Mercredi 13 Décembre 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Mali : 11 candidats pour la présidence de la Femafoot

Le dépôt des candidatures au poste de président de la Fédération malienne de football a pris fin ce 8 août. Ils sont onze sur la ligne de départ, du jamais vu.

La commission électorale pour l’élection du futur président de la fédération malienne de football a annoncé mercredi 9 août une liste de 11 candidatures au poste de président de la Fédération malienne de football, dont l’élection à deux tours est prévue le 8 octobre prochain à Bamako. Parmi ces 11 candidats, les profil sont multiples : anciens joueurs, anciens agents de joueur, journalistes ou encore dirigeants de ligues régionales de football.

Certains noms sont bien connus dans le football malien. D’abord Salaha Baby, considéré comme un des favoris. Il est président de la Ligue de Tombouctou et membre influent du collectif des clubs et des ligues majoritaires. Autre favori annoncé : Mamoutou Touré, premier vice-président de la Femafoot, numéro deux de l’AS Real Bamako et, par ailleurs, directeur administratif et financier de l’Assemblée nationale.

Parmi les autres personnalités qui jouissent d’une certaine renommée au niveau national, on trouve Amadou Mahamane Sangho, ancien joueur du Stella Club d’Abidjan avec lequel il a pris la Coupe de la CAF en 1993 à Abidjan. Devenu depuis journaliste sportif, il occupe aujourd’hui le poste de chargé de mission au sein du ministère malien de la Sécurité intérieure. La liste comprend d’autres journalistes, dont Alassane Souleymane, ancien présentateur de journal à la télévision nationale et porte-parole de la Fédération malienne de football.

Deux mois de campagne

L’élection du futur président de la Femafoot est suivie au plus haut niveau. « D’abord, parce qu’en mars 2017, la fédération a été suspendue de la Fifa après une grave crise entre ses dirigeants et le ministre malien des Sports, puis parce que le football suscite la passion au Mali, et que nous sommes dans une période de turbulences à cause de toutes les manifestions politiques liées au projet de référendum sur la Constitution », nous dit une source proche du dossier.

Pour les candidats, c’est le début d’une campagne de deux mois avant un scrutin dont les électeurs sont les ligues de football, qui détiennent 3 voix, les équipes de la première division et les champions de la deuxième division, ainsi que les associations des arbitres, des entraîneurs et des médecins sportifs, qui ont chacun une voix. « Je vais jouer sur les alliances. Ce qui est sûr, c’est qu’au premier tour, personne ne gagnera, donc tout va se jouer au second », dit Amadou Sangho.

Du côté de Mamoutou Touré, suspecté de jouir du soutien discret du ministre porte-parole du gouvernement, Abdel Kader Konaté, on fait profil bas. « Je ne connais même pas le ministre Konaté, et je fais ma campagne selon mes moyens et mon carnet d’adresse », dit l’intéressé, dit « Bavieux ». Les responsables politiques vont-il réussir à se tenir à distance de cette élection ? Rien n’est moins sûr…

Par Baba Ahmed - à Bamako

Source : Jeune Afrique 11/08/17

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

 IBK à propos de l’argent : "je ne suis pas un homme d'argent et les Maliens le savent »

«  J'ai été le plus pauvre des principaux candidats à l'élection de 2013 et je ne suis pas devenu le plus riche des présidents...Le montant de souveraineté dont je dispose est ridicule...Je pioche dans mes réserves personnelles pour financer des activités sociales. Je déclare mes biens chaque année et je viens de contracter un prêt pour construire une maison...Mon modeste compte (à l'étranger) à l'agence parisienne de la BMCE est débiteur de 137 euros… ». 

Blog

 Paradis fiscaux : quatre pays de l'Union européenne méritent d'être sur liste noire, selon Oxfam

http://depechesdumali.com/blog/paradis-fiscaux-quatre-pays-de-lunion-europeenne-meritent-detre-sur-liste-noire-selon-oxfam/

Alors que la Commission européenne doit dévoiler sa liste noire des paradis fiscaux le 5 décembre, l'ONG prend Bruxelles de court et énumère ce mardi les 35 pays, hors-Union européenne, qui mériteraient d'y figurer.

Après les "SwissLeaks", les "LuxLeaks" et les "Panama Papers"... les révélations récentes des "Paradise Papers" - sur les pratiques d'optimisation (parfois de fraude) fiscale des grandes entreprises et fortunes de ce monde - exercent une pression supplémentaire sur les décideurs politiques. A ce titre, la Commission européenne, désireuse de frapper "au portefeuilles" les fraudeurs, doit dévoiler le 5 décembre sa liste noire des paradis fiscaux.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

A quoi servent les sommets ?

13 Décembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Togo: vers un dialogue?

13 Décembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2017