Jeudi 12 Décembre 2019

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Santé des nourrissons : Des médicaments retirés du marché depuis 2011 mais commercialisés en pharmacie au Mali

L’Agence de sécurité sanitaire (Anses) de l’Hexagone est formelle : tous les types de couches pour bébé, y compris les couches dites écologiques contiennent des substances chimiques comportant des risques sanitaires.

Pour cette raison, le Directeur général de l’Agence des normes et de la qualité (Anor) du Cameroun, Charles Booto A Ngon a adressé, par écrit au ministre du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana, une «alerte» sur des couches jetables pour bébé, en provenance de la France et qui représenteraient un risque pour la santé des nouveau-nés. Pourtant, ces mêmes produits jugés nuisibles à la santé des nouveau-nés, se vend comme du petit pain sur le marché malien, sans que les autorités ne lèvent le petit doigt.

Sans en préciser la marque, le Dg de l’Anor du Cameroun sur la base d’une étude minutieuse, menée par l’Agence de sécurité sanitaire (Anses) de l’Hexagone, ayant conduit aux conclusions selon lesquelles certaines substances (butylphényl méthyle propional; l’hydroxyisohenyl 3-cyclohexène carboxaldéhyde et les hydrocarbures aromatiques polycycliques de dioxines ou de furanes) dépasseraient les seuils sanitaires requis dans ces produits.

Selon l’Anor, lesdites couches jetables n’étant pas soumises au programme d’évaluation de la conformité avant embarquement des marchandises importées en République du Cameroun (Pecae), «cette situation expose les consommateurs aux risques liés à ces produits à la qualité non éprouvée».

Sans citer de marques particulières, l’Anses a basé ses analyses sur 23 types de couches jetables «parmi les plus utilisées» par les consommateurs, pour conclure que «la contamination concerne tous types de couches, y compris les couches dites écologiques», qui contiennent des substances chimiques comportant des risques sanitaires.

Et parmi les parfums mis en cause, rentrant dans la fabrication desdits produits, se trouvent le butylphényl méthyle propional et le hydroxyisohexyl 3-cyclohexène carboxaldéhyde, mais aussi des hydrocarbures aromatiques polycycliques, réputés parfois cancérogènes, de dioxines ou de furanes.

En attendant, les couches jetables pour bébé en provenance de la France sont déversées sur le marché malien et dans les pharmacies sans que cela n’offusque nos associations de consommateurs encore moins nos autorités.

Mariam Konaré

………………………………………

Santé publique

Des médicaments retirés du marché depuis 2011 et commercialisés en pharmacie au Mali

L’Agence Française de Sécurité sanitaire des Produits de Santé (AFSSAPS) est formelle : l’efficacité des sirops contre la toux des bébés en bas âge, notamment, le Broncalène  nourrissons d’Hepatoum (sirop) et l’Hexapneumine nourrisons de Bouchara Recordati  (sirop) est remise en cause. Pire, ils pourraient être dangereux. Mais contre toute attente, ces produits prohibés, il y a 8 ans ou presque, se retrouvent dans les rayons des pharmacies de notre pays. Comme par magie. Au vu et au su de l’Ordre des Pharmaciens et de nos autorités.

Votre bébé tousse ? Il va être de plus en plus difficile de le soigner.  Après notre passage dans toutes les pharmacies de Bamako, ou presque, le constat est amer. Et même très amer : en plus des produits contre-indiqués pour soigner la toux nocturne des moins de 2 ans, ces deux sirops antitussifs pour les nourrissons retirés du marché se vend dans nos officines. Comme des bonbons. Le pharmacien livre le Broncalène nourrissons (Hepatoum) à 1980F CFA, et 1230F pour l’Hexapneumique  nourrisson (Bouchara Recordati).

À en croire l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps),  il y a  une absence de preuve d’efficacité dans ces produits. Mais le pire, c’est qu’ils provoquent des complications « neuropsychiatriques » (convulsions, agitations…) chez le nourrisson. Bien plus, ces cocktails Molotov  créent chez les moins de 2 ans des difficultés respiratoires. D’où, le lieu pour l’Afssaps, en accord avec les laboratoires de rappeler tous les lots de ces deux sirops.

D’autres sirops –antitussifs antihistaminiques H1 de première génération et le fenspiride –ne  peuvent désormais plus être délivrés en pharmacie pour les enfants de moins de deux ans.

Dans un communiqué depuis 2011, l’Afssaps souligne que le risque d’effets indésirables lié à l’utilisation de ces médicaments est  supérieur au bénéfice escompté. Avant d’énumérer que les médicaments mucolytiques, mucofluidifiants et l’Hélicidine… sont contre-indiqués chez le nourrisson.

Face à cette situation, l’Afssaps averti les parents de faire attention et de ne pas donnez aux petits de moins de 2 ans, le sirop d’un aîné.

Des antitussifs déconseillés aux nourrissons mais… vendus au Mali

En plus de l’alerte donnée par l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé, le Broncalène et l’Hexapneumique sont vendus dans presque toutes les pharmacies de notre pays. Mais les autorités sanitaires restent de marbre, face à la commercialisation de ce ‘’poison’’ pour nourrisson.

De la même façon, plusieurs sirops contre la toux des moins de 2 ans (en particulier la toux nocturne) sont contre-indiqués par l’Afssaps. Mais à la stupéfaction générale, ces produits sont, largement, vendus au Mali.

Il s’agit, d’antihistaminiques de première génération et de fenspiride. Notamment, le Toplexil de Sanofi-Pasteur ; le Thelarene d’Eempharma ; le Pneumorel de Servier ; le Calmixene de Novartis Pharma  et tous les produits contenant de l’Oxomemazine.

Ces sirops restent disponibles en pharmacie et sont contre-indiqués. Mais dans notre pays, c’est autre chose. Ces mélasses sont prescrites dans les cliniques et les hôpitaux. Au rythme qu’ils sont vendus à ciel ouvert dans les officines.

Pourtant, dans certains cas de toux chez le nourrisson, l’absorption de ces produits provoque des complications ou des dépressions respiratoires. Avec à l’appui, un risque de somnolence qui pourrait être délétère en cas d’encombrement bronchique.

Le silence coupable de l’Ordre des Pharmaciens

Contre-indiqués en Occident depuis 2011, ces sirops sont jusqu’ici commercialisés au Mali et prescrits pour soigner la toux des petit bouts de moins de deux ans. Mais le hic qui tilt, c’est  que ces produits sont, largement, distribués par les pharmaciens malgré qu’ils soient informés des consignes occidentales. Pourquoi ?

La raison est simple, voire simpliste : les pharmaciens maliens se soucient cent fois de leurs six sous que de la santé de nos concitoyens. Dans certaines officines, les pharmaciens  sont retissant, face à la vente de ces sirops pour nourrissons. Ils martèlent : « le Broncalène nourissons tout comme l’Hexapneumine nourissons sont interdits à la vente, car c’est des sirops qui sont dangereux pour la santé ».

Par contre, d’autres pharmaciens vendent ces produits comme du petit pain.

Interdit à la vente dans les pharmacies, l’Hexapneumine nourrisssons contient 2,5% d’alcool soit 49,5 mg d’alcool par cuillère-mesure de 2,5 ml. S’y ajoute le Biclotymol (0,100g) le Maléate de chlorphénamine (0,005g), les Excipients (qsp 100ml) et le saccharose  et du parahydroxybenzoate de méthyle sodé (E 212). Ce n’est pas tout. Loin s’en faut.

Sur le plan allergique, la consommation du Broncalène et de l’Hexapneumine, entraîne chez le nourrisson des éruptions cutanées, le brusque  gonflement du visage et du cou pouvant engendrer une gène respiratoire. Plus grave encore, elle provoque chez les moins de 2 ans, une baisse importante des globules blancs dans le sang qui se manifeste par l’apparition ou la recrudescence d’une fièvre accompagnée de signe d’infection. Sans compter la diminution anormale des plaquettes dans le sang pouvant se traduire par des saignements du nez ou des gencives. Auxquelles s’ajoutent, l’incoordination motrice ; des tremblements ; la confusion ; l’hallucination ; la sécheresse de la bouche, les troubles visuels ; la rétention d’urine ; la constipation ; les palpitations du cœur ; la baisse de pression artérielle etc.

Autant de facteurs qui font  que le Broncalène nourrissons et l’Hexapneumine nourrissons ont été retirés du marché.

Mais contre quoi l’Ordre des Pharmaciens du Mali et l’association des consommateurs continuent de garder un silence coupable ? Qu’en est-il des autorités sanitaires qui gardent toujours la tête sous le sable ?

En attendant, nos enquêtes se poursuivent.

Jean Pierre James

Source: Nouveau Réveil

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Coup d'gueule

Dr Charles Dara à propos de la Dengue : « c’est une maladie contagieuse ! »

Infection virale transmise par la piqûre d’un moustique, la « Dengue » sévit depuis début octobre dans les ménages au point que le département de la santé semble en prendre la mesure et dégainer des astuces préventives et surtout des conduites à tenir.  

Lire la suite

 

Blog

Ibrahim Ikassa Maiga, Enseignant à la Faculté de Droit Privé (USJP/Bamako – Mali) : « Comment comprendre qu’avec cette superpuissante ou hyperpuissante force française militaire, aucun secours ne vient aux soldats maliens »

« Monsieur l’Ambassadeur de France à Bamako,

C’est avec force indignation que je vous ai lu, au fil d’un communiqué faisant état de votre prétendu « étonnement » à propos du secret de polichinelle dont le Très Respecté Salif KEITA s’est fait porteur à l’intention du Président IBK.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale

11 Décembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Sahel: insécurité alimentaire

11 Décembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2019