Recherche : L’ACADÉMIE DES SCIENCES S’INSTALLE

Publié le 15 février
Source : l'Essor

« Si nous tournons le dos à la connaissance, à la nécessité de s’instruire, nous ne pourrons pas avancer », a soutenu le chef du gouvernement lors de la cérémonie d’inauguration du siège.

L’Académie des sciences du Mali (ASM) a été inaugurée hier à Bacodjicoroni ACI en Commune V du District de Bamako. La cérémonie était présidée par le Premier ministre, Soumeylou Boubèye Maïga. C’était en présence des ministres l’Innovation et de la Recherche scientifique, Pr Assétou Founé Samaké Migan, de l’Education nationale, Pr Abinou Témé, de l’Élevage et de la Pêche, Mme Kané Rokia Maguiraga et de l’Artisanat et du Tourisme, Mme Nina Walet Intallou, ainsi que du président de l’ASM, Pr Abdel Karim Koumaré.

L’ASM est née le 1er novembre 2016 à l’initiative d’une vingtaine de membres fondateurs. Elle a procédé à son premier appel à candidature en 2017, permettant de porter le nombre de membres titulaires à une quarantaine en 2018. Un deuxième appel à candidature est prévu cette année. Son président a expliqué que l’ASM est composée de cinq collèges : Sciences et techniques, Sciences humaines, sociales, arts lettres et culture, Sciences juridiques politiques économiques et de gestion, Sciences de la santé et Sciences agronomiques.

Pr Abdel Karim Koumaré a remercié le ministre en charge de la recherche pour l’avoir associé à toutes ses activités importantes depuis la création de l’ASM. Et de réitérer la disponibilité de son Académie à traiter dans le domaine de la recherche, des préoccupations de la Présidence, de la Primature, de chacun des ministères.

Par ailleurs, Pr Koumaré a indiqué que l’ASM a planifié cette année, 13 conférences académiques. Elle compte également mener au moins 5 travaux de recherches transversaux qui porteront, en fonction des moyens mis à sa disposition, sur entre autres, les OGM, le changement climatique, le foncier, l’histoire du peuplement et les communautés ethnoculturelles au Mali, la régionalisation, la drépanocytose.

Au nom des membres de l’Académie, il a demandé au Premier ministre de bien vouloir transmettre au président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, tous leurs remerciements pour avoir accepté de parrainer l’Académie d’une part et d’autre part pour avoir instruit au gouvernement de construire un siège pour l’Académie des Sciences du Mali. Un siège qui, précisera-t-il, reflète la valeur artistique, culturelle, historique et scientifique du Mali. Il a adressé ses compliments au Premier ministre pour avoir accepté de présider cette cérémonie d’inauguration des locaux provisoires de l’Académie. Il a remercié ensuite le ministère en charge de la Recherche pour son appui constant, notamment pour la prise en charge de tous les frais de fonctionnement de l’ASM depuis sa création à ce jour.

Dans son intervention, le Premier ministre a indiqué que cette inauguration était le signe de la reconnaissance. Il a rappelé que le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, avait reçu les membres de l’ASM l’année dernière et avait tenu à reconnaître leur valeur, à rendre hommage à leur engagement pour faire en sorte que le Mali reste un pays du savoir, un pays de culture. A cet effet, le chef de l’Etat s’était engagé à apporter tous les appuis nécessaires pour que les membres de l’ASM puissent travailler, puissent nous réconcilier avec le savoir.

Le chef du gouvernement a aussi indiqué que «si nous tournons le dos à la connaissance, à la nécessité de s’instruire, nous ne pourrons pas avancer».

C’est pourquoi le président de la République a tenu à ce que l’Académie soit installée provisoirement dans les locaux actuels avec l’engagement de lui trouver un endroit plus favorable.

Soumeylou Boubèye Maïga a remercié et exprimé ses encouragements aux membres de l’ASM. Il a également assuré de sa disponibilité à faire tout pour que, d’ici à la fin de l’année, l’ASM puisse trouver un autre endroit plus convenable, plus avenant, pour qu’il puisse travailler, être un pôle d’attraction et d’attractivité pour les générations présentes et à venir.

Aminata Dindi SISSOKO

Source : l’Essor

Commentez avec facebook