Délestages à Bamako : La solution par les groupes électrogènes

Publié le 10 juin
Source : l'Essor

Ces machines sont très sollicitées en période de grande chaleur marquée par les délestages. Leurs prix varient de 175.000 à 30.000.000 Fcfa.

Les groupes électrogènes (générateurs) apparaissent comme un palliatif aux coupures intempestives d’électricité que nous vivons pendant la forte chaleur chaque année. Ils sont très utilisés en cette période pendant laquelle les délestages sont quasi quotidiens sur le réseau EDM SA à Bamako.

Tous les secteurs d’acitivtés ont presque recours aux groupes électrogènes: services publics et privés, commerces, unités industrielles, hôtels. Certains particuliers aussi les installent dans leurs maisons. Nous avons enquêté pour en savoir davantage.

En ce mois d’avril au Marché Rose ou Grand marché de Bamako, une forte chaleur suffocante règne en maître absolu. Comme si cela ne suffit pas, le courant vient d’être coupé mettant commerçants et clients dans une situation insupportable. Soudain, les groupes électrogènes se mettent en marche partout dans le Grand marché. On est étourdi par leurs bruits incessants.

À l’immeuble Madiou Sympara où nous nous dirigeons, se trouve une boutique de vente de pagnes. Devant la porte d’entrée du magasin est installé un petit groupe électrogène de couleur rouge. Mohamed Yattassaye, propriétaire des lieux, explique avoir acheté ce générateu, il y a un an, afin de pallier les coupures intempestives d’électricité qui plombent les affaires.

«Une boutique doit être permanemment éclairée quand elle est ouverte. Cela permet aux clients d’accéder facilement aux articles et surtout de sécuriser les lieux», explique le commerçant. «Je n’utilise le générateur qu’en cas de coupure d’électricité», ajoute Mohamed Yattassaye, précisant que sa machine peut consommer 5.000 Fcfa d’essence en deux ou trois jours.

«Avoir un groupe électrogène n’est plus un luxe, mais une nécessité pour tout le monde, car la société EDM n’est plus capable de satisfaire la demande de sa clientèle, fait savoir le propriétaire de la boutique Yattassaye. J’ai acheté le mien à 700. 000 Fcfa. Il peut alimenter un climatiseur et plusieurs ampoules». Le jeune commerçant reconnaît que le réseau EDM SA fait plus son affaire qu’un groupe électrogène qui supporte peu de charges.

Le magasin de Boubacar Yara fonctionne également avec un groupe électrogène en cas de coupure d’électricité du réseau EDM. «On ne peut pas recevoir les clients dans l’obscurité. En plus, on utilise l’internet. Il y a aussi les caméras de surveillance. Tout fonctionne à partir de l’électricité. Notre groupe électrogène prend directement le relais en cas de coupure d’électricité. Il est opérationnel depuis plus de 10 ans», explique le commerçant, précisant que son générateur lui a coûté 10.000.000 de Fcfa.

Boubacar Yara pense que le groupe électrogène est plus économe. «Le groupe supporte toutes nos charges électriques Avec 32.500 Fcfa de gasoil, il peut nous fournir de l’électricité pendant deux semaines. Alors que notre facture d’électricité EDM est plus de 100.000 Fcfa par mois», explique-t-il.  La plupart des services ou établissements de la capitale se sont aussi dotés de groupes électrogènes pour éviter que leurs activités soient paralysées en cas de coupure  d’électricité. C’est le cas de l’Institut supérieur des techniques économiques, comptables et commerciales, sis à l’ACI 2000 de Bamako.

Cet établissement s’est récemment doté d’un groupe électrogène qu’il a acheté en mars dernier. Selon son secrétaire général, il est d’une importance capitale pour son école, car il permet la continuité régulière des activités pédagogiques, surtout les cours du soir en période de délestages. «Ici à l’école, nous utilisons le groupe comme moyen de secours, lorsqu’EDM coupe ses services», explique Khalid Dembélé. D’une capacité de 15 kwtt, la machine a coûté environ 2 millions de Fcfa à l’école.

Au marché Dibidani, Ismaël Sylla fait partie des nombreux vendeurs de groupes électrogènes. Nous l’avons rencontré devant sa boutique en train de dépoussiérer ses machines à l’aide d’un torchon.

Ismaël Sylla évolue dans ce business depuis 3 ans. «Les groupes électrogènes sont surtout achetés en cette période puisque les gens ne supportent pas la chaleur et la baisse de tension électrique», indique le commerçant.  Chez Ismaël Sylla, les prix des groupes électrogène varient en fonction de leur puissance et de la marque. Les machines de puissance moyenne sont vendues de 175.000 à 200.000 Fcfa. Les groupes électrogènes les plus puissants sont cédés entre 1.000.000 et 30.000.000 Fcfa.

Avec le e-commerce, certains commerçants proposent des groupes électrogènes haut de gamme sur les réseaux sociaux comme Facebook et WhatsApp. Le client a ainsi la possibilité de bien s’informer sur la marque et la puissance de ces générateurs avant de passer leurs commandes.

Source : l’Essor

Commentez avec facebook