vers la course au titre. «Je félicite mes joueuses qui viennent de signer une deuxième victoire d’affilée, en autant de sorties. C’est un bon signe pour la suite de la compétition. Cette année, nous nous sommes fixés comme objectif de remporter le titre de champion. Nous continuerons à travailler très dur pour atteindre cet objectif», dira Boubacar Kanouté. Au stade du 26 Mars, chez les hommes, le Djoliba a battu le Centre Bintou Dembélé 66-41, alors que la J. A. s’est promenée 60-50 devant l’USM de Koutiala. Chez les dames, Attar club de Kidal s’est racheté de sa défaite de la première journée, en infligeant un cinglant 68-44 au Réal.

 

Boubacar THIERO

Les résultats

Hommes

Réal-Sigui : 73-57

Stade malien-USFAS : 77-70

Djoliba-CBD : 66-41

J. A.-USM : 60-50

Dames

AS Commune III-AS Police : 57-78

Stade malien-USFAS : 105-72

Réal-Attar club : 44-68

Source : l’Essor

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Choguel Kokala Maïga est complice dans le massacre de 200 enfants du Mali le 26 mars 1991 », Dixit Aguibou Koné, ancien de l’AEEM et candidat à la présidentielle 2018

« Choguel Maïga ? Un complice passif des massacres qui doit sa liberté au choix de la réconciliation nationale décidée après le 26 mars; car trop de gens étaient mouillés dans le massacre des enfants du Mali : plus de 200 morts en 4 jours, des milliers de blessés.

Lire la suite

Blog

« Si nous disons la vérité en faisant preuve d'humilité et de bon sens, le Mali va se redresser »

La classe politique dirigeante depuis 1960 y compris Moussa Traoré lui même est celle formée par l'USRDA. Que l'ADEMA et ses partis fils aient imposé une culture de parti unique de fait, ne doit étonner personne, pas plus que leur corruption.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

V comme faire le vide

20 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

20 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2018