Mardi 12 Décembre 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Crise du football : LA FEMAFOOT REFUSE LA MISE EN PLACE DE LA COMMISSION DE NORMALISATION

Le président de la Fédération malienne de football (FEMAFOOT) a animé une conférence de presse, hier, au siège de ladite fédération. Un seul sujet était à l’ordre du jour de la rencontre : l’exécution du Protocole d’accord qui a été signé, le 27 avril, entre le comité directeur de la FEMAFOOT et le Collectif des ligues et clubs majoritaires (CLCM), sous la supervision du Premier ministre, Abdoulaye Idrissa Maïga. D’entrée de jeu, le conférencier martèlera qu’il n’ y aura pas de comité de normalisation pour prendre le relai de l’actuel comité directeur de la FEMAFOOT, comme le prévoit l’article 3 du Protocole d’accord. «La mise en place d’une commission de normalisation est une mesure exceptionnelle qui relève du pouvoir exclusif de la FIFA. Dans le cas du Mali, la FIFA estime que les circonstances particulières ne justifient pas le remplacement du comité exécutif actuel par un comité de normalisation, à 6 mois de la fin de son mandat», expliquera Boubacar Baba Diarra. «Dans le souci de rechercher la paix et la concorde dans le football et, par respect donc des engagements souscrits, nous avons mis en œuvre toutes les recommandations qui nous incombaient au terme du Protocole d’accord signé», poursuivra le conférencier, en indiquant qu’il y aura bien une assemblée générale extraordinaire, le 12 juin, mais uniquement pour la «validation de la levée des sanctions prises à l’encontre de certains responsables par la FEMAFOOT et liées à la crise du football malien». Boubacar Baba Diarra rappellera que le mandat de l’actuel comité directeur court jusqu’en octobre et qu’il ne démissionnera pas pour laisser la place à une commission de normalisation. Il faut rappeler que 13 des 21 membres du comité directeur élu à Mopti, en 2013, ont quitté le navire et ont été remplacés par des membres nommés. Comme nous le disions donc, il y a quelques semaines, c’est le retour à la case départ pour les protagonistes de la crise qui divise le football national, depuis trois ans. En tout cas, avec le refus du président de la FEMAFOOT d’accepter la mise en place de la commission de normalisation, le Protocole d’accord vole en éclats et la décision du comité directeur de la fédération va, sans doute, plonger le monde du ballon dans une nouvelle période d’incertitude. D’ores et déjà, le Collectif des ligues et clubs majoritaires (CLCM) a prévenu qu’il entreprendra des actions dès le 13 juin, si la commission de normalisation n’est pas mise en place. Ambiance !

Ladji M. DIABY

Source : L’Essor

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

 IBK à propos de l’argent : "je ne suis pas un homme d'argent et les Maliens le savent »

«  J'ai été le plus pauvre des principaux candidats à l'élection de 2013 et je ne suis pas devenu le plus riche des présidents...Le montant de souveraineté dont je dispose est ridicule...Je pioche dans mes réserves personnelles pour financer des activités sociales. Je déclare mes biens chaque année et je viens de contracter un prêt pour construire une maison...Mon modeste compte (à l'étranger) à l'agence parisienne de la BMCE est débiteur de 137 euros… ». 

Blog

 Paradis fiscaux : quatre pays de l'Union européenne méritent d'être sur liste noire, selon Oxfam

http://depechesdumali.com/blog/paradis-fiscaux-quatre-pays-de-lunion-europeenne-meritent-detre-sur-liste-noire-selon-oxfam/

Alors que la Commission européenne doit dévoiler sa liste noire des paradis fiscaux le 5 décembre, l'ONG prend Bruxelles de court et énumère ce mardi les 35 pays, hors-Union européenne, qui mériteraient d'y figurer.

Après les "SwissLeaks", les "LuxLeaks" et les "Panama Papers"... les révélations récentes des "Paradise Papers" - sur les pratiques d'optimisation (parfois de fraude) fiscale des grandes entreprises et fortunes de ce monde - exercent une pression supplémentaire sur les décideurs politiques. A ce titre, la Commission européenne, désireuse de frapper "au portefeuilles" les fraudeurs, doit dévoiler le 5 décembre sa liste noire des paradis fiscaux.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La santé de Président-Fondateur

11 Décembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Vos questions d'actualité

11 Décembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2017