Vendredi 20 Juillet 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Mise en place du CONOR : FIN DU SUSPENSE AUJOURD’HUI ?

Comme annoncé, les émissaires de la FIFA sont arrivés à Bamako, hier en début d’après-midi pour la mise en place du Comité de normalisation (CONOR).

La délégation est composée de quatre membres : le directeur régional du bureau FIFA de Dakar, le Sénégalais El Hadj Wack Diop, le directeur des Associations membres et du Développement Afrique-Caraïbes de la FIFA, le Suisse d’origine congolaise, Verone Monsengo-Omba, la responsable des Associations membres des pays francophones de la FIFA, Segbé Pritchett et le médiateur de la FIFA l’Ivoirien Jacques Anoumah.

Selon nos sources, les émissaires de la FIFA ont été accueillis à leur arrivée à l’Aéroport international Président Modibo Keïta Sénou par le secrétaire général de la Fédération malienne de football (FEMAFOOT), Ségui Kanté. De l’aéroport, indiquent les mêmes sources, les émissaires de la FIFA (Verone Monsengo-Omba et Segbé Pritchett) se sont rendus, directement, au ministère des Sports où ils ont été reçus en audience par le ministre des Sports, Me Jean Claude Sidibé.

Après cette rencontre, la délégation regagnera son hôtel à l’ACI 2000 pour une séance de travail avec les deux autres émissaires, à savoir El Hadj Wack Diop et Jacques Anoumah.

Selon le programme communiqué par une radio étrangère, les émissaires de la FIFA devaient, ensuite se rendre au siège de la FEMAFOOT pour la mise en place du CONOR. Mais au passage de notre équipe de reportage à l’instance dirigeante du football national vers 17h, il n y avait aucun mouvement sur les lieux. Interrogé, un employé de la FEMAFOOT indiquera que l’avion de Véron Mosengo-Omba et Segbé Pritchett est arrivé en retard et que «la mise en place du CONOR n’aura probablement pas lieu aujourd’hui» (hier, ndlr). Il précisera que le secrétaire général de la FEMAFOOT n’était pas présent à la rencontre du ministre des Sports avec les émissaires de la FIFA.

A la question de savoir si la FEMAFOOT et le ministère des Sports avaient élaboré la liste de candidats pour le poste de président du CONOR, notre interlocuteur dira : «je ne saurai répondre à cette question».

Depuis l’annonce par la FIFA de la mise en place du CONOR, plusieurs noms circulent et deux anciens ministres figurent parmi les personnes qui auraient été contactées par le ministère des Sports et la FEMAFOOT. Il s’agit de l’ancien ministre de l’Information et de la Communication, ancien directeur général de l’AMAP et chroniqueur, Gaoussou Drabo et de l’ancien ministre de la Jeunesse et des Sports, Adama Koné. Nous avons tenté de joindre les deux anciens ministres, hier mais en vain. D’autres noms sont également cités, dont l’ancien ministre de la Justice, Malick Coulibaly et l’ancien président du Stade malien de Bamako, Mahamadou Samaké «Samdjèma».

Ce que l’on sait pour le moment, c’est que le CONOR sera composé d’une demi-douzaine de membres et aura pour missions principales de relire les textes de la FEMAFOOT et d’organiser une nouvelle élection. La FIFA a, également, précisé que la durée de la mission sera de quatre mois, c’est-à-dire, de janvier à avril. Autre précision importante : Vérone Mosengo-Omba et Segbé Pritchett avaient, déjà, effectué une première mission au Mali en novembre. C’est à l’issue de cette mission que la FIFA a, justement, décidé d’invalider l’élection de Mamoutou Touré «Bavieux», à la tête de la FEMAFOOT et de mettre en place le CONOR.

 

Souleymane B.

TOUNKARA

Source : l’Essor

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Concours Media INPS, 1ère Edition

Blog

Présidentielle 2018 : Quand les dénouements et les nouements précèdent le scrutin

Le Mali est dans une phase très importante de sa vie politique. Bientôt le premier tour de l’élection présidentielle. Pour la campagne présidentielle, nous y sommes déjà. D’un coté, nous assistons à des séparations ou divisions et de l’autre, des ralliements et coalitions. Ce qui importe est le pourquoi de ces dénouements et nouements ? Pour quelle fin ?

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Il faut maigrir (rediffusion)

19 Juillet


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Pourquoi Donald Trump semble-t-il si conciliant avec Vladimir Poutine?

19 Juillet

© Dépêches du Mali 2012 - 2018