Mardi 23 Janvier 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Eau et Assainissement : La CN-CIEPA tire la sonnette d’alarme

Il ressort du Livre bleu et du rapport TrackFin, que la situation des services d’eau potable, d’hygiène et d’assainissement est peu reluisante et plusieurs facteurs continuent à plomber le secteur

La Coalition  Nationale de la Campagne Internationale pour l’Eau Potable et l’Assainissement (CN-CIEPA), en tant qu’organisation de la société civile, en partenariat avec l’IRC a produit une note d’analyse du livre bleu et du rapport TrackFin du secteur WASH au Mali. Le rapport du Livre bleu Mali 2016 présente une analyse complète des enjeux stratégiques de l’Accès à l’Eau potable, l’Hygiène et l’Assainissement (AEPHA) au Mali et des chantiers à engager pour la réalisation de l’ODD n°6. Pour faire le point de la situation du secteur WASH au Mali à travers ce Livre bleu, les responsables de la CN-CIEPA et ses partenaires stratégiques comme Watershed-Mali, l’IRC, Wetlands et AKVO, ont animé une conférence de presse le vendredi 30 décembre à la Maison du partenariat sous la présidence du président de la CN-CIEPA, M. Dounatié Dao.

Par cet exercice, il s’agissait pour la CN-CIEPA de faire le point, sans complaisance, de l’état des lieux du secteur WASH au Mali,  expliquer la situation et partager les propositions de la coalition. D’entrée de jeu, le président de la Coalition a noté que l’état du secteur n’est pas reluisant et les chiffres sont effrayants avant de mettre l’accent sur le nécessaire travail proactif pour le secteur. Pour illustrer cette situation telle qu’elle découle du Livre bleu, M. Dounatié dira qu’en 2016-2017 au Mali, seulement 66,9% au niveau national et 70,6% en milieu urbain et semi urbain ont accès à l’eau potable contre 65,3% en milieu rural. Que selon les données de l’annuaire statistique du secteur eau et assainissement, en 2016, ce sont 1286 villages qui ne disposent toujours pas de points d’eau.

Du côté de l’assainissement, le conférencier ajoutera que les taux d’accès sont de l’ordre de 25% au niveau national, selon le joint monitoring program (JMP). Qu’en milieu urbain, ce taux est de 38% contre 16% en milieu rural en 2015. Il a déploré le fait que l’Etat malien s’est  pourtant engagé aux côtés de la communauté internationale, à mettre en œuvre les ODD dont le n°6, promeut l’accès universel pour tous les maliens à l’eau potable et à l’assainissement. Il a pointé du doigt sur le financement du secteur par l’Etat qui s’est élevé à 0,8%  du budget national en en lieu et place des 5% consacré dans son engagement en 2015.

Pour le président de la CN-CIEPA, de l’analyse du Livre bleu et du rapport TrackFin, la situation des services d’eau potable, d’hygiène et d’assainissement, plusieurs facteurs semblent plomber le secteur. Les principaux facteurs sont : la faiblesse de coordination et du suivi des performances du secteur, l’insuffisance du financement national et le faible taux d’absorption des financements extérieurs, la faible maitrise d’ouvrage des services d’eau et d’assainissement par les communes et la faible responsabilité citoyenne dans la gestion des ouvrages AEPHA.

Face à cette situation, la CN-CIEPA en tant en tant qu’organisation de la société civile tire la sonnette d’alarme et fait des propositions. Il s’agit d’abord de placer l’eau et l’assainissement sous l’autorité d’un Département ministériel unique pour l’unité d’action et éviter la gestion du secteur en « pièces détachées ». Il s’agit, en outre, de consacrer les 5% du budget national au secteur comme convenu dans l’engagement international de l’Etat ; d’inviter les partenaires techniques et financiers au respect des principes de la déclaration de Paris sur l’efficacité de l’aide au développement ; de rendre effectif le transfert des compétences et des ressources aux collectivités ; et de promouvoir l’inclusion de toutes les parties prenantes dans la gouvernance du secteur.

Daniel KOURIBA

Source : 22 Septembre 2 Jan 2018

 

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

La Démission manifeste de la diplomatie du Mali face à la rébellion

Une délégation de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) séjourne depuis hier aux Etats-Unis…en l’absence de la diplomatie malienne. Une véritable insulte à l’endroit de l’Etat malien.

« Dirigée par Bilal Ag Cherif du MNLA et Alghabass Ag Intalla du HCUA, la délégation rencontrera les membres du Conseil de sécurité de l’ONU pour, dit-on, émettre son avis sur les blocages du processus de paix. 

Lire la suite

 

Blog

Quand l’histoire donne raison au « King »

L’unité, la construction citoyenne, la liberté, l’égalité, la justice sociale sont autant de valeurs prônées par Martin Luther King. Jeff Kelly Lowenstein, journaliste d’investigation et Professeur à l’Université de Colombia, revient sur l’immense héritage sociétal légué par l’apôtre de la non-violence à l’humanité entière en le confrontant au contexte américain sous Trump.

Lire la suite

« Prix Oumar Diallo » 2e édition

« Comment les pays africains peuvent-ils contribuer à résorber l’immigration clandestine ? »

Termes de référence du concours – Modalités générales

1- Dépêches du Mali, journal d’information en ligne ayant son siège à Hamdallaye ACI 2000, Rue : 390/Porte : 1687/ BP : 1744 Bamako (Mali), organise le concours « Prix Oumar Diallo », 2e édition.

Le concours est organisé en partenariat avec :

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Dieu et Président-Fondateur

22 Janvier


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Trump: bilan d’un an au pouvoir

22 Janvier

© Dépêches du Mali 2012 - 2018