Samedi 24 Février 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Football : la Fifa ne reconnaît pas le nouveau président de la Fédération malienne

La visite à Bamako des deux émissaires de la Fifa s’est achevée jeudi soir. Comme cela était prévisible, celle-ci n’a pas reconnu l’élection, le 10 octobre dernier, de Mamoutou Touré, dit « Bavieux », à la tête de la Fédération malienne de football (Femafoot).

Elle annoncera la semaine prochaine la mise en place d’un comité de normalisation

La Femafoot version Touré n’aura donc vécu qu’un peu plus de trois semaines. L’élection agitée du successeur de Boubacar Diarra avait été rapidement contestée par Salah Baby, l’autre candidat à la fonction présidentielle. Mercredi 1er et jeudi 2 novembre, les deux émissaires de la Fifa, madame Segbé Pritchett, responsable des Associations membres des pays francophones, et de Monsieur Véron Mosengo-Omba, directeur des Associations membres et du développement Afrique-Caraïbes, ont rencontré les principaux acteurs du dernier feuilleton en date qui anime cette crise du football malien.

À l’issue de l’entretien avec Housseyni Guindo, le ministre des Sports, Jeune Afrique a appris que la Fifa ne reconnaissait par la Femafoot actuelle. L’organisation internationale va demander la déprogrammation pour une durée indéterminée du championnat professionnel, mais cette décision n’empêchera par la sélection nationale de disputer son dernier match qualificatif pour la Coupe du monde 2018 face au Gabon à Libreville le 11 novembre prochain. La commission de la Fifa en charge de ce dossier se réunira lundi à Zurich, au siège de l’instance, et rendra son verdict sans doute dès le lendemain. « Un comité de normalisation va être mis en place pour une durée de six mois. Housseyni Guindo préférait une durée d’un an, mais la Fifa a estimé que six mois devraient être suffisants », explique une source locale.

Ce comité de normalisation, dont le président sera rapidement nommé – le nom de Sidi Diallo, qui avait déjà occupé cette fonction lors de la mise en place du premier comité en mars dernier, est évoqué avec insistance – devra préparer la sortie de la crise. Et donc préparer la prochaine élection au printemps 2018.

Source : Jeune Afrique 03/11/17

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Salif Sanogo, journaliste à BBC Afrique : « …Quoi qu’il en soit »

"Les gens ne sont ni raisonnables, ni logiques, ni généreux. Aime-les, quoiqu'il en soit.

Si tu agis bien, on va t'accuser de le faire avec arrière-pensée. Agis bien quoiqu'il en soit.

Lire la suite

Blog

Doing Business: « un scandale au cœur de la Banque Mondiale »

La démission fracassante de Paul Romer, chef économiste de la Banque Mondiale, suite à ses critiques portant sur le classement Doing Business, fragilise ce rapport qui fait autorité depuis quinze ans.

Lire la suite

« Prix Oumar Diallo » 2e édition

Prix Oumar Diallo, 2ème édition : Tous à La Gare ce jeudi 1er mars

La remise du Prix Oumar Diallo se déroulera ce jeudi 1er mars 2018 à 18h 30 à l’Espace culturel La Gare, sis au Centre commercial - en face de la gare ferroviaire de Bamako. 

Lire la suite

Interview : Ministre des Sports

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La Volonté du Peuple (Rediffusion)

23 Février


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Emission spéciale : développement du Sahel pour lutter contre le terrorisme

23 Février

© Dépêches du Mali 2012 - 2018