Lutte contre le paludisme au Mali : Le PNLP brandit des résultats prometteurs

Publié le 26 avril
Source : Le Républicain

Dans le cadre des préparatifs de la journée mondiale et de la semaine nationale de lutte contre le paludisme, le Programme National de Lutte contre le Paludisme (PNLP) et ses partenaires ont organisé une conférence de presse le Mardi 23 Avril 2019 au siège de la structure.

Les responsables ont brandit les prometteurs résultats glanés par le pays dans la lutte contre le paludisme tout en inventoriant les difficultés rencontrées ainsi que les perspectives afin d’éradiquer la maladie source de la mortalité de plusieurs personnes au sein de notre pays.

Avec comme « thème : zéro paludisme, je m’engage », cette 12eme édition de la semaine nationale de lutte contre le paludisme prévoit une pelletée d’activités dans le cadre de la sensibilisation des populations maliennes à se protéger contre la maladie durant cette semaine nationale de lutte contre le paludisme. Le représentant du ministre de la santé et de l’hygiène publique Markatie Daou a entamé ses propos en mettant l’accent sur le rôle crucial des hommes de médias dans la lutte contre la maladie. Selon lui, les journalistes constituent une arme massive pour sensibiliser les populations cibles à se prémunir contre le paludisme. Il a signalé que le département de la santé a mis en œuvre plusieurs stratégies dans le cadre de la lutte contre le phénomène.  La lutte contre le paludisme a toujours été une priorité du gouvernement du Mali et a déployé les moyens nécessaires afin de gagner cette lutte a expliqué le Directeur du Programme National de Lutte contre le Paludisme (PNLP) Drissa Cissé. Il a annoncé que la vision du programme national de lutte contre le paludisme pour l’horizon 2030 est : ‘’un Mali sans paludisme’’ « Un gros défi mais pas un défi irréalisable vu les résultats obtenus par le Mali dans la lutte » explique Cissé. Le Directeur du PNLP a dévoilé les stratégies mises en place par sa structure afin de contrer l’élan de la maladie avant de l’éradiquer. « La forte taux d’utilisation des moustiquaires imprégnées d’insecticide de longue durée chez les enfants de moins de cinq ans et chez les femmes enceintes ; les tests de diagnostic rapide et les examens de microscopie pour la confirmation biologique des cas ; les combinaisons thérapeutiques à base d’Artémisine, les médicaments injectables sont des actes qui ont permis de faire chuter le taux de la mortalité et de la morbidité du paludisme » a-t-il signalé avant d’indiquer que les actions de l’année 2019 du PNLP seront axées vers les cinq régions du nord du Mali et de Ségou qui sont des régions à risque épidémiologiques. Le professeur Abdoulaye Djimdé, Directeur du Malaria Research and Training Center de Bamako (MRTC) a fait savoir que des recherches sont en cours dans le but de trouver un vaccin contre le paludisme. Au Mali, deux nouveaux types de candidats vaccins de paludisme sont en train d’êtres testés par MRTC et ses partenaires à Bancoumana et à Doneguébougou dans la région de Koulikoro et que si le développement de ces vaccins continuait dans ses différentes phases et que l’efficacité et la sécurité se confirment, ils seront des armes additionnelles majeures dans l’élimination voire l’éradication de la maladie.  Moussa Samba Diallo

Source: Le républicain

Commentez avec facebook