Dimanche 22 Avril 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

CSCOM de Garantiguibougou : Travailleurs chassés, portes fermées par des Loubards sur instruction de la chefferie du quartier en complicité avec le maire, Amadou Ouattara

Après son échec à la justice, le camp du bureau consensuel de l’ASACOGA soutenu par la chefferie de Garantibougou et le maire de la commune V Amadou Ouattara, passe par la force tout en faisant fi de la décision de justice.

Des jeunes du quartier et loubards  ont chassé les agents de santé et fermé les portes du CSCOM le mardi, 10 avril 2018.

Au Mali d’aujourd’hui, tout semble être permis. Chacun fait ce qui lui passe par la tête sans en être inquiété. On défie la justice sur instruction des autorités de la place. Le cas illustratif, c’est la situation du CSCOM de Garantiguibougou. Comme nous l’avions annoncé dans une de nos parutions, le bureau consensuel de l’association de Santé communautaire de Garantiguibougou a perdu les deux procès contre Dr Bintou Sangaré au tribunal de la commune V.Le mardi  10 avril 2018, des jeunes du quartier ont piétiné le verdict du tribunal de la commune V. En compagnie des loubards, ilsont chassé des agents de santé du CSCOM et  ont  fermé les portes avant de remettre  les clés à la mairie.

Selon Mme Diarra Yagaré Sidibé, sage-femme audit CSCOM que nous avons rencontrée, les loubards étaient en mission du chef de village de Garantiguibougou pour prendre la Directrice technique, Dr Bintou Sangaré en otage. Elle ajoute que comme la Directrice était absente, les émissaires ont contraint les autres agents de santé à sortir des salles.  « Les loubards nous ont fait sortir et ont bouclé toutes les portes », a-t-elle précisé.Selon la sage-femme, la chefferie a amené quatre personnes (deux jeunes hommes et deux jeunes filles) pour la prise en charge des patients. « Ils ont confirmé aux agents de CSREF de la CV et aux syndicalistes qu’ils étaient en mission du chef de village », a-t-elle précisé. C’est à la mairie que les loubards auraient amené les clés, aux dires de Mme Diarra Yagaré  Sidibé.

Le maire de la commune V, Amadou Ouattara serait impliqué dans cette fermeture des portes du CSCOM de Garantiguibougou car dans un enregistrement audio que nous possédons, la fille au grand frère du chef de village affirme qu’elles ne font rien sans informer le Maire. « En ce qui concerne le maire,  tout  ce que nous faisons, nous l’informons. Nous sommes avec le maire. Il est au courant de cet acte», a déclaré Bertha Samaké.

Joint par nos soins, le maire Amadou Ouattara dément toute collaboration avec les manifestants. « C’est faux. Je ne les connais même pas.Si elles disent que je suis avec elles, qu’elles le prouvent», a-t-il répliqué. Je suis une autorité, ajoute-t-il, je ne m’implique pas dans  de telle chose.

En tout cas, si les allégations de la bonne dame s’avèrent vraies, le maire de la commune V crée la tension au lieu de procéder à l’apaisement dans cette affaire. Les missions du maire sont loin d’être de remonter les populations contre les employés de l’Etat.

Hier, mercredi  matin, ce sont les jeunes qui ont ouvert les portes du CSCOM. Les agents de santé étaient mis à côté. Selon notre source, c’est après le constat par leur huissier que le bureau consensuel a ordonné aux jeunes de quitter le lieu pour que les travailleurs commencent le boulot.

Nous y reviendrons

Source : Le Pays 12 Avr 2018

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Choguel Kokala Maïga est complice dans le massacre de 200 enfants du Mali le 26 mars 1991 », Dixit Aguibou Koné, ancien de l’AEEM et candidat à la présidentielle 2018

« Choguel Maïga ? Un complice passif des massacres qui doit sa liberté au choix de la réconciliation nationale décidée après le 26 mars; car trop de gens étaient mouillés dans le massacre des enfants du Mali : plus de 200 morts en 4 jours, des milliers de blessés.

Lire la suite

Blog

« Si nous disons la vérité en faisant preuve d'humilité et de bon sens, le Mali va se redresser »

La classe politique dirigeante depuis 1960 y compris Moussa Traoré lui même est celle formée par l'USRDA. Que l'ADEMA et ses partis fils aient imposé une culture de parti unique de fait, ne doit étonner personne, pas plus que leur corruption.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

V comme faire le vide

20 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

20 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2018