Lundi 24 Février 2020
Journée de l'emploi

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Mauvaise distribution et commercialisation de la viande : L’ANSSA complice des bouchers ?

Contrôler la qualité des aliments proposés aux Maliens est une tâche qui exige une présence sur terrain. L’Agence nationale de la sécurité sanitaire des aliments (ANSSA) ne semble pas l’avoir compris ou du moins n’en fait pas une préoccupation.

De telle sorte qu’elle est aujourd’hui accusée de complicité avec les bouchers qui transportent la viande dans le district de Bamako dans des conditions malsaines.

Selon Mme Tabara Keita, coordinatrice exécutif du programme de développement à l’exportation de la viande du Mali (PRODEVIM), le respect des réglementations des abattages de bovins et de caprins s’effectuent dans des conditions qui ne respectent pas les normes d’hygiène et d’inspection généralement reconnues. Ces conditions dit-elle sont vitales pour la santé des maliens. Selon leurs statistiques, les abattages non-contrôlés représentent environ 40% des abattages totaux chez les bovins et près de 60% chez les petits ruminants.

Ces chiffres font aujourd’hui peur quand on sait que la viande que nous consommons est  le plus souvent exempte de contrôle approprié par les services d’hygiènes compétents. Le constat est aussi amer. Les règles d’hygiène les plus élémentaires sont donc royalement bafouées par les bouchers et cela au grand dam des consommateurs. A Ceci s’y ajoute le problème de distribution et de commercialisation. Généralement, les bouchers effectuent le transport de la viande, du lieu d’abattage à celui de la vente, sur des motos et sans aucune protection. La viande une fois acheminée sur le marché, les mouches et autres insectes s’invitent à la partie.

Unique dit-on  dans l’espace UEMOA, l’ANSSA qui a en charge le contrôle sanitaire des aliments au Mali a toujours été à côté de la plaque dans l’imposition du respect des règles minima qui garantissent aux populations une alimentation saine, sans danger pour leur santé. La structure, en dépit de la très mauvaise condition de transport et de la commercialisation de la viande, ferme les yeux, laissant les consommateurs à la merci des « maladies » de tout genre.

L’argument fallacieux tenu pour se défendre est le  manque de moyens pour mener à bien leur travail. Or, il s’avère que ce travail de respect de la réglementation du transport de la viande n’a aucunement besoin de moyens adéquats comme ils le prétendent.

La seule chose qu’on pourrait  les attribuer  est tout simplement leur insouciance de préserver la vie des maliens.  Ne pas prévenir les éventuelles intoxications dues à la consommation de la viande, c’est tout simplement contribuer à la propagation de maladies.

Les associations de consommateurs qui devraient être à l’avant-garde de ce combat, se soucient peu de la question. Du coup, on ne sait plus entre les bouchers et l’ANSSA qui a pitié du consommateur.

Mohamed Keita

Source : Arc en Ciel 10 Fév 2020

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Blog

Professeur Ahmadou Aly Mbaye, à propos de la fin du F CFA : « l’ECO a le mérite d’éjecter la France du système »

La date du 21 décembre 2019 sera historique pour les pays de la Zone CFA, qui vient de connaitre le second important changement dans son arrangement institutionnel, en 75 ans d’existence, après la non-moins historique dévaluation de 1994.

Lire la suite

Fin de la formation des jeunes communicateurs traditionnels

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Self-défense et autodéfense

20 Février


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Appels sur l'actualité - Emission spéciale : Casques bleus en Afrique, pour quels résultats ?

21 Février

 

 

© Dépêches du Mali 2012 - 2020