Éradication du ver de Guinée : Le Mali doit stopper les infestations animales

Publié le 04 février
Source : l'Essor

Les acteurs du Programme national d’éradication du ver de Guinée (PNEVG) étaient réunis, jeudi dernier, dans un hôtel de la place pour faire le point des activités de l’année.

Cette rencontre, qui s’étendait sur deux jours, a permis de remettre à niveau les connaissances, de revoir les insuffisances et d’identifier les leviers sur lesquels il faut agir.

Les participants ont jugé nécessaire de renforcer la notification et d’investiguer sur des cas de rumeurs, d’organiser la rencontre multisectorielle pour briser la chaine de transmission chez le chien et d’améliorer la qualité des affiches sur le système de récompense. Ils ont aussi recommandé de réaliser une leçon modèle sur le ver de Guinée dans les écoles, de faire en sorte que les documents de critères de certification de l’éradication soient disponibles et d’annexer les constats sur les outils de supervision et le canevas de la revue de 2020.

Jean-Pierre Baptiste, représentant de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), a déclaré que les résultats de l’évaluation externe de 2018 ont été confirmés encore par la surveillance épidémiologique hebdomadaire qui n’a notifié aucun cas humain de la maladie durant les 52 semaines de 2019.

Mais la transmission des infestations animales de ver de Guinée est encore observée même si leur nombre est en réduction d’année en année. Il a souligné que tous les rapports de terrain ont montré que les indicateurs de surveillance et de certification sont à améliorer sans relâche jusqu’à la certification mondiale de l’éradication du ver de Guinée.

Sur ce point, Jean-Pierre Baptiste a relevé qu’il ne devrait pas y avoir d’obstacles pour atteindre cette éradication. Il a estimé que si la totalité des pays en sont indemnes et certifiés, notre pays devrait s’efforcer à ne plus être parmi les derniers. Selon lui, le Mali a les armes pour empêcher cette infestation animale qui est en train de le mettre en retard.

«Il faudra alors faire en sorte qu’il y ait zéro infestation animale, l’année prochaine», a-t-il souligné, avant d’exhorter tous les acteurs à mettre en œuvre les recommandations de la rencontre afin d’aller à la certification de l’éradication de la maladie.

Dr Mohamed Berthé, conseiller technique au ministère de la Santé et des Affaires sociales, a souligné que les moyens existent pour aller à cette éradication. «Nous avons les moyens, les ressources humaines et les connaissances pour le faire», a-t-il dit, ajoutant qu’il faut juste les appliquer. Selon le conseiller technique, cette éradication du ver de Guinée dans notre pays n’est pas du tout impossible. Il s’est dit convaincu que les acteurs pourront aller à l’éradication. Cela, a-t-il relevé, supposera de mieux comprendre l’infestation animale afin d’adopter les mesures qui s’imposent. Il a souligné que neuf cas d’infestation animale ont été enregistrés et depuis 4 ans aucun cas humain de ver de Guinée.

Fatoumata NAPHO

Source : l’Essor

Commentez avec facebook