Jeudi 18 Octobre 2018
Bannière FISST

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Sotuba-ACI : Les populations se plaignent de l’usine Sady Plastic

Les populations de Sotuba-ACI et d’autres quartiers riverains se plaignent des fumées nocives que l’usine Sady Plastic dégage. Non seulement elles polluent leur environnement, mais leur empoissonnent la vie surtout pendant la nuit. En effet, implantée depuis 2007à Sotuba-ACI à côté du terrain de football du Stade Malien de Bamako, les voisins demandent le transfert de l’usine Sady Plastic à un autre endroit. Selon eux, elle dégage des fumées toxiques qui coupent leur sommeil pendant la nuit car les empêchant de respirer de l’air pur.

«Il y a longtemps que l’usine Sady Plastic est installée ici sans notre consentement. Elle nous cause énormément de problèmes, surtout le problème de respiration causé par la fumée des sachets plastiques que nous inhalons. Pire, pendant la nuit, cela nous perturbe le sommeil car la fumée rentre dans nos chambres et du coup, nous sommes obligés d’ouvrir les fenêtres. Je commence même à sentir du mal au niveau de mes poumons. On en a marre de cette usine. C’est pourquoi, nous nous sommes levés au sein d’un groupement d’associations des jeunes pour que cette usine soit transférée ailleurs. Nous allons bientôt organiser une marche pour cela », a déclaré Aly Sissoko, membre du groupement des populations riveraines.

«Nous avons commencé cette lutte depuis longtemps. La fumée que l’usine dégage nous dérange énormément. Les jeunes de Bougouba, de Sotuba-ACI et de Korofina-Sud se sont regroupés au sein d’un mouvement, nous sommes partis déposer un avis de marche auprès du gouverneur du District. Nous avons saisi le maire de la commune I pour ce problème, nous avons envoyé une équipe pour échanger avec les responsables de l’usine. A chaque fois qu’elle part, on leur fait savoir que l’usine appartient à un Coréen et qu’il est en déplacement. Finalement, nous avons porté plainte au tribunal de la commune I », a-t-il ajouté.

«Les employés utilisent les cache-nez pour leur protection. L’autre jour, le service d’assainissement de la mairie de la commune I nous a informés que les populations riveraines sont parties se plaindre de la fumée que l’usine dégage. La Direction Régionale de l’Assainissement a aussi envoyé une équipe le vendredi 13 juillet pour des observations. Nous savons que l’usine dégage des fumées mais pas au point que cela dérange la population. Nous allons prendre des précautions en essayant d’augmenter les cheminées d’évacuation des fumées », a rassuré le chef de personnel de l’usine.

« Nous sommes en train de construire une nouvelle usine loin des habitations, c’est presque fini. Nous allons bientôt transférer les machines. La seule plainte dont j’ai connaissance est celle des locataires du stade malien de Bamako. Nous nous sommes rencontrés pour échanger sur la situation, cela nous a coûté cher car il y a des heures où nous sommes obligés d’arrêter les machines, mais dire que d’autres personnes ont porté plainte, c’est ma première fois de l’entendre »,  a déclaré Sady Kouma, le promoteur de l’usine. Avant d’expliquer qu’au moment où il s’est installé, il n’y avait personne.

«Nous sommes là depuis 2007. Le terrain est pour moi mais les Coréens sont mes associés car ce sont eux qui connaissent ce travail. J’ai investi beaucoup d’argent sur ce lieu mais bientôt, nous allons déménager. Nous demandons à la population de patienter », a rassuré le promoteur de l’usine.

A noter que l’usine Sady Plastic transforme les sachets plastiques ramassés dans les ordures pour en faire des accessoires de cuisine, de ménage. Il s’agit des  tasses, bols, baignoires et autres récipients en plastique.

Affaire à suivre!

Moussa Sékou Diaby

Source : Tjikan 17 Juil 2018

 

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Sory  Ibrahim Guindo, journaliste : « En réponse à la lettre circulaire du ministre des Finance, Boubou Cissé, ordonnant une rétention du salaire des magistrats grévistes, le syndicat des magistrats affirment une sombre affaire de 3,5 milliards CFA disparu à l'hôtel des Finances.

C'est maintenant que nos braves magistrats se sont souvenus de cette scabreuse affaire. Au Mali, chacun défend sa sauce. L'Etat vous paye pour lutter contre la corruption et la délinquance financière, vous vous taisez. Maintenant que l'on menace de vous couper les vivres, vous nous balancer ça ».

 

Blog

« Quand le pays sombre dans la politique politicienne, la démocratie se résume aux luttes électoralistes »

Une petite rétrospective sur la lutte des pères de l’Independence, et du vent de démocratie qui souffla sur l’Afrique dans les années 1990, fait constater aisément l’échec cuisant de toute la classe politique actuelle.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Les routes au Gondwana

18 0ctobre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Mali: un nouvel espoir de paix?

18 Octobre

© Dépêches du Mali 2012 - 2018