Dimanche 22 Avril 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Triomphe des Aiglonnets au Gabon: Poulô promet une récompense à la hauteur du mérite

Les Aiglonnets footballeurs, champions d’Afrique des moins de 17 sont rentrés, le lundi 29 mai dernier, au pays avec leur trophée continental.

À leur arrivée, ils ont été accueillis en véritable héros par des membres du gouvernement et une foule en liesse à l’aéroport international Modibo KEITA avant d’être escortés au stade Mamadou KONATE.

C’est après les 19 heures GMT que l’avion transportant les champions d’Afrique des moins de 17 ans a atterri sur le tarmac de l’aéroport international Modibo KEITA.

L’accueil triomphal réservé aux champions d’Afrique

À leur descendant d’avion, ils ont étaient accueillis par des membres du gouvernement, dont le Premier ministre Abdoulaye Idrissa MAIGA ; le ministre des Sports, Housseini Amion GUINDO ; le ministre de la Jeunesse, Amadou KOITA ainsi que plusieurs responsables sportifs du pays. Une forte mobilisation des autorités qui traduit l’engagement du gouvernement à la reconnaissance du mérite.

Malgré l’heure tardive, en ce mois de ramadan, les officiels n’étaient pas les seuls à accueillir nos champions. En effet, quelques inconditionnels (supporters, parents, amis de ces jeunes…) se sont aussi massivement mobilisés pour aller accueillir Jonas KOMLA et ses protégés de la manière la plus belle en vue de les exprimer leur reconnaissance pour cet exploit inédit (conserver un titre de champion d’Afrique) qu’ils viennent de réaliser à la Coupe d’Afrique des nations des moins de 17 ans, tenue au Gabon.

Chacun avait ses moyens et sa manière de célébrer l’arrivée de ces jeunes engagés dont la bravoure ne fait plus l’ombre de doute. On a également chanté et dansé. En somme, c’était un monde fou animé de joie et d’enthousiasme qui a accueilli aux cris des vuvuzelas et son de tam-tam.

Dans cette marée humaine, on pouvait entendre : « Vive les Aiglonnets, vive le Mali », « Le Mali champion d’Afrique », « Vive le Mali, vive le football malien ».

Pis de l’aéroport, installés dans un bus impérial spécialement affrété pour l’occasion par Orange Mali sponsor du football malien, les Aiglonnets du Mali ont paradé à travers les rues de Bamako entre les supporteurs en extase et les klaxons de motos jusqu’au stade Mamadou KONATE où un accueil populaire les attendait. À leur arrivée, il était 21 heures passé. Pendant plusieurs minutes, le public et les jeunes ont commué ensemble sous une animation musicale assurée par Mylmo et Master Soumi. L’une des étapes marquantes de cet accueil a été la présentation des joueurs et leur encadrement sous des ovations du public qui s’était massivement pour la circonstance.

L’égalité dans le traitement

Après ce sacre au Gabon, la question qui se pose est celle de la récompense des braves jeunes par les autorités nationales. Sur le sujet, le ministre des Sports nous a rappelé qu’après le match des cadets contre la Tanzanie, au Gabon, une réunion a été tenue à laquelle ont pris part le président Boubacar Baba DIARRA et bien d’autres membres de la délégation malienne. Au cours de cette réunion, a-t-il dit, les jeunes lui ont interpellé sur les récompenses qu’ils auront s’ils remportaient la coupe. Ainsi, nous a fait savoir le ministre GUINDO, l’engagement leur a été fait de ne pas les récompenser en dessous de leurs aînés qui ont été champions d’Afrique de la même catégorie au Niger en 2015. À cet effet, le ministre a rappelé qu’un logement social a été donné à chaque joueur comme principale récompense de la nation.

« Je sais que le plus difficile est de maintenir une coupe que de prendre une coupe. Donc, votre mission de maintenir le titre est plus difficile, à mon avis. Ainsi, si vous gagnez cette coupe, je suis sûr que vous n’aurez pas moins que vos prédécesseurs. Ce qui est un peu plus clair puisqu’ils savent bien ce que leurs prédécesseurs ont gagné quand ils ont remporté le trophée au Niger. L’État est juste et il va donner la juste récompense à chacun », a précisé le ministre Housseini Amion GUINDO.

Après ce sacre, la balle est donc dans le camp du gouvernement. En tous cas, le ministre des Sports a promis qu’il va s’employer à ce que cela soit respecté : « même titre, même récompense ».

Comme en 2015, il est également annoncé une réception entre ces jeunes et le président de la république, Ibrahim Boubacar KEITA, à Koulouba. Pour l’instant, aucune date n’a été retenue selon nos sources.

Pour rappel, après le sacre au Niger, une cérémonie de réception s’est déroulée à Koulouba en présence du Premier ministre, Modibo Keïta, des membres du gouvernement, dont le ministre des Sports, Housseïni Amion Guindo, des responsables sportifs du pays et des héros de Niamey au grand complet. À la faveur de cette réception, le président IBK a tenu à rendre aux champions un vibrant hommage au capitaine Abdoul Karim DANTE et à ses coéquipiers, avant de leur témoigner de la reconnaissance et la gratitude de toute la nation pour avoir offert au pays son premier trophée continental. À l’issue de la réception, il leur a promis des ordinateurs et la charge de connexion, des cours de rattrapage pour les élèves et étudiants qui étaient dans l’équipe nationale.

Par Sikou BAH

Source : Info Matin

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Choguel Kokala Maïga est complice dans le massacre de 200 enfants du Mali le 26 mars 1991 », Dixit Aguibou Koné, ancien de l’AEEM et candidat à la présidentielle 2018

« Choguel Maïga ? Un complice passif des massacres qui doit sa liberté au choix de la réconciliation nationale décidée après le 26 mars; car trop de gens étaient mouillés dans le massacre des enfants du Mali : plus de 200 morts en 4 jours, des milliers de blessés.

Lire la suite

Blog

« Si nous disons la vérité en faisant preuve d'humilité et de bon sens, le Mali va se redresser »

La classe politique dirigeante depuis 1960 y compris Moussa Traoré lui même est celle formée par l'USRDA. Que l'ADEMA et ses partis fils aient imposé une culture de parti unique de fait, ne doit étonner personne, pas plus que leur corruption.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

V comme faire le vide

20 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

20 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2018