Mardi 17 Juillet 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Téléphonie globale au Mali : Vers le retrait de la troisième licence à Compaoré

L’une des sulfureuses affaires au Mali ces dernières années demeurent celle de l’attribution de la 3ème licence de téléphonie globale. Celle-ci tend vers son épilogue.

Car, selon des sources proches du dossier, l’Etat malien s’apprêterait à retirer la licence frauduleusement attribuée à Planor International du Burkinabé Apollinaire Compaoré, si elle n’est pas opérationnelle d’ici le mois de mars prochain.

Comme le dit l’adage, le mensonge a beau courir, il finit toujours par se faire rattraper par la vérité. C’est ce à quoi nous assistons aujourd’hui. La sulfureuse affaire de la 3ème licence a fait grincer des dents à plus d’un. Cela, non seulement du fait de son attribution frauduleuse avec à la clé la violation de tous les textes qui réglementent le secteur des télécommunications au Mali et dans l’espace Uemoa, mais aussi l’incapacité de son acquéreur controversé à l’exploiter.

Faut-il le rappeler, pendant la transition, une organisation mafieuse dite autorités de la transition a, en violation de tous les textes,  attribué la licence à Planor international du Burkinabè Apollinaire Compaoré,  au détriment de nos compatriotes, aptes à exploiter cette licence. L’habitude étant une seconde nature, Compaoré, caractérisé pour son manque de sérieux dans les affaires, a roulé ses complices de la transition dans la farine. Car, comme prévu par l’article 2 de la Convention de concession, le prix de cession de la licence était payable en deux modalités. Primo, le versement d’un premier acompte de 33 milliards de FCFA après approbation du cahier des charges. Ensuite, le paiement du reliquat de 22,1 milliards de nos francs, au plus tard 90 jours après le versement du premier acompte. Soit le 13 mai 2013. Mais, après avoir versé les 33 milliards de la première tranche, Apollinaire Compaoré a remué ciel et terre   pour le paiement du reliquat.   Pour se tirer de cette affaire, car les autorités transitoires auraient pris des pots-de-vin. Ainsi, dans les micmacs, elles ont trouvé les moyens pour lui accorder un délai de grâce de 6 mois, qui  devrait expirer en novembre 2013. A l’échéance de cette date, Compaoré n’a pu s’acquitter de ce dû. Malgré tous ces préjudices causés aux Maliens,  le gouvernement n’avait rien envisagé pour retirer cette licence afin de lancer un nouvel appel d’offres comme la loi le lui autorise.  Comme le dirait l’autre, pousse-pousse s’arrête au mur. Face à l’impatience du peuple de voir un troisième opérateur concurrencer Sotelma-Malitel et Orange-Mali pour révolutionner les tarifs, le gouvernement s’est finalement décidé. Il nous revient de sources bien introduites  que la 3ème licence sera purement et simplement retiré à Apollinaire  s’il n’opérationnalise pas ladite licence avant ce mois de mars 2015. Faut-il le rappeler, interrogé sur la question,  le président de l’Amrtp à l’époque, ChoguelKokallaMaïga, se trouvait dans la même angoisse que ses concitoyens. Il affirmait que  Compaoré avançait des arguments pas du tout convainquants pour justifier son retard dans l’opérationnalisation de la 3ème licence.  Selon l’ex -président de l’Amrtp, aujourd’hui ministre de l’Economie numérique de l’Information et de la Communication,  Planor international de Compaoré prétexte que la situation sécuritaire du Mali l’entrave dans l’exploitation de la licence. Or, disait ChoguelMaïga, le moment où il obtenait la licence, la situation sécuritaire du Mali était moins plaisante que celle d’aujourd’hui. Dans tous les cas de figure, les dés seront pipés bientôt. Car, n’ayant aucune  garantie qu’Apollinaire exploitera la 3ème licence, les autorités maliennes sont sur le pied de guerre contre lui.            Vivement donc la réattribution de la 3ème licence à un opérateur sérieux !

Oumar KONATE

Source : Le Prétoire du 26/02/2015

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Blog

 « Cheick Modibo Diarra et Moussa Mara, deux hommes politiquement maladroits »

« Cheick Modibo Diarra et Moussa Mara, deux combinaisons dangereuses pour le Mali » 

« On ne dirigera pas ce pays par tâtonnements. La scène politique actuelle au Mali, est balayée de toute force d’attraction idéologique ou de visions ou compétences politiques. Et prétentieusement, une alliance s’affiche avec deux hommes politiquement maladroits; Moussa Mara (un bilan et comportement d’incertitude à tout moment, même souvent populiste), et pire, maintenant Cheick Modibo Diarra (qui est tout sauf un bon stratège politique).

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

A quoi sert le football ?

16 Juillet


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Champions du monde !

16 Juillet

© Dépêches du Mali 2012 - 2018