Mardi 12 Décembre 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Lettre du directeur national des sports au segal de la Femafoot : Ibrahim Fomba se trompe et outrepasse ses prérogatives

Le directeur national des Sports, M. Ibrahim Fomba, a adressé le lundi dernier deux lettres au secrétaire général de la Fédération malienne de football (Fémafoot), M. Ségui Kanté.

Les deux correspondances ont l’allure d’une sommation. Malheureusement, elles mettent en évidence la partialité du ministre des Sports, Housseyni Amion Guindo et démontrent à suffisance sa culpabilité dans la crise du football malien. Dommage que le directeur national des Sports (Dns), Ibrahim Fomba, un magistrat de surcroît, se laisse entrainer dans le sillage désastreux de son ministre. Pourtant, un magistrat est censé être un administrateur qui a une certaine assise intellectuelle pour analyser les tenants et les aboutissants d’un problème posé. Aujourd’hui, l’évolution de la crise que connait notre football n’est plus un problème d’homme, mais le fruit de la haine, d’un désamour d’un groupuscule qui ne pense qu’à son intérêt. Face à de tels agissements, le football malien continuera de souffrir et l’avenir de nos jeunes sera toujours pris en otage par la volonté des dirigeants administratifs qui ne pensent qu’à assouvir leurs désirs.

La première lettre qu’il a envoyée est relative à la désignation des clubs aux compétitions africaines. Dans ladite correspondance, le Dns demande au secrétaire général (Ségal) de la Femafoot de communiquer les noms du Stade malien de Bamako et du Djoliba AC pour la ligue des champions, l’As Réal et les Onze Créateurs en coupe CAF. Et ce, au plus tard le 28 novembre dernier. Pour terminer, il met le destinataire en demeure pour l’exécution correcte des instructions données. Alors questions : le Dns est-il dans son rôle ? Sur quelle base s’est-il donné ces prérogatives ?

Au moins il aurait pu demander au Ségal de la Femafoot, compte tenu de la situation qui prévaut, de se conformer aux statuts et textes de la Femafoot pour désigner les clubs devant représenter le Mali aux compétitions africaines. Dans ce cas, l’opinion comprendrait qu’il est soucieux des intérêts du pays. Certes le directeur national des Sports a donné des instructions, mais le dernier mot revient à la Femafoot. Le Ségal, en bon administrateur, saura se conformer aux statuts et textes de la Fédération. Et le temps venu, le Dns, Ibrahim Fomba, et son ministre, verront si leurs instructions en la matière ont servi à quelque chose.

Dans la deuxième lettre, le Dns demande au Ségal de prendre des dispositions urgentes pour libérer les bureaux de la Femafoot. Et ce dans les quarante-huit heures à compter du 27 novembre parce qu’il pense que l’occupation des locaux de la Femafoot par le bureau dirigé par Mamoutou Touré dit Bavieux est illégale. Et constitue, selon lui, une violation grave des principes d’équité et d’égalité qui s’imposent à l’Administration. Quelle administration ? Existe-elle une notion de hiérarchie entre la Direction nationale des Sports et la Femafoot ? A la limite, le Département des Sports peut ne pas reconnaitre une Fédération ou lui retirer son mandat de délégation. La preuve ? Pourquoi le ministre des Sports est revenu sur ses décisions quand la Fifa avait suspendu la Femafoot ?

Ce qui s’est passé au lendemain de la notification des deux correspondances démontre à suffisance qu’il y a collusion entre les frondeurs, le Département des Sports et la Direction nationale des Sports. Sinon comment comprendre que 24 heures après les deux correspondances, les frondeurs ont organisé une marche pacifique sur la Femafoot avec comme exigences, les mêmes exprimées par le Dns dans sa deuxième lettre, la mise en place d’un Conor, le départ du Ségal du Secrétariat général ? Un débutant du service des Renseignements Généraux de la Police Nationale ou de la Gendarmerie conclurait que les actions sont coordonnées entre les trois parties. D’autre part, les supporters des clubs favorables au président de la Femafoot se sont réunis. Ils attendent le jour où le Dns décidera de déloger le bureau de Bavieux. Qu’est-ce qu’ils ont décidé comme stratégie de défense ? C’est là toute la question.                     

Source : Aujourd'hui-Mali  1 Déc 2017

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

 IBK à propos de l’argent : "je ne suis pas un homme d'argent et les Maliens le savent »

«  J'ai été le plus pauvre des principaux candidats à l'élection de 2013 et je ne suis pas devenu le plus riche des présidents...Le montant de souveraineté dont je dispose est ridicule...Je pioche dans mes réserves personnelles pour financer des activités sociales. Je déclare mes biens chaque année et je viens de contracter un prêt pour construire une maison...Mon modeste compte (à l'étranger) à l'agence parisienne de la BMCE est débiteur de 137 euros… ». 

Blog

 Paradis fiscaux : quatre pays de l'Union européenne méritent d'être sur liste noire, selon Oxfam

http://depechesdumali.com/blog/paradis-fiscaux-quatre-pays-de-lunion-europeenne-meritent-detre-sur-liste-noire-selon-oxfam/

Alors que la Commission européenne doit dévoiler sa liste noire des paradis fiscaux le 5 décembre, l'ONG prend Bruxelles de court et énumère ce mardi les 35 pays, hors-Union européenne, qui mériteraient d'y figurer.

Après les "SwissLeaks", les "LuxLeaks" et les "Panama Papers"... les révélations récentes des "Paradise Papers" - sur les pratiques d'optimisation (parfois de fraude) fiscale des grandes entreprises et fortunes de ce monde - exercent une pression supplémentaire sur les décideurs politiques. A ce titre, la Commission européenne, désireuse de frapper "au portefeuilles" les fraudeurs, doit dévoiler le 5 décembre sa liste noire des paradis fiscaux.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La santé de Président-Fondateur

11 Décembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Vos questions d'actualité

11 Décembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2017