Lundi 21 Janvier 2019

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Crise du Football : LE MINISTRE DES SPORTS CONFIRME LA MISE EN PLACE DU CONOR

«J’ai tenté un dernier baroud d’honneur hier (mercredi 3 janvier, ndlr) pour trouver une solution à l’amiable dans la crise du football, mais je n’ai pas réussi. Toutefois, je suis parvenu à calmer les esprits, à apaiser les cœurs.

J’ai eu des discussions franches et fructueuses avec les belligérants. Le CONOR (Comité de normalisation, ndlr) sera donc mis en place. La mise en place de ce comité est un échec pour nous tous, mais on va y aller parce que c’est une décision de la FIFA».

C’est par ces propos que le nouveau des Sports, Me Jean Claude Sidibé a confirmé la mise en place du CONOR, hier lors de sa toute première rencontre avec la presse. Le nouveau patron du département des Sports a indiqué qu’il a effectué plusieurs échanges avec les protagonistes de la crise mais sans succès. «Les deux parties (le camp de Mamoutou Touré et celui de Salaha Baby, ndlr) m’ont promis de se parler, elles ne sont pas d’accord sur l’essentiel mais nous sommes des Maliens et chez nous on se parle et on discute», dira Me Jean Claude Sidibé. «Notre sport roi est malade de nous les dirigeants sportifs, de notre égoïsme et du fait que chacun veut être président. Ce qui fait que c’est difficile de trouver un consensus. Depuis plusieurs années, toute sorte d’autorités ont intervenu pour régler le problème du football sans jamais y parvenir», martèlera le nouveau ministre des Sports.

Pour Me Jean Claude Sidibé, la mise en place du comité de normalisation est un échec mais il espère sur la victoire, à l’issue du travail du CONOR. «Nous allons vers l’échec dans un premier temps pour réussir. La victoire viendra quand le CONOR aura réussi à mettre en place un collège électoral», répétera le ministre Sidibé, en assurant que «le CONOR sera composé de personnes respectées et respectables, totalement indépendantes du ministère des Sports et des protagonistes de la crise». «Elles n’auront aucun parti pris à faire. Nous devons accompagner le CONOR pour que le travail soit bien fait dans le délai imparti, soit le 30 avril prochain», insistera Me Jean Claude Sidibé.

Le ministre des Sports a aussi demandé à la presse de calmer le jeu. «Les protagonistes ont accepté de calmer le jeu. Il faut qu’au niveau de la presse, on prône l’apaisement», plaidera Me Jean Claude Sidibé qui a décidé de rendre visite aux équipes dès la semaine prochaine. «J’ai décidé de sillonner les terrains d’entraînement des équipes, dès le lundi pour porter la même parole. Tant qu’on ne se parle pas, rien ne marchera. Quel que soit le vainqueur quand le CONOR aura fini son travail, il est obligé de travailler avec les autres parties. Ils sont tous des dirigeants du sport», conclura Me Jean Claude Sidibé.

 

Ladji M. DIABY

Source : l’Essor

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

« Prix Oumar Diallo » 3e édition

Presse (écrite/numérique) et radio

Termes de référence du concours – Modalités générales

Lire la suite

Coup d'gueule

Adame Ba Konaré, à propos de l’hécatombe perpétrée sur les Peuls : « La formidable cohésion a pris un grand coup et un tournant tragique »

Dans une publication, Pr Adame Ba Konaré, ancienne première dame et marraine de l’association Tabital Pulaaku internationale, dénonce les crimes perpétrés contre les communautés peules.

Pour moi, il s’agissait d’ancrer les communautés peules encore mieux dans des cadres étatiques soucieux d’harmonie sociale entre l’ensemble de leurs citoyens regroupés dans une communauté de destin.

Lire la suite

Blog

Lettre ouverte de Doumbi Fakoly à IBK : « La malédiction des Morts et des Vivants s’ébranle »

Ibrahima Boubacar Keïta le sais-tu ? La Spiritualité est la gestion du rapport du Monde Invisible au Monde Visible ; car les deux dimensions du temps et de l’espace sont imbriquées l’une dans l’autre ; tout événement dans l’une a des répercussions dans l’autre.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Cette chronique a 10 ans

18 Janvier 


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

18 Janvier

© Dépêches du Mali 2012 - 2019