Lundi 15 Octobre 2018
Bannière FISST

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Voilà pourquoi Poulo tient à son comité de normalisation pour gérer le football malien : – Le département des Sports doit plus de 760 millions Fcfa à la Fémafoot

– Le Vérificateur général doit fouiller dans les comptes

 A la date du 2 octobre 2017, le département des Sports doit 760 082 506 Fcfa à la Fédération malienne de football durant le mandat de l’ex-président Boubacar Baba Diarra (2013 – 2017).

Il s’agit de la situation des préfinancements effectués en lieu et place du ministère des Sports de certaines charges fixes, notamment la prise en charge à l’extérieur des équipes engagées dans les compétitions africaines, des indemnités des arbitres, des commissaires… Et pourtant, toutes ces dépenses avaient été prises en charge par le ministère de l’Economie et des Finances. Peut-être que ces sous ont été utilisés à d’autres fins puisque le département des Sports n’arrive jusqu’à présent à rembourser cet argent. Voilà pourquoi le ministre Housseyni Amion Guindo tient toujours à la mise en place de son Comité de normalisation afin d’effacer toutes ces traces. Face à cette situation, il est nécessaire d’auditer les comptes du Département.

Suite à ces révélations faites lors de l’Assemblée générale élective de la Fédération malienne de football (Fémafoot) tenue les 8 et 9 octobre dernier, on sait pourquoi les relations entre l’Inspecteur général de Police Boubacar Baba Diarra, ex-président de la Fémafoot et l’actuel ministre des Sports, Housseyni Amion Guindo, étaient très tendues. En effet, le département des Sports s’est toujours rabattu sur l’instance dirigeante du football malien pour financer certaines dépenses. Il s’agit de certaines charges fixes lors des matches internationaux et des compétitions interclubs de la Confédération africaine de football (Caf) que la Fémafoot finance en lieu et place du ministère dirigé par Poulo, en attendant de se faire rembourser par ledit ministère.

Ce préfinancement concerne d’une part les indemnités des arbitres, des Commissaires et de leurs extras. D’autre part, c’est la prise en charge à l’extérieur des équipes engagées dans les compétitions africaines.

Durant le mandat de quatre ans (2013-2017) de Boubacar Baba Diarra, le montant dû par le département des Sports à la Fédération malienne de football s’élève à la somme de 760 082 506 Fcfa. Ce montant se chiffrait à 788 846 870 Fcfa. Mais, il y a été déduit la somme de 28 764 364 Fcfa reçu de la Caf le 3 avril 2015, au titre du remboursement des frais de transport internationaux dans le cadre des compétitions de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2015 qui s’est déroulée en Guinée Equatoriale.

Avant de quitter la tête de la Fédération malienne de football lors de la dernière Assemblée générale élective, Boubacar Baba Diarra a informé le ministre des Sports de cette situation dans une correspondance en date du 2 octobre 2017.

S’agissant de cette affaire de préfinancements, le plus gros montant s’élève à 210 199 500 Fcfa et concerne la prise en charge des quatre clubs (Djoliba, Csk, Cob et Avenir de Tombouctou) qui ont été relégués en deuxième division après avoir signé trois forfaits lors de la phase aller du championnat national Ligue 1 Orange (2014-2015). Suite à la médiation de l’Assemblée nationale, ces clubs ont été finalement maintenus en Ligue 1. Le hic est que le gouvernement avait pris l’engagement de prendre en charge les frais supplémentaires de ces équipes, qui s’élevaient à plus de 210 millions Fcfa. Finalement, ces frais ont été pris en charge par la Fémafoot.

Il y a aussi la prise en charge de l’Irm des Aiglonnets du Mali et Psma (primes) des joueurs d’un montant de 18 356 000 Fcfa ; la prise en charge des Onze Créateurs lors du tour préliminaire de la Coupe Caf au Maroc d’un montant de 4 396 315 Fcfa ; la prise en charge du Djoliba AC lors des quarts de finale de la Coupe Caf en Egypte (6 150 000 Fcfa). Sans oublier la prise en charge des Aigles du Mali au Maroc pour un montant de 19 719 444 Fcfa ; la prise en charge du Stade Malien de Bamako en République Démocratique du Congo (RDC) pour 14 615 775 Fcfa ; le transport de l’équipe nationale féminine du Mali en Guinée Equatoriale (22 242 500 Fcfa), l’hébergement de l’équipe nationale féminine à l’hôtel Olympe pour 24 312 750 Fcfa ; les frais de prise en charge des Aigles du Mali au Maroc dans le cadre des préparatifs de la CAN 2017 pour un montant de 29 143 898 Fcfa.

Ce n’est pas tout. On peut citer, entre autres, la prise en charge du salaire du Manager général des Aigles du Mali, Fousseiny Diawara (il est devenu l’entraineur adjoint) la location des véhicules 4×4 de l’ancien sélectionneur des Aigles du Mali, Alain Giresse….

En tout cas, aucune de ces dépenses n’a été remboursée par le ministère des Sports qui doit les supporter dans son budget. Pourquoi n’ont-elles pas été remboursées ? La question reste suspendue à toutes les lèvres et mérite vraiment une réponse claire.

A présent, tous les regards sont tournés vers le ministre de l’Economie et des Finances, Dr Boubou Cissé, qui doit fouiller dans les comptes du département des Sports afin de voir très clair sur cette situation de préfinancements par la Fédération malienne de football car une question en appelant une autre, on se demande où sont partis les sous afférents à ces opérations au niveau du ministère des Sports.

Après tout le tollé entretenu autour de l’argent du sport en général et du football en particulier, il serait bon que le Vérificateur général fasse un tour au ministère des Sports où la gestion des ressources, restée toujours opaque, a été maintes fois décriée.

C’est pour toutes ces raisons que le ministre Poulo veut, coûte que coûte, la mise en place d’un Comité de normalisation en vue de gérer le football malien pour qu’il puisse avoir une mainmise sur les ressources financières de la Fédération. Il avait tenté en vain quand Boubacar Baba Diarra fut président de la Femafoot. Après le départ de ce dernier, beaucoup de gens pensaient que la crise du football allait se terminer. Mais, hélas. Poulo est toujours dans son jeu de mettre le Comité de normalisation. Depuis bientôt dix jours, son département avait dit à qui voulait l’entendre qu’il aura le Conor et que la Fifa a envoyé une correspondance dans ce sens. Malheureusement pour lui, aucune lettre n’a été envoyée à la Fédération pour notifier la mise en place du Conor. On tend vers une autre humiliation du premier responsable du sport malien, qui a vraiment montré ses limites.

Aujourd’hui, le ministre des Sports, Housseiny Amion Guindo, semble avoir de sérieux problèmes avec son directeur des finances et du matériel dans la gestion de l’Afrobasket sénior féminin que le Mali a abrité en août dernier. D’ailleurs, jusqu’à présent, certains prestataires courent toujours derrière leur dû. C’est le cas de trois hôtels, à savoir Grand Hôtel, Columbus et Olympe International, qui ont hébergé les différentes délégations et certains officiels. Ils réclament plus de 342 millions de Fcfa au département des Sports. Selon nos informations, cet argent a été aussi utilisé dans d’autres activités.

A.B. HAÏDARA

Source : Aujourd'hui-Mali  16 Déc 2017

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Sory  Ibrahim Guindo, journaliste : « En réponse à la lettre circulaire du ministre des Finance, Boubou Cissé, ordonnant une rétention du salaire des magistrats grévistes, le syndicat des magistrats affirment une sombre affaire de 3,5 milliards CFA disparu à l'hôtel des Finances.

C'est maintenant que nos braves magistrats se sont souvenus de cette scabreuse affaire. Au Mali, chacun défend sa sauce. L'Etat vous paye pour lutter contre la corruption et la délinquance financière, vous vous taisez. Maintenant que l'on menace de vous couper les vivres, vous nous balancer ça ».

 

Blog

« Quand le pays sombre dans la politique politicienne, la démocratie se résume aux luttes électoralistes »

Une petite rétrospective sur la lutte des pères de l’Independence, et du vent de démocratie qui souffla sur l’Afrique dans les années 1990, fait constater aisément l’échec cuisant de toute la classe politique actuelle.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Politique et physique-chimie

15 0ctobre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Louise Mushikiwabo incarnera-t-elle les valeurs de la Francophonie ?

15 Octobre

© Dépêches du Mali 2012 - 2018