Jeudi 22 Novembre 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Médicaments aphrodisiaques sans prescription : Des conséquences graves pour la santé humaine

L’utilisation des médicaments aphrodisiaques est fréquente chez les jeunes maliens qui n’ont pas encore la quarantaine.

Ces aphrodisiaques ni conseillés, ni prescrits par un médecin sont à l’heure actuelle les produits les plus vendus et achetés dans nos marchés et dans les rues. Pourtant les spécialistes en médecine dénoncent la prise de ces médicaments sans prescriptions préalable. Car selon eux, certains de ces médicaments peuvent causer des conséquences graves sur la santé du sujet et peut même causer mort d’homme.

« Viagra », « Hot sex », « Nèguèden », « villa clé », « Tassouma », « Waraba », « Envia », « big-men », « Max-men », « Atoté » etc., sont les noms des médicaments par terre, dangereux avec des effets incontrôlables qui nuisent petit à petit à notre santé. Ces produits sont utilisés couramment par les jeunes hommes aussi bien que les jeunes filles pour pimenter leur libido. Une femme, témoigne sous anonymat qu’elle fut victime de ces médicaments non conseillés par les médecins.

« J’utilisais ces médicaments chaque soir et mon mari se précipitait de rentrer du boulot. Au moment où j’utilisais il trouvait du plaisir en moi jusqu’à ce qu’il ne partage plus le lit entre ma coépouse et moi. Au fil du temps, j’ai commencé à sentir de l’infection. Après une consultation gynécologique avec mon mari, le gynécologue, nous a annoncé que je souffre d’une infection grave et pour vivre longtemps, qu’il me faut une opération génitale. Et dès lors, mon mari m’a répudié, car je ne pourrai plus avoir désormais des relations sexuelles », confesse-t-elle dans un état désesperé. Une femme accepte de témoigner sous anonymat en dévoilant les raisons de la mort de son mari.

« Mon époux avait l’habitude de consommer ces genres de médicaments sans être prescrit ou conseillé par un médecin. Un jour, au cours de notre relation intime, il s’est éteint sur moi», a-t-elle dit. Selon elle, la mort de son mari fut causée par la consommation excessive de ce médicament sans dose. Une jeune fille de 18 ans, nous fait savoir qu’elle utilise les médicaments aphrodisiaques, quand elle va avoir des relations intimes avec son copain juste dans le but de pimenter le désir sexuel.

« De nos jours, pour que ton homme soit accro à toi, il faut utiliser ces médicaments et faire consommer par son conjoint pour agrémenter la relation car certains jeunes n’arrivent pas à satisfaire sur ce point. Et rare les jeunes filles et garçons qui ne consomment pas en cachette. J’utilise fréquemment « villa clé », « femme-puissante » », explique une jeune fille de 20 ans. « J’utilise les médicaments aphrodisiaques en prélude de chaque rapport pour que ma femme ne part pas voir ailleurs.

Et puis, les Dames de nos jours, aiment les hommes qui les secouent bien au lit », indique un homme. Selon les spécialistes en médecine, l’utilisation de ces aphrodisiaques peut causer comme conséquences les maladies de foie, de problèmes de cœur, de reins ; les maladies sexuelles etc. « Le risque le plus élevé est un arrêt cardiaque car le phénomène consiste à un pompage rapide du sang pour maintenir le sujet en érections pendant un certain temps alors le cœur y joue un rôle considérable en ce moment-là et les conséquences s’en suivent en cas de fatigue » confie le laborantin Dabo.

FATOUMATA Z. COULIBALY, stagiaire

Source: Le Républicain

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Issa N’Diaye à propos de la démocratie au Mali : « Le système électoral malien souffre d'un problème de légitimité »

Blog

 

Cheick Boucadry Traoré : « La gouvernance malienne est en crise.

… Une décentralisation inefficace, coercitive et non démocratique »

« Notre conviction est qu’il faut transformer le Mali au niveau de ses structures politiques et sociales artificiellement édifiées dans l’intérêt d’une classe politique corrompue et capricieuse et une soi-disant communauté internationale qui continue à traumatiser notre pays

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La classe moyenne

21 Novembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] «Rambo»: premier Centrafricain à la CPI

21 Novembre

 

 

© Dépêches du Mali 2012 - 2018