Dimanche 22 Avril 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Association de Santé Communautaire de Boulkassombougou : Le Maire de la commune I impose la belle sœur de la première dame à la tête de la structure sanitaire

L’assemblée générale de l’Association de Santé Communautaire de Boulkassoumbougou 1 (ASACO-BOUL 1) qui s’est transformée à un simulacre d’élection remportée par Mme Maiga Oumou Ba, s’est déroulée dans une atmosphère électrique le samedi 07 Avril 2018. Le représentant du chef de quartier, l’ancien président de l’ASACO-Boul 1 et les membres de son bureau, qui ont préféré quitté les lieux, traitent de hold-up électoral l’élection de la nouvelle présidente qui n’est autre que la belle sœur de la première dame Aba Maiga. Les contestataires ont décidé de porter plainte devant les tribunaux. Un feuilleton juridique sera donc bientôt ouvert au niveau du tribunal de la commune I.

Placée sous la présidence du maire de la commune I Mamadou B Keita et en présence du représentant de la Fédération Nationale des Associations de Santé Communautaire (FENASCOM) Djibril Diallo, des représentants du Centre de sante de référence de la commune I et du service social, l’assemblée générale  de l’Association de Santé Communautaire de Boulkassoumbougou 1 s’est déroulée dans une ambiance électrique et surchauffée. L’assemblée, qui était convoquée juste pour présenter le bureau consensuel mis en place, a tourné à l’élection. Lors de l’Assemblée, la lecture du bureau consensuel  avec comme président Me Filifing Dembélé et Mme Maïga Oumou Ba comme vice présidente a fait l’objet de contestation de la part des sympathisants de cette dernière. Djibril Diallo et les représentants du service social et du CSEREF qui étaient unanimes que le quorum n’était pas atteint -donc impossible de tenir une élection- ont finalement cédé face aux agissements du 5eme adjoint au maire de la commune I Cheick Oumar Berthé qui a dit qu’ils ne bougeront pas sans avoir confié les rênes de l’ASACO à un nouveau chef. Les partisans de l’ancien président et le chef du quartier, qui ont préféré quitté les lieux, crient à un hold-up électoral et accusent le maire de la commune I d’avoir imposé la belle sœur de la première dame comme présidente d’un centre alors qu’elle ne réside pas dans l’un des trois secteurs de l’aire de santé du centre et ne possède pas non plus la carte de membre.

 Le maire de la commune I Mamadou F Keita, dans ses propos liminaires, avait fait savoir que la politique n’a pas sa place dans les centres de santé et que sa présence n’à rien avoir avec la politique. Il a mentionné que c’est par ce qu’il se souci de la santé des membres de sa commune qu’il a effectué le déplacement et qu’il soutiendra le nouveau bureau qui sera élu. A l’endroit des jeunes qui contestaient l’élection de la nouvelle présidente qui, selon eux, n’a pas été faite dans les règles de l’art, le maire Keita a dit : « je suis le IBK de la commune I et les jeunes qui s’hasarderont à troubler l’ordre dans ma commune me trouveront sur leur chemin ».

 La contestée nouvelle présidente Mme Maiga Oumou Ba a affirmé qu’elle et son équipe donneront un nouveau visage à l’ASACO-Boul1.  Le président sortant Me Filifing Dembélé qui n’a pas assisté à l’élection a fait savoir qu’après plusieurs tentatives infructueux de la mairie d’imposer la belle sœur de la première dame comme présidente, ils avaient décidé ensemble de mettre en place un bureau consensuel qui devrait être présenté aux populations et non à un vote raison qui a poussé le chef de quartier à quitter les lieux. Il a signalé qu’ils porteront plainte devant le tribunal de la commune afin que force revienne à la loi. Selon lui, le bureau de la nouvelle présidente est constitué des jeunes sans emploi du RPM qui veulent juste venir pour vider les caisses de l’ASACO-Boul 1. «  On ne va pas les laisser détruire ce que nous avons construit depuis des années. »  Comment une femme qui ne se soigne même pas au Mali peut postuler pour la présidence d’une Association de santé communautaire dont elle ne possède pas la carte de membre ?, s’interrogent des jeunes du quartier. Les contestataires ont décidé de porter plainte devant les tribunaux.

Affaire à suivre…

 Moussa Samba Diallo

Source: Le républicain

Commentez avec facebook

Commentaires   

0 #1 garcia 11-04-2018 19:17
Témoignage ! Je m’appelle Garcia, je veux partager avec vous mon histoire. Il y a de cela 3 mois environ, c'était le calvaire dans mon foyer. Les disputes entre mon mari et moi se répétaient jusqu'au jour ou il quitta la maison. Suite à cela j'en ai parlé avec une amie qui m'a donné les coordonnés d'un Marabout HOUNON AZE à qui je devais m'expliquer. Comme j'aime beaucoup mon mari j'ai contacté cet Grand T’Homme envoyer par Dieu pour m’aider qui m'a promis de me le faire revenir à la maison. J'ai donc suivie ces conseils et également fait des rituels. Exactement 3 jours après,mon époux est revenu en me suppliant de lui pardonner pour tout ce qu'il a pu me fait,et bien sure on s'est réconcilié. Ce fut un véritable miracle dans ma vie,je vous conseille de faire comme moi. Je vous assure que vous trouveriez satisfaction ou résolution à vos problèmes. Pour cela voici ses coordonnées :
Email:
Téléphone ou whatsapp : +229 66 54 77 77
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Choguel Kokala Maïga est complice dans le massacre de 200 enfants du Mali le 26 mars 1991 », Dixit Aguibou Koné, ancien de l’AEEM et candidat à la présidentielle 2018

« Choguel Maïga ? Un complice passif des massacres qui doit sa liberté au choix de la réconciliation nationale décidée après le 26 mars; car trop de gens étaient mouillés dans le massacre des enfants du Mali : plus de 200 morts en 4 jours, des milliers de blessés.

Lire la suite

Blog

« Si nous disons la vérité en faisant preuve d'humilité et de bon sens, le Mali va se redresser »

La classe politique dirigeante depuis 1960 y compris Moussa Traoré lui même est celle formée par l'USRDA. Que l'ADEMA et ses partis fils aient imposé une culture de parti unique de fait, ne doit étonner personne, pas plus que leur corruption.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

V comme faire le vide

20 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

20 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2018