Jeudi 17 Août 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Femafoot : Un nouveau torchon brûle

Le Collectif des Clubs et Ligues Majoritaires, a organisé une marche sur le siège de la Fédération Malienne de Football (FEMAFOOT). L’objectif de cette impulsion est d’exiger la démission de Boubacar Baba Diarra, président de la femafoot et de son comité exécutif, le 12 juin 2017.

Après la signature du protocole d’accord par Boubacar Baba Diarra, le 27 avril 2017qui impose présentement à démissionner avec son comité exécutif pour céder la place à un comité transitoire, l’actuel président de la FEMAFOOT a dit son rejet pour l’application des articles du protocole de 27 avril dernier à savoir qu’il restera à la tête de ladite fédération jusqu’au 8 octobre 2017, date de la fin de son mandant.

Dans ce cadre, le collectif des clubs et ligues majoritaires a tenu une conférence le mercredi dernier, 7 juin 2017,  pour étaler les moyens qui peuvent garantir le protocole ratifié par Boubacar sous les yeux des ministres.

Selon Yeli Sissoko, un responsable de CCLM, il faut faire appel sur les articles 52 et 52.1 du statut et règlements de la FEMAFOOT qui portent respectivement sur la démission du comité exécutif  et  en cas de démission du comité exécutif, les affaires seront liquidées par le secrétaire général qui convoquera une assemblée générale extraordinaire dans un délai maximum de (60) jours à partir de la date de démission.

Alors, les responsables du collectif des clubs et ligues majoritaires ont fait savoir qu’ils ne reconnaitront plus Boubacar Baba Diarra comme le président de la fédération malienne du football à partir de ce 12 juin.

En somme, ils ont évoqué que leur acceptation pour signer le protocole d’accord en avril dernier avec M. Diarra a été à cause de l’implication du Chef de l’Etat et du premier ministre dans cette situation. Donc ils leurs demandent de faire revenir Boubacar Baba Diarra à sa signature avant ce 12 juin 2017.

Abdoul Karim Hadji SANGARE

Source: Le Flambeau

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Coup de gueule

Propos mémorables

« Une révision constitutionnelle ne vaut que par une adhésion populaire et consciente ». C’est par cette phrase vertueuse et oh combien sage, prononcée le 20 novembre 2001, que l’ancien président Alpha Oumar Konaré, renonçait au Referendum constitutionnel de 2002. Puisse cet esprit inspirer dans un contexte actuel bien plus tendu.   

Lire la suite

Blog

 Complicité Algero-Française !

Peut-on avoir une réunion de haut niveau à Alger réunissant autour du Ministre Algérien des Affaires Etrangères les plus hauts fonctionnaires et militaires français pour évoquer la situation au nord du Mali sans les gouvernants Maliens ? Il y a certes une complicité algero-française sur le dos du Mali, mais pas pour le même but. Les gouvernants maliens, comme toujours, semblent être incompétents et inadaptés à la situation qui prévaut actuellement. Le fait que l’ordre du jour ait été consacré au processus de paix sans la participation du Mali laisse la place à la suspicion.

Lire la suite

La Parole aux miniers de Foroko

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Modification par référendum de la Constitution (rediffusion)

16 Août


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Coulées de boue en Sierra Leone : plus de 300 morts et 2 000 personnes sans abri

16 Août

© Dépêches du Mali 2012 - 2017