Mercredi 20 Mars 2019
Bannière FISST

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Pour juguler la crise éducative : Mettre les nouvelles technologies au service de l’éducation

Les enfants n’ont plus le niveau, ils ne sont pas du tout intelligents, constituent des propos à mieux murir. Les enfants du 21e siècle ont un tout autre centre d’intérêt : les nouvelles technologies. Ces outils doivent être mis au centre de l’éducation afin de revivifier ce secteur dont la détérioration contribue grandement au sous-développement de nos nations et notamment du Mali.

L’éducation constitue la sève nourricière de tout développement national. Aucun État ne doit badiner avec ledit secteur, de crainte de ne pouvoir plus rattraper les autres en termes de développement. Or, nous constatons que dans beaucoup de nos États, et surtout le Mali, l’éducation devient secondaire aux yeux des politiques. Comme conséquence, la baisse de niveau des élèves est sur toutes les lèvres.

Au Mali, s’il y a aujourd’hui un fléau qui risque de provoquer l’effondrement total de l’État, c’est bien cette crise éducative, manifestée par la baisse de niveau scolaire et universitaire.  Des causes superfétatoires sont évoquées pour expliquer ce phénomène : les enseignants n’ont pas le niveau ; les parents se montrent désengagés ; les enfants ne sont pas intelligents ou n’aiment plus les études. Loin de là, il convient de comprendre la logique des enfants d’aujourd’hui : ce sont des drogués, c’est-à-dire des fans des outils technologiques. Alors, il serait plus judicieux pour le gouvernement malien, s’il veut réellement voir rayonner le niveau scolaire de son pays, comme celui des autres pays, de mettre les nouvelles technologies au service de son éducation.

Avec de simples smartphones, aussi bien les enfants que leurs professeurs peuvent mieux faire, vu que ces smartphones, ces ordinateurs, bref, les outils des Technologies de l’information et de la communication, constituent le centre d’intérêt des enfants. Il faudrait capitaliser les moyens nécessaires pour intégrer ces outils au sein de nos systèmes éducatifs. En effet, en évitant que ces outils soient utilisés à des fins moins utiles, ils seront utilisés comme outils pédagogiques et les enfants s’intéresseront davantage à l’éducation. Si nous voyons aujourd’hui que les enfants s’intéressent peu à l’éducation, c’est parce qu’ils considèrent le système actuel comme archaïque. Or, personne n’aime ce qui est dépassé, en tout cas pas un enfant. Nos gouvernements doivent mieux y réfléchir.

Ce n’est pour rien que le livre de mathématiques du cours moyen, édité par la célèbre collection Auriol et Séguier, commence sa préface par cette phrase qui sonne comme un avertissement pour les enseignants : « L’enfant ne regarde et ne conserve que ce qui l’intéresse » !

Fousseni TOGOLA

Source: Le Pays

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Prix Oumar Diallo 2019 : Mariam et Abdrahamane raflent la mise

L’espace culturel « La Gare » sise au Centre commercial de Bamako a abrité ce mercredi 27 février la cérémonie de remise de la 3ème édition du Prix Oumar Diallo

Lire la suite

Blog

Le Pape François à Abou Dhabi : « Non à la guerre, aux extrémismes et à l’utilisation du Nom de Dieu pour tuer ».

Le pape venait de prononcer son discours d’Abou Dhabi pour le sommet interreligieux pour la paix qu’il a conclu par la signature d’une « Déclaration sur la Fraternité humaine pour la paix mondiale et la coexistence commune » dans laquelle il est aussi question de liberté et de la dignité de la femme et des enfants.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Crash de Gondwana Airways

19 Mars 


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] RCA: comment relancer l'accord de paix?

19 Mars

© Dépêches du Mali 2012 - 2019