Jeudi 27 Avril 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Aigles du Mali : Alain Giresse refuse de démissionner

Avec un contrat qui court jusqu’en novembre prochain et malgré les appels à la démission lancés par Boubacar Diarra, le président de la Fémafoot (Fédération malienne de football), Alain Giresse s’accroche. Le technicien français ne pense pas jeter l’éponge.

“Démissionner comme une solution miracle ? Non. Si vous pensez que votre équipe, vous ne la tenez pas, elle vous lâche, si dans son expression sur le terrain, elle montre un visage, un état d’esprit, un engagement, vous vous dites là ok, ça ne va pas, je n’arrive pas à connecter avec ce groupe.

Mais ce n’est pas le cas. La relation professionnelle qui existait avant, pendant la CAN et qui existe aujourd’hui entre les joueurs et le coach que je suis sont sans nuage, elles sont directes, franches, etc. Il n’y pas de problèmes. Les joueurs ont été irréprochables pendant toute la CAN notamment “, a confié Giresse à l’émission Tout Feu Tout Foot sur la chaine guinéenne Espace TV.

L’ancien sélectionneur du Gabon ajoute: “Je suis le sportif. Ma préoccupation est de préparer le futur sportif de l’équipe nationale puisque aujourd’hui, d’une façon officielle, rien ne m’a été signifié. J’ai un contrat qui court jusqu’au mois de novembre. J’espère que les choses vont évoluer normalement et que tout rentre dans l’ordre “.

Giresse évoque également la brouille entre la Fémafoot et le ministère des Sports qui a conduit à la suspension du pays par la FIFA: ” c’est perturbant sur le plan des perspectives sportives à venir, sur les interrogations que peuvent avoir les joueurs et aussi les supporters. Je pense et j’espère que la situation va arriver à se clarifier et que les choses vont reprendre leur cours normal. C’est tout ce que je souhaite “.

La Rédaction

Source : L'Indicateur du Renouveau  19 Avr 2017

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Soeur Gloria SOS

Blog

 Janjo à Edmond Ousmane Traoré, *

*un Homme comme il n’en existe que rarement*

« J’ai mis du temps à t’écrire cet hommage parce que je n’en ai pas eu la force. Chaque fois que j’ai  tenté d’écrire quelque chose, ma plume s’est arrêtée. Il m’a fallu 7 ans pour y arriver. 7 ans, tu t’imagines !

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Au Gondwana, la justice est très très indépendante

26 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Deux ans de crise au Burundi

26 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2017