Samedi 27 Mai 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Les masques commencent à tomber : Le ministre Poulo invite Yéli Sissoko dans la délégation partie pour attaquer la suspension de la Fifa devant le TAS

La délégation de quatre personnes est composée de trois membres du Comité provisoire mis en place par le ministre des Sports, Housseini Amion Guindo, après la dissolution du Comité exécutif de la Fédération malienne de football dirigé par Boubacar Baba Diarra.

Il s’agit, selon nos informations, de Me Maguette Sèye, Abdramane Ben Mamata Touré et Yalcoué. Il s’agira d’attaquer la décision de la Fifa devant le Tribunal arbitral du sport (TAS), basé à Lausanne, en Suisse.

Comme il fallait s’y attendre, le ministre des Sports a personnellement invité Yéli Sissoko, le porte-parole des frondeurs contre l’équipe de Boubacar Baba Diarra. Cette invitation n’a surpris aucun observateur averti du monde du football pour qui connait la position du ministre Poulo depuis le début de cette crise au sein de la grande famille du football malien. Avec cette invitation de Yéli, Housseini Amion Guindo vient de prouver son esprit partisan dans ce dossier.

S’agissant d’attaquer la suspension de la Fifa, la question qui est sur toutes les lèvres, c’est de savoir quels arguments ces gens pourront-ils développer devant le Tribunal Arbitral du Sport (TAS).  On sait que c’est la Fédération malienne de football qui est suspendue par la Fifa. Cela à cause de l’ingérence du gouvernement dans la gestion des affaires du football malien. Donc, s’il y a plainte devant le TAS, c’est bien la Fémafoot qui  est habilitée à la porter, pas le Comité provisoire non reconnu par la Fifa. C’est dire que cette délégation est en tourisme à Lausanne. Une façon de gaspiller l’argent du contribuable malien.                 

Quand s’installe la calomnie et le déni de droit

Depuis quelques temps des propos insidieux sont distillés à travers la presse, relatifs à la défiance de l’Etat par Boubacar Baba  Diarra, ancien président de la Fédération malienne  de football. Ces propos sont tenus par des gens en quête du soutien de l’Etat dans la lutte sans merci qu’ils livrent à Baba, ne sachant certainement pas ce qu’est un Etat. Ils méconnaissent l’Etat dans toutes ses dimensions. L’Etat dans son sens stricto sensu est un conglomérat d’individus. Et dans ce sens, Baba fait  bel et bien partie de l’Etat malien contre lequel il n’a jamais pris une  arme et ne s’est jamais rebellé.

L’Etat a lui-même élaboré un cadre qui détermine ses rapports avec ses citoyens. Et c’est ce cadre qui détermine ses rapports avec ses citoyens. Et c’est ce cadre servant de référence qui a prévu et mis à la disposition du citoyen des moyens de recouvrir devant la puissance publique, chaque fois qu’il s’est senti lésé dans ses droits par l’Etat lui-même sujet de droit. Ceci étant est-ce défier l’Etat que d’attaquer une décision ministérielle devant la Cour suprême lorsqu’on ne croit pas en la justesse et  l’égalité  de l’acte posé par le serviteur de l’Etat ?

Est-ce défier l’Etat quand on dénonce et s’élève contre les actes illégaux posés par des agents mal avertis de l’Etat ? Ces propos relèvent  de l’opportunisme et sont d’une époque révolue où des slogans tels “ennemis du peuple”, “à bas les opportunistes” et autres avaient pignon sur rue. Laissons aux citoyens le droit d’user des voies de recours légal.

Pour mettre fin aux rumeurs : L’Us Bougouni réaffirme son soutien à la Fémafoot

Suite à des rumeurs véhiculées par ci et par là, le président du Comité directeur de l’Union sportive de Bougouni a finalement clarifié sa position dans un communiqué diffusé le dimanche 2 avril dernier. Il s’agit de réaffirmer son soutien sans faille au Comité exécutif de la Fédération malienne de football dirigé par Boubacar Baba Diarra et dissout par le ministre des Sports Housseini Amion Guindo. “Us Bougouni informe ses membres, le public sportif et l’opinion nationale qu’il reste fidèle à son positionnement dans la gestion de la crise que connait le football malien. Contrairement aux rumeurs qui circulent ces derniers temps sur un changement de position de l’Us Bougouni, nous démentons ces rumeurs. Nous sommes toujours fidèles à notre positionnement dans la gestion de cette crise.

Le directoire du club reste résolument attaché à la légalité et au respect des textes nationaux et internationaux en vigueur qui régissent le football. Us Bougouni reste solidaire de la déclaration commune du 9 mars 2017 signée par le groupement des 13 clubs de Ligue 1 à la suite de la décision relative à la dissolution du Comité exécutif de la Fémafoot par le ministre des Sports. Us Bougouni souhaite une issue heureuse par le rétablissement de la légalité dans l’intérêt du football national. Au regard de ce qui précède, Us Bougouni demande à ses membres et sympathisants de rester attentifs à ses consignes et directives” précise le communiqué de presse.    

            A .B. HAÏDARA

Source: Aujourd'hui-Mali

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

100e jour de l’enlèvement de la religieuse Colombienne à Karangasso (Région de Sikasso)

Blog

Lettre ouverte à Emmanuel Macron, par Professeur Adame Ba Konaré

Le dimanche 7 mai, à 20 h précises, le visage du nouveau président  français apparaît  sur les écrans de télévision et ce visage est celui d’un homme jeune de moins de quarante ans, le plus jeune président de l’histoire de la France, depuis Napoléon.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

 Réfugiés économique... ou de guerre

26 Mai


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

26 Mai

© Dépêches du Mali 2012 - 2017