Lundi 15 Octobre 2018
Bannière FISST

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Championnat national 2017 de tennis : Les tennismans de Bamako boycottent la compétition et exigent le départ du président de la fédération

A la tête de la fédération malienne depuis plus de 20 ans, Mohamed Oumar Traoré n’a pas pu atteindre les résultats escomptés.

Face à cette incapacité à promouvoir le tennis malien, le collectif des joueurs de tennis de Bamako a décidé de boycotter le championnat 2017 du tennis pour exiger son départ à la tête de la fédération. Ces joueurs reprochent au présent d’être incapable de résoudre les différents problèmes auxquels le tennis malien est confronté.

Le championnat du tennis  devrait se jouer du 24 au 31 décembre 2017 au tennis clubs de Bamako-coura et tennis Club Stade Omnisport Modibo Kéita de Bamako (TCSO). Si les joueurs régionaux ont commencé la compétition le 24 décembre dernier, tel n’a pas été le cas pour les joueurs du District de Bamako. Ces joueurs qui remportent chaque année le trophée du championnat ont décidé de ne pas prendre part à la compétition. Les raisons évoqués sont en lien avec le président de la fédération malienne de tennis. Les joueurs réunis au sein d’un collectif reprochent au président Mohamed Oumar Traoré de ne pas faire la promotion du tennis une priorité, notamment le rendre professionnel.

Depuis plus de deux ans, les joueurs maliens de tennis n’ont pas participé à une compétition à l’extérieur du pays. Au niveau de la fédération on évoque un manque de moyen. Les infrastructures de tennis sont en état désastreux  dans le District de Bamako et il n ay même pas d’infrastructures dans les régions.

Le président fait semblant de tout mettre en œuvre pour le  développement de tennis malien, au contraire depuis son arrivée à la tête de la fédération en 1997, Traoré n’a posé aucun acte concret allant dans le sens de la promotion de tennis. Des grands projets sur le papier et des beaux discours devant les journalistes, mais en réalité aucune infrastructure ni l’organisation régulière du championnat national.

Actuellement, les jeunes joueurs ne disposent aucun terrain d’entrainement de qualité. De plus, les compétitions sont rarement organisées. Les joueurs reprochent au président de ne jamais respecter ses engagements.

A travers cette action, les joueurs veulent obtenir le départ du président de la fédération à la suite de l’assemblée générale élective prévue le 29 décembre prochain.

Aux dernières nouvelles, les joueurs de Bamako ont décidé d’arrêter la compétition. Le championnat est donc arrêté jusqu’à nouvel ordre. Peut-être après la démission du président ?

Affaire à suivre

Wassolo

Source: Le Débat

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Sory  Ibrahim Guindo, journaliste : « En réponse à la lettre circulaire du ministre des Finance, Boubou Cissé, ordonnant une rétention du salaire des magistrats grévistes, le syndicat des magistrats affirment une sombre affaire de 3,5 milliards CFA disparu à l'hôtel des Finances.

C'est maintenant que nos braves magistrats se sont souvenus de cette scabreuse affaire. Au Mali, chacun défend sa sauce. L'Etat vous paye pour lutter contre la corruption et la délinquance financière, vous vous taisez. Maintenant que l'on menace de vous couper les vivres, vous nous balancer ça ».

 

Blog

« Quand le pays sombre dans la politique politicienne, la démocratie se résume aux luttes électoralistes »

Une petite rétrospective sur la lutte des pères de l’Independence, et du vent de démocratie qui souffla sur l’Afrique dans les années 1990, fait constater aisément l’échec cuisant de toute la classe politique actuelle.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Politique et physique-chimie

15 0ctobre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Louise Mushikiwabo incarnera-t-elle les valeurs de la Francophonie ?

15 Octobre

© Dépêches du Mali 2012 - 2018