Lundi 26 Juin 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Hippisme, Grand prix CEDEAO en Côte d’Ivoire : LE MALI REVIENT AVEC SIX TROPHEES

La Fédération malienne des sports équestres (FMSE) a remporté 6 trophées au Grand prix hippique de la CEDEAO qui s’est déroulé, le samedi 27 mai, à Grand-Bassam, en Côte d’Ivoire.

Les six trophées ont été présentés au public, dimanche, en marge de la 29è journée de la réunion hippique ordinaire qui s’est passée au Champ hippique de Bamako. La cérémonie de présentation était présidée par Seydou Tall, 5è adjoint du maire de la Commune II, chargé des sports. A Grand Bassam, quatre pays étaient en lice pour le Grand prix CEDEAO : la Côte d’Ivoire, le Mali, le Burkina Faso et le Niger. Notre pays a effectué le voyage avec 15 chevaux, mais ce sont, finalement, 12 concurrents qui  ont été alignés, à raison de 4 chevaux par course. Le staff technique était composé du sélectionneur national, Boubacar Diarra «Tebor» et du meilleur entraîneur de la saison écoulée, Mamoutou Diarra.

Dès la première course qui a été disputée sur la distance de 800m, Hérémakono et Jumelle se sont illustrés, en terminant, respectivement, 2è et 5è de la course. «Les courses de Bassam se sont bien déroulées. C’était un honneur et un plaisir pour nous de représenter le Mali à ce Grand prix de la CEDEAO», confiera Tigor Tomota, le jockey de Hérémakono. Âgé, aujourd’hui, de 27 ans, Tigor Tomota a commencé à monter les chevaux en 2004 et fait partie des meilleurs jockeys du Mali. Selon un membre de la délégation malienne à Grand-Bassam, il a été, avec Bourama Tolo, l’une des grandes attractions du Grand prix de la CEDEAO. Notre interlocuteur ajoutera qu’il ne sera pas surpris de voir les deux jockeys signer des contrats avec les écuries ivoiriennes.

Après la première course, les chevaux des quatre pays s’affronteront sur la distance de 1600m. Pour cette épreuve, Konoba et Courageux occuperont, respectivement, les 3è et 5è places du classement. La boucle sera bouclée avec la confrontation des «cracks» qui vont parcourir la longue distance de 2400m. Pour cette catégorie qui était la plus attendue par les supporters, la confrontation sera âprement disputée, mais deux chevaux maliens, Seify et Toguna Industries, parviendront à tirer leur épingle du jeu. Le premier a terminé troisième de la course, alors que le deuxième complètera le quinté (5è). Pour le commissaire aux courses de la Fédération malienne des sports équestres, Mamoutou Diarrah, les chevaux maliens ont marqué le coup et ont fait honneur au drapeau national. «Le Mali a engagé des chevaux de race purement locale contre les demis et quasi pur-sang des autres pays. Dans la plupart des cas, c’est la photo-finish qui a départagé les chevaux. Le Mali est le seul pays qui a placé 2 chevaux dans le quinté à chaque course», expliquera le commissaire aux courses de la FMSE. «Les résultats du Mali prouvent que nos chevaux sont dans de bonnes conditions et ont été bien préparés», ajoutera Mamoutou Diarrah, sous les applaudissements du public du Champ hippique.

Le président de la Fédération malienne des sports équestres, Mohamed Haïdara, affichera également sa satisfaction et témoignera sa reconnaissance à tous ceux qui ont contribué à ce succès. «Je suis fier de ce que nous avons pu accomplir au Grand prix de la CEDEAO», dira le premier responsable de la FMSE. En marge du Grand prix, les 4 fédérations présentes à Grand-Bassam ont mis en place la Confédération africaine des sports équestres (CASE) et porté à la tête du nouveau bureau l’Ivoirien Ismaël Doucouré. Le président de la Fédération malienne des sports équestres, Mohamed Haïdara,Ò s’est vu confier le poste de vice-président.

Ladji M. DIABY

Source : L’Essor

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sr Gloria

Urgent :

L'Eglise du Mali est toujours sans nouvelle de la Sr Gloria enlevée à Karangasso depuis le 7 février. Prions pour sa libération.

Pour toute information, prière et supplication de contacter le 92.40.19.80 ou le 65.94.87.58 

Blog

Hawa Dème, à propos du projet de révision constitutionnelle au Mali : « Réviser la Constitution est dangereux, nauséabond et suspect »

Le moins que l'on puisse dire, c'est que le projet de révision de la constitution du Mali fait débat. Le texte a suscité l'indignation générale. A l'intérieur comme dans la diaspora, la résistance s'organise sur le terrain, mais aussi dans la plume

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Pas la faute de Président-Fondateur

23 Juin


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

23 Juin

© Dépêches du Mali 2012 - 2017