Vendredi 23 Juin 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Comité provisoire de normalisation du football : SIDI DIALLO, UN INCONNU CONNU

Après la dissolution du comité directeur de la Fédération malienne de football (FEMAFOOT), le ministre des Sports, Housseïni Amion Guindo a indiqué qu’un comité provisoire de normalisation sera mis en place dans une dizaine de jours.

C’est chose faite depuis le mardi 14 mars avec la mise en place du bureau de l’instance qui aura la lourde tâche de trouver une solution définitive à la crise qui secoue le football national depuis 2015. C’est le vice-président de la Fédération malienne de boxe (FEMABOXE), Sidi Diallo qui a été nommé président du comité provisoire de normalisation.

L’équipe de Sidi Diallo est composée de 18 membres dont une femme, Djénébou Sanogo, ancienne internationale de basket-ball et directrice du Carrefour des jeunes. Les autres membres ont pour nom : Amadou dit Baba Cissé (mouvement sportif), Amadou Diarra Yalcouyé (chargé de mission au ministère des Sports), Missa Dioma (directeur des finances et du matériel du ministère des Sports), notre collègue, Souleymane Bobo Tounkara, chef du Desk sport de L’Essor, Amara Mallé Diallo (journaliste à l’ORTM), Abdrahamane Ben Matata Touré (avocat), Moussa Ben Déka Diabaté (ancien arbitre international), Modibo Simbo Keïta (magistrat), Hamidou Halbachat (médecin), col Charles Moussa Diakité (sport militaire), Ibrahim Thiam (ancien footballeur international), Mohamed Salia Touré (Conseil national des jeunes, CNJ-Mali), Mahamadou Koné (professeur d’enseignement supérieur), Me Magatte Assane Seye (avocat, ancien bâtonnier), Gouro Sidi Ali Diallo (sociologue) et Moustapha Maïga (journaliste sportif).

Selon une source proche du comité, la priorité de Sidi Diallo est de rassembler l’ensemble des composantes du football malien et d’organiser le plus tôt possible l’assemblée générale élective de la Fédération malienne de football. Le président du comité de normalisation n’est pas un inconnu dans le milieu du football.

Spécialiste en management du sport, Sidi Diallo est membre du Comité national olympique et sportif (CNOS-Mali) depuis plusieurs années et a travaillé avec plusieurs clubs du pays.  Selon nos informations, il a été membre fondateur d’un club de la ligue du district de Bamako  qui a évolué en première division pendant plusieurs années, avant de descendre en D2. «C’est un homme discret qui a beaucoup fait pour notre équipe. Je me rappelle encore, après notre accession à l’élite, il venait régulièrement au terrain pour encourager les joueurs. C’est le conflit entre les dirigeants du club qui l’a poussé à partir», rapporte la même source.

Notre interlocuteur qui a dirigé l’un des plus grands clubs du Mali pense que le choix de Sidi Diallo est «un choix judicieux» et il fonde de gros espoirs sur le comité provisoire de normalisation pour régler définitivement la crise la plus grave de l’histoire de notre football. «Je connais également plusieurs membres du nouveau comité. Certes, beaucoup d’entre eux ne sont pas du milieu du football, mais ce sont des hommes crédibles qui n’ont plus rien à prouver au Mali. Dans tous les cas, s’ils ont accepté de siéger au comité, c’est parce qu’ils ont la conviction de pouvoir y apporter quelque chose», conclura notre interlocuteur. La mission du comité provisoire s’articule autour de quatre grands points : la réunification de la famille du football, l’organisation de l’assemblée générale élective, la professionnalisation du championnat national et la résolution des problèmes liés à l’encadrement des sélections nationales.

Depuis la dissolution du comité directeur de la FEMAFOOT par le ministère des Sports, les commentaires vont bon train notamment sur les conséquences qui peuvent découler de cette décision du département de tutelle. Nombre d’observateurs s’attendent à une sanction de la FIFA, c’est-à-dire une suspension du Mali des compétitions internationales. C’est une hypothèse plausible pour ne pas dire probable, mais qui n’inquiète pas outre mesure Housseïni Amion Guindo. Dans une interview qu’il a bien voulu nous accorder le 9 mars, c’est-à-dire 24h après la dissolution du comité directeur de la FEMAFOOT, le ministre des Sports a martelé que le Mali ne s’agenouillera jamais devant la FIFA et qu’il attaquera l’instance dirigeante du football mondial en cas de sanction.

Affaire à suivre donc…

S. S. KAMISSOKO

Source : L’Essor

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Coup de gueule

Kiè Jean Marie Sanou à propos du projet de révision constitutionnelle : « Votons non contre le suicide! »

Cette révision est antidémocratique et elle ne servira qu’à renforcer le pouvoir du président en place. Comme on le sait, elle prévoit la création d'un Sénat, dont le 1/3 des membres sera nommé par le président de la République. Avoir la majorité au Sénat et avoir la majorité à l'Assemblée Nationale c'est avoir tout le pouvoir de faire ce qu'on veut quand on veut, sans avoir à rendre compte à qui que ce soit.

Un piège dangereux car désormais c'est le président de la République qui nommera le président de la cour constitutionnelle devant qui il prêtera serment (avant c'était devant la cour suprême). En Afrique surtout au Mali lorsque tu nommes quelqu'un il devient ton obligé du coup il ne peut plus rien te refuser.

Votez oui c'est trahir nos enfants !!!

Kiè Jean Marie Sanou

Blog

Hawa Dème, à propos du projet de révision constitutionnelle au Mali : « Réviser la Constitution est dangereux, nauséabond et suspect »

Le moins que l'on puisse dire, c'est que le projet de révision de la constitution du Mali fait débat. Le texte a suscité l'indignation générale. A l'intérieur comme dans la diaspora, la résistance s'organise sur le terrain, mais aussi dans la plume

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Président-Fondateur ne prendra pas de vacances

22 Juin


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Thomas Sankara : le mystère demeure

22 Juin

© Dépêches du Mali 2012 - 2017