Dimanche 22 Avril 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Meeting, grand prix CAA de Bamako : LE RECORD POUR CHERIF DIA, L’OR POUR KENEFING TRAORE

Le multiple champion du Mali a remporté le concours du triple saut avec un bond de 16,59m, établissant au passage un nouveau record national.  L’autre vedette du meeting a été Kénéfing Traoré qui a été sacrée au javelot féminin, avec un lancer de 47,76m

Stade Modibo Keïta, samedi 3 juin, 18h : Mamadou Chérif Dia prend son élan pour son 5è essai. Sous les applaudissements du public, il déclenche la course avant de sauter. L’athlète n’attend pas le verdict des juges. Il lève les bras, les deux poings fermés, en signe de victoire. Quelques secondes plus tard, le tableau électronique affiche 16,59m. C’est un nouveau record national pour Mamadou Chérif Dia. L’athlète venait d’améliorer de 4 centimètres son propre record qui était de 16,55m. Le sociétaire de l’AS Saint-Junien athlétisme (France) laisse éclater sa joie, le public du stade Modibo Keïta salue l’exploit avec un long standing ovation. «Je suis content d’avoir établi un nouveau record du Mali. Mais sincèrement, je cherchais le minima pour une qualification directe aux Championnats du monde à Londres. Mais on verra ça lors des prochaines compétitions», réagira Mamadou Chérif Dia qui restait sur une 4è place aux Jeux islamiques de Bakou. L’athlète malien s’est imposé devant les Sénégalais Abba Badji (16,09m) et Mamadou Guèye (15,99m). Quelques minutes avant le sacre de Mamadou Chérif Dia, Kénéfing Traoré (47,76m) avait remporté la médaille d’or au javelot féminin, devant la Sénégalaise, Adama Sané (38,56m) et la Malienne Djénéba Diarra (32,90m). «Je suis très contente de la victoire. Je cherchais un jet de 50m, malheureusement, j’ai senti une douleur au dos, juste après le premier essai», confiera Kénéfing Traoré. Au saut en longueur, l’inépuisable Yah Soucko Koïta (5,73m) s’est classée 2è de l’épreuve, derrière la Sénégalaise, Sangoré Kandji (5,93m) et devant la Béninoise, Issifou Mariam (5,51m). La vainqueur de l’épreuve qui a également remporté la médaille d’or aux derniers Jeux islamiques de Baku, confirme ainsi tout le bien qu’on pense d’elle et prend date pour les Championnats du monde. «Je suis très contente de gagner en terre africaine du Mali. C’est ma deuxième participation au Meeting, grand prix de Bamako, après l’édition de 2010», dira Sangoré Kandji. Malgré son échec au pied du podium, Yah Soucko Koïta exprimera sa satisfaction, tout en promettant de continuer à travailler pour améliorer sa performance. «Je suis très contente de ma performance. Je rêvais de la médaille d’or, mais il y avait plus forte que moi. Je vais continuer à travailler», a réagi Yah Soucko Koïta qui restait sur une victoire aux Championnats ouest-africains de la Zone II. Djénébou Danté aurait également pu prétendre à une médaille d’or dans l’épreuve du 400m. Malheureusement, l’ancienne athlète de l’AS Police est tombée à quelques mètres de la ligne d’arrivée, alors qu’elle était en tête de la course. Ce mauvais coup du sort a fait le bonheur de la Nigérienne, Amina Seyni qui s’imposera dans un chrono de 53’’4, devant les Sénégalaises, Nafy Mané (53’’7) et Fama Top (54’’4). Au 200m, en revanche, Djénébou Danté a bien terminé la course et s’est classée avec un chrono de 24’’09. La première place de l’épreuve est revenue à la Gambienne, Gina Basse (23’’44), alors que la Congolaise, Bouele Cécilia a terminé deuxième (23’’82). «Je reviens d’une maladie. Je ne suis pas encore à 100% de mes moyens. Je présente mes excuses aux supporters. Je ne pouvais pas rater cette compétition, elle a servi de préparation pour les Jeux de la Francophonie», confiera Djénébou Danté qui évolue désormais à l’Athlétique club Paris-Joinville (ACPJ). Le Meeting grand prix CAA de Bamako est une compétition Label Argent qui est organisée chaque année par la Fédération malienne d’athlétisme (FMA). Cette 15è édition était initialement prévue en 2016, mais n’a pu se tenir, faute de moyens. Au total, 10 pays africains ont participé au meeting. Il s’agit du Togo, du Sénégal, de la Côte d’Ivoire, de la Gambie, de la RD Congo, du Zimbabwe, du Bénin, du Burkina Faso, du Niger et du Mali. Le plateau A était composé de 60 athlètes internationaux qui se sont affrontés dans 10 disciplines : le saut en longueur Femmes, le triple saut Hommes, le Javelot Femmes et Hommes, le 100m Femmes et Hommes, le 200m Femmes et Hommes, le 400m Femmes et Hommes. Pour le plateau B qui était constitué uniquement des nationaux (64), il y avait 9 épreuves au programme : le disque Hommes, le lancer de poids Femmes, le 100m Femmes et Hommes, le 400m Femmes et Hommes, le 800m Femmes et Hommes, le 500m Hommes. Pour le directeur du meeting, le niveau était bon, même si tous les athlètes annoncés n’ont pu faire le déplacement de Bamako. «Il y a eu des bonnes performances. Avec les reports, nous n’avons pas pu avoir tous les athlètes. Certains athlètes sont inscrits pour la Diamond league et ne pouvaient pas être présents à Bamako», expliquera Boubacar Faye. L’Ivoirien, Anthony Koffi, qui est entraîneur au Centre international de développement d’athlétisme de Dakar (CIAD), partage l’avis du directeur du meeting et tire le chapeau aux athlètes. «Le 100m masculin a été couru en 10’’29 et le 200m féminin en 23’’44. Ces performances sont d’un niveau mondial. J’ai surtout aimé les courses de la série B. La relève et l’avenir de l’athlétisme malien semblent assurés», dira Anthony Koffi. Quant à la présidente de la Fédération malienne d’athlétisme, elle insistera, surtout, sur l’importance du Meeting grand prix CAA pour les athlètes africains. «Cette 15è édition du Meeting grand prix CAA a été organisée dans la douleur mais tout s’est bien passé. L’organisation de cette compétition est indispensable pour la promotion et le développement de l’athlétisme en Afrique. La mobilisation n’a pas été à la hauteur, mais le bilan est satisfaisant. Il y a eu de belles performances», commentera Mme Sangaré Aminata Keïta, en adressant ses remerciements à l’Etat malien et aux sponsors. Le prochain rendez-vous pour les athlètes sera les Jeux de la Francophonie prévus, en juillet, à Abidjan, en Côte d’Ivoire.

Ladji M. DIABY

Source : L’Essor

Commentez avec facebook

Commentaires   

0 #1 JasmineOwens 21-06-2017 19:29
I see your site needs some fresh & unique content.
Writing manually is time consuming, but there
is solution for this hard task. Just search for: Miftolo's tools rewriter
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Choguel Kokala Maïga est complice dans le massacre de 200 enfants du Mali le 26 mars 1991 », Dixit Aguibou Koné, ancien de l’AEEM et candidat à la présidentielle 2018

« Choguel Maïga ? Un complice passif des massacres qui doit sa liberté au choix de la réconciliation nationale décidée après le 26 mars; car trop de gens étaient mouillés dans le massacre des enfants du Mali : plus de 200 morts en 4 jours, des milliers de blessés.

Lire la suite

Blog

« Si nous disons la vérité en faisant preuve d'humilité et de bon sens, le Mali va se redresser »

La classe politique dirigeante depuis 1960 y compris Moussa Traoré lui même est celle formée par l'USRDA. Que l'ADEMA et ses partis fils aient imposé une culture de parti unique de fait, ne doit étonner personne, pas plus que leur corruption.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

V comme faire le vide

20 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

20 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2018