Mardi 12 Décembre 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Incidents lors du match Mali-Gabon : La défaillance de la Commission Sécurité

Le match qui a opposé le samedi dernier les Aigles aux Panthères du Gabon a été émaillé d’incidents. Les joueurs maliens et leur entraîneur Alain Giresse ont été pris pour cible par des supporters surexcités.

Ils ont eu de la peine à rejoindre les vestiaires. Mais face à ces agissements, force est de reconnaitre que la commission sécurité de la Femafoot a brillé par son manque d’anticipation sur les événements.

On aurait dû éviter ces incidents si la Commission Sécurité avait pris les dispositions nécessaires. Parce que le maintien d’ordre a deux aspects : l’anticipation et la dissuasion. Que sait –il passé ? Au mi temps les Aigles étaient menés au score par le minimum d’un but à zéro. Au moment où les joueurs et les arbitres rejoignaient les vestiaires, ils furent accueillis par une pluie de projectiles provenant des gradins. Les supporters en voulaient aux Aigles, mais plus particulièrement à leur entraineur Alain Giresse, qui a pu s’échapper pour se retrouver à l’intérieur.

Mais les officiels ont été bloqués. Il a fallu que les policiers campés dans les vestiaires interviennent avec leurs boucliers pour qu’ils puissent rejoindre les vestiaires. Ces incidents malheureux sont le fruit du manque de bon sens de la commission sécurité de la Femafoot, dirigée actuellement par le commandant Mohamed Samaké dit Mao, le président Moussa Moriba Traoré se faisant discret et rare dans les stades. Il est évident que la veille du match Mali Gabon a été émaillé d’incidents, d’incompréhension entre la Fédération, le Département des Sports et les Aigles.

La tension était patente. La moindre étincelle pouvait enflammer la cité. Parallèlement à cela, compte tenu de la situation sécuritaire du pays, tous les matches internationaux de Bamako doivent être gérés avec le maximum de dispositions sécuritaires. Malheureusement cette bonne vision a manqué. La preuve est qu’après les incidents du mi temps, quand des policiers ont été déployés dans les gradins, et il n’y a pas eu de problèmes. Qu’est ce qui a empêché la commission sécurité de prendre les mêmes mesures en amont ?

Et le commissaire a failli ne pas ordonner la tenue du match

Quelques heures avant le coup d’envoi, l’officier sécurité de la FIFA, et coordinateur de la CAF, président de la commission d’organisation de la Femafoot, Souleymane Magassouba voudrait rencontrer les officiels du match, pour se rassurer que tout va bien. Mais contre toute attente il aurait été empêché d’accès par le Cdt de la commission sécurité Mohamed Samaké dit Mao, le premier vice président de la Femafoot Mamoutou Touré dit Ba Vieux aurait subi le même sort.

Et quand le commissaire du match le Tunisien Rhida Mohamed Kraiem a été mis au courant de ces agissements au niveau de la commission sécurité, il a piqué une colère. Il a décidé de n’ordonner le coup d’envoi du match tant que notre compatriote n’est pas de retour dans les vestiaires. Il a fallu l’intervention du deuxième vice président de la Femafoot pour que le commissaire du match revienne à de meilleurs sentiments.

Mais pourquoi toute cette extravagance au niveau de la Commission Sécurité ? Finalement le coup d’envoi a été donné dans le calme, sauf que les incidents malheureux ont éclaté à la mi temps. A titre de rappel la Commission Sécurité est dirigée par le Colonel Major Moussa Moriba Traoré. Mais depuis un certain temps il se fait rare et très discret dans la gestion de la commission sécurité de la Femafoot. C’est ainsi que le chef d’escadron Mohamed Samaké dit Mao, membre de la commission et président de la commission sécurité de la ligue du District de Bamako, a pris les choses en main pour suppléer le président.

La Commission Centrale de Sécurité comprend un Président et un Vice Président, membres du Comité Exécutif, et un nombre de membres jugés nécessaires pour l’accomplissement de ses missions. Autrement dit, en plus du président, c’est un corps mixte qui assure le travail (gendarme, police militaire, garde, policier, sapeur pompier). Donc en fonction des attributions des différents corps, chaque élément se voit confier une mission. Et la coordination est assurée par le commandant Mohamed Samaké dit Mao.

La Commission est chargée : d’examiner de façon générale toutes questions relatives à la sécurité avant, pendant et après les rencontres ;de rechercher toutes mesures pouvant contribuer à renforcer la sécurité lors des rencontres de football ; d’entretenir de bons rapports avec les autorités chargées du maintien d’ordre ; de veiller conjointement avec la Commission Centrale d’Organisation et le Secrétariat Général à la bonne organisation des matches ; de veiller à l’exécution correcte des tâches assignées aux contrôleurs et superviseurs aux entrées des stades.

M.S .D

Source : Le Républicain 14 Juin 2017

 

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

 IBK à propos de l’argent : "je ne suis pas un homme d'argent et les Maliens le savent »

«  J'ai été le plus pauvre des principaux candidats à l'élection de 2013 et je ne suis pas devenu le plus riche des présidents...Le montant de souveraineté dont je dispose est ridicule...Je pioche dans mes réserves personnelles pour financer des activités sociales. Je déclare mes biens chaque année et je viens de contracter un prêt pour construire une maison...Mon modeste compte (à l'étranger) à l'agence parisienne de la BMCE est débiteur de 137 euros… ». 

Blog

 Paradis fiscaux : quatre pays de l'Union européenne méritent d'être sur liste noire, selon Oxfam

http://depechesdumali.com/blog/paradis-fiscaux-quatre-pays-de-lunion-europeenne-meritent-detre-sur-liste-noire-selon-oxfam/

Alors que la Commission européenne doit dévoiler sa liste noire des paradis fiscaux le 5 décembre, l'ONG prend Bruxelles de court et énumère ce mardi les 35 pays, hors-Union européenne, qui mériteraient d'y figurer.

Après les "SwissLeaks", les "LuxLeaks" et les "Panama Papers"... les révélations récentes des "Paradise Papers" - sur les pratiques d'optimisation (parfois de fraude) fiscale des grandes entreprises et fortunes de ce monde - exercent une pression supplémentaire sur les décideurs politiques. A ce titre, la Commission européenne, désireuse de frapper "au portefeuilles" les fraudeurs, doit dévoiler le 5 décembre sa liste noire des paradis fiscaux.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La santé de Président-Fondateur

11 Décembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Vos questions d'actualité

11 Décembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2017