Vendredi 22 Mars 2019
Bannière SWED

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Centre de recherche et de lutte contre la drépanocytose : LA CRÉATION DES UNITÉS DE SOINS EN PERSPECTIVE

La drépanocytose qui se classe au rang de première maladie génétique dans le monde, se soigne par la prévention et une prise en charge médicale adéquate.

Le Centre de recherche et de lutte contre la drépanocytose (CRLD) fait autorité dans la prise en charge de cette pathologie à l’échelle africaine. Mais l’établissement de référence entend donner davantage de possibilité de soins de qualité aux malades drépanocytaires à travers la création de centres et unités de compétences.

Ce point de vue a été partagé avec les administrateurs lors de la 17è session ordinaire du conseil d’administration du Centre. La réunion a examiné et adopté le rapport d’activités de l’exercice 2018 avant de se prononcer sur les perspectives de 2019.

La cérémonie était présidée par le conseiller technique au ministère de la Santé et de l’Hygiène publique, Sékou Oumar Dembélé, en présence du directeur général de l’établissement de prise en charge de la drépanocytose, Pr Dapa Ali Diallo et des administrateurs.

L’année a été difficile. Mais le Centre a enregistré 1 315 nouveaux drépanocytaires. Il faut aussi préciser que son projet de budget était équilibré en recettes et dépenses à 1,027 milliard de Fcfa. Ce budget est en baisse par rapport à celui de 2017.

Le directeur général du CRLD a expliqué que cette baisse est due à une réduction des prévisions de dotation au niveau des chapitres budgétaires, hormis ceux concernant le personnel EPA (établissement public à caractère administratif) et les ressources propres. Pour le responsable du Centre, le bilan est satisfaisant. A ce propos, il a confié que les réalisations de 2018 sont largement au dessus de celles de 2017. Dans le cadre de sa mission d’appui à la décentralisation de la lutte contre la drépanocytose, le CRLD a formé pour le compte de Sikasso, 7 médecins, dont un radiologue initié à la pratique du DTC, une technique d’identification des drépanocytaires. Aussi, un technicien de laboratoire et un technicien supérieur de santé ont été formés à l’organisation des soins drépanocytaires et à la prise en charge des complications de la pathologie.

Pour la région de Kayes, l’établissement a formé 37 médecins libéraux et communautaires et conduit des missions de suivi/évaluation des activités de l’unité de compétence de la drépanocytose et de dépistage néonatal de la drépanocytose. Les difficultés majeures évoquées par le directeur général du CRLD sont, entre autres, le très faible ratio personnel/malade ayant engendré une surcharge de travail, les coupes budgétaires imprévues qui ont affecté les chapitres des dépenses les plus sensibles.

Il a aussi noté que son établissement de soins s’est doté de compétences dans la pratique du DTC et acquis des équipements nouveaux pour la réalisation d’autres examens d’imagerie médicale.

Dr Sékou Oumar Dembélé a déclaré que cette session est d’une importante capitale pour le CRLD car elle offre l’occasion d’examiner et d’adopter le rapport d’activités 2018 et les perspectives 2019.

Parlant du Centre, il a expliqué que c’est un établissement public à caractère scientifique et technologique, dédié à la lutte contre la drépanocytose et qui doit conduire ses missions, selon les directives générales de fonctionnement édictées par la tutelle.

Par ailleurs, le conseiller technique a souligné que la drépanocytose, étant une priorité, nécessite la mise en œuvre de stratégies de prévention et de prise en charge spécifiques et durables.

Avec une cohorte d’environ 10 819 drépanocytaires et des recherches publiées dans des revues scientifiques, il a estimé que le Centre doit, à ce titre, être encouragé et soutenu pour contribuer à l’offre de soins spécifiques aux drépanocytaires, y compris les soins les plus innovants, et développer la recherche et la formation sur la maladie. Il a également souligné que la création de centres et unités de compétences en réseau doit être accélérée. Ceci est un élément de politique pour maintenir la qualité et l’offre des soins, a-t-il précisé.

Le conseiller au ministère en charge de la Santé a aussi invité les participants à un examen minutieux des différents documents soumis à leur approbation et à faire des propositions concrètes.

Fatoumata NAPHO

Source : l’Essor

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Prix Oumar Diallo 2019 : Mariam et Abdrahamane raflent la mise

L’espace culturel « La Gare » sise au Centre commercial de Bamako a abrité ce mercredi 27 février la cérémonie de remise de la 3ème édition du Prix Oumar Diallo

Lire la suite

Blog

Le Pape François à Abou Dhabi : « Non à la guerre, aux extrémismes et à l’utilisation du Nom de Dieu pour tuer ».

Le pape venait de prononcer son discours d’Abou Dhabi pour le sommet interreligieux pour la paix qu’il a conclu par la signature d’une « Déclaration sur la Fraternité humaine pour la paix mondiale et la coexistence commune » dans laquelle il est aussi question de liberté et de la dignité de la femme et des enfants.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Crash de Gondwana Airways

19 Mars 


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Journée Internationale de la Francophonie: quels sont vos proverbes et expressions?

20 Mars

© Dépêches du Mali 2012 - 2019