Mardi 22 Mai 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Journée mondiale du paludisme: la maladie en recrudescence

Mauvaise nouvelle sur le front de la lutte contre le paludisme. Pour la première fois en 3 ans, la maladie est en recrudescence. C'est ce mercredi 25 avril la journée mondiale du combat contre cette maladie.

Le paludisme, encore appelé malaria, touche principalement le continent africain et les pays asiatiques. Une grande conférence s'est tenue à Londres la semaine passée. Les spécialistes y ont expliqué les raisons de cette hausse de mortalité : les médicaments perdent leur efficacité.

Des moustiques et des hommes. Dans cette lutte contre le paludisme, les deux espèces avancent en même temps. Alors quand l'animal, - le moustique -, se transforme pour résister à un insecticide, la victime, - l'homme, la femme ou l'enfant , perd d'emblée sa sensibilité aux médicaments d'origine.

C'est un mystère, explique François Bricaire, professeur à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris, mais on ne sait pas encore très bien pourquoi ces résistances aux médicaments naissent d'abord en Asie pour venir en Afrique.

« Beaucoup de substances qui sont utilisées contre le paludisme, les substances les plus récentes, sont le plus souvent utilisées d’abord en Asie. Ce qui explique que c'est dans ces zones géographiques que vont apparaiîre les premières résistances. S’il y a des résistances aux insecticides, les parasites sont comme les bactéries, comme les virus, ils n’ont qu’un objectif, c’est d’essayer de survivre. Donc à partir du moment où on leur administre des substances qui leur sont toxiques, ils mettent tout en œuvre pour trouver les moyens de résister. »

Ces résistances, on en a parlé à Dakar puis à Londres la semaine dernière au cours de colloques internationaux. Tous les spécialistes ont répété qu'en l’absence d'un vaccin efficace, il faut tout de même continuer à utiliser les moustiquaires imprégnées et prendre ses médicaments régulièrement. Pourquoi ? Parce que les irrégularités ou les ruptures favoriseraient les résistances à ces traitements.

Source : RFI

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Au Mali, on sait plus dénoncer la corruption que de la combattre…», dixit Mamadou Ismaïla Konaté, ancien ministre de la Justice

« Au Mali, on sait plus dénoncer la corruption que de la combattre ou de lui résister. Beaucoup vivent de ses fruits ou du bénéfice de ses produits aussi nocifs que mortels que le Sida. Si rien n’est fait par contre, on sera obligé de tout faire pour en guérir sinon en mourir »

Blog

« Cultivez vos propres champs ! », dixit le Pr Clément Dembélé

« Jeunes maliens, Je vous vois un jour tous ensemble dans « le parti du peuple malien » au lieu de vous diviser pour des gens qui n’ont rien donné autre que la désuétude politicienne dans ce pays.

Ne soyez pas porteurs de témoin de cette déception dont vous en êtes victime. Cultivez vos propres champs!!!

Lire la suite

Présidentielle 2018 : La Voix de la Société Civile

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Le futur de Président-Fondateur

21 Mai


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Ramadan: la flambée des prix

22 Mai

© Dépêches du Mali 2012 - 2018