Innovation et technologie : LA NÉCESSAIRE RELATION ENTRE LES STARTUPPERS ET LES ENTREPRISES

Publié le 10 avril
Source : l'Essor

Au contact des structures publiques et privées, les jeunes créateurs auront la possibilité d’obtenir des financements pour leurs projets innovants

La ministre de l’Innovation et de la Recherche scientifique, Pr. Assétou Founé Samaké Migan a procédé, hier à l’hôtel Maeva, à la mise en relation des startuppers avec des institutions publiques et privées de notre pays. C’était à la faveur d’une rencontre organisée à cet effet, en présence du directeur général de Total-Mali, Kacou Adjé et de la cheffe du projet startupper, Mme Doucouré Assa Koïta.

Cette rencontre intervient après la remise des prix aux lauréats du concours « Startuppers de 2019 », organisée par Total-Mali. L’idée était de mettre les jeunes gagnants en contact avec les structures étatiques et privées qui peuvent les aider à avoir des financements, afin de leur permettre de mettre sur pied des projets viables et pérennes.

Précisons que ces jeunes innovateurs ont été sélectionnés à la suite du concours «Startuppers de 2019», deuxième édition du genre. Les candidats, qui était près d’une centaine au départs, ont présenté des projets innovants dans différents domaines tels que les arts et la culture, l’éducation, la santé, l’agriculture, l’environnement, etc. Des projets considérés comme des «chefs-d’œuvre de solutions innovantes », qui doivent ou peuvent inspirés les entreprises publiques et privées. D’où l’idée de les mettre en relation avec celles-ci pour un partenariat mutuellement bénéfique.

Intervenant à l’ouverture de la rencontre, le ministre en charge de l’Innovation a rappelé que cette démarche s’inscrit dans la logique de consolidation de la chaîne de l’innovation. Chaîne qui va, selon elle, de l’idée nouvelle à la commercialisation du produit.

«Au Mali, à travers le ministère de l’Innovation et de la Recherche scientifique, nous nous inscrivons dans cette logique pour mettre ensemble des structures de recherche et de formation avec des entreprises privées et publiques, en apportant notre contribution pour la consolidation d’une vraie collaboration sans laquelle il n’y a pas d’innovation», a ajouté Pr Assetou Foune Samaké Migan.

Selon elle, ces jeunes ont, malgré des difficultés persistantes, pu trouver des solutions innovatrices à travers leur intelligence en regardant les réalités qui les entourent et celles d’ailleurs. C’est pourquoi, «nous vous avons invité pour venir écouter ces jeunes et les comprendre afin que chacun essaie de voir ce qu’il pourrait prendre pour améliorer son quotidien avec des solutions meilleures qu’auparavant » a-t-elle souligné.

Pour sa part, le chef du projet startupper de Total-Mali a expliqué que son entreprise a initié le projet pour lancer une dynamique dans laquelle d’autres structures étatiques et privées peuvent s’inscrire pour avoir une certaine évaluation dans le secteur de l’innovation au Mali. C’est également, a ajouté Mme Doucouré Assa Koïta, pour permettre à des jeunes de créer, d’avoir des projets pouvant apporter un plus dans l’amélioration du quotidien des Maliens. «Il ne suffit pas de donner des enveloppes. Ce qu’on veut c’est vraiment aider les jeunes à aller au-delà des deux premières années dans la vie d’une entreprise», a-t-elle précisé.

Amadou GUÉGUÉRÉ

Source : l’Essor

Commentez avec facebook