Lundi 16 Juillet 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Bourakegoubou : Une expertise locale devenue une fierté internationale

Découvert accidentellement en 1987 à Bourakébougou dans le Bélédougou lors d’un forage d’eau, les analyses faites par Petroma Inc dans différents laboratoires ont confirmé une composition de ce gaz à environ 98% d’hydrogène et 2% de méthane sur ce gisement d’hydrogène naturel. Une première dans le monde.

Bientôt un boom gazier au Mali, plus précisément dans le village de Bourakébougou, situé dans la Commune rurale de Diédougou-Torodo, à 60 km au nord-ouest de la ville de Bamako. Des puits d’hydrogène naturel ont été découverts par la société Pétroma Inc. L’information a été confirmée par le président de la société Aliou Boubacar Diallo lors d’une visite de revue des derniers résultats de la campagne de sondage lancée récemment.

«Les résultats de cette campagne de sondage sont très prometteurs. Sur les 4 puits réalisés par les géologues, tous sont positifs, c’est-à-dire 100% de réussite. Moi qui suis habitué à travailler sur des sondages pétroliers et gaziers, je peux vous dire que c’est la première fois que j’en fais qui soient tous positifs du premier coup», révèle le géologue en chef de Petroma Inc, le Roumain Cornel Raducanu.

De l’avis des spécialistes, ce qui se passe à Bourakebougou, techniquement, est une première dans le monde. Ces faits constituent une grande curiosité pour les scientifiques et les spécialistes qui avaient toujours considéré que ce gaz extrêmement volatile ne pouvait pas être stocké dans des réservoirs naturels et quelles qu’en soient les couvertures. Pourtant, le piège a fonctionné à Bourakebougou. L’hydrogène naturel qui s’y trouve semble bénéficier d’une couverture naturelle qui a stoppé sa migration en surface. Un véritable miracle malien ! Pour le moment, les 4 puits réalisés sur ce bloc 25 ont une profondeur d’environ 110 m, mais les prochains forages ambitionnent de descendre à plus de 2 km sous le sol du Bélédougou.

Selon les habitants, ce gisement d’hydrogène naturel a été accidentellement découvert en 1987 à Bourakébougou dans le Bélédougou lors d’un forage d’eau. Les habitants du village disaient y entendre depuis toujours une sorte de bourdonnement. Le puits avait alors été cimenté. Dès l’obtention du permis par Petroma Inc, la société a multiplié les travaux de recherche géologique, géophysique et sismique dans la zone. Les analyses faites dans différents laboratoires ont confirmé une composition de ce gaz à environ 98% d’hydrogène et 2% de méthane.

Depuis 2012, la société a installé une unité pilote sur le site pour tenter une prouesse technologique : la transformation de cet hydrogène naturel en électricité. Les essais ont été concluants et Bourakébougou est aujourd’hui le premier lieu au monde où l’hydrogène naturel permet la production d’une électricité 100% écologique, sans aucune émission de CO2. La «centrale» expérimentale produit de l’énergie à partir d’une turbine électrique qui n’a que de la vapeur d’eau comme résidu de combustion. De surcroît, la «méthode Petroma» a un très faible coût de production. C’est le seul exemple au monde et la plus grande fierté des populations autochtones. Et pour cause, au village de Bourakébougou, à 50 kilomètres au nord-ouest de Bamako, son exploitation permet d’éclairer la place du village, les lieux de culte, ainsi que certaines habitations.

Avec ce gaz sans effet de serre et presque pur à 100%, le Président de Petroma Inc, le Malien Aliou Boubacar Diallo, espère lancer l’exploitation industrielle de cette ressource naturelle dans les prochaines années au Mali. «Ce gaz peut servir à de multiples utilisations dont la production d’électricité comme c’est le cas actuellement, et pourrait être utilisé comme carburant dans les voitures, les trains, les bateaux, mais aussi pour la production d’engrais», insiste fièrement l’homme d’affaires quinquagénaire.

«L’hydrogène naturel est une opportunité pour le Mali qui, pour la première fois, est pionnier dans le monde dans un domaine de pointe : la production d’électricité sans émission de CO2. Tout le monde a peur de venir au Mali mais nous, nous continuons d’investir à fonds perdus parce que nous croyons au potentiel de notre pays. Et nous restons des Maliens optimistes sur l’avenir du Mali. Nous essayons de convaincre tout le monde que la destination Mali est une bonne destination pour l’investissement. C’est ça le vrai défi à relever. Le projet que nous portons est un projet futuriste qui peut développer une région entière du Mali», a indiqué monsieur Diallo.

Petroma Inc a obtenu un permis d’exploitation et un permis environnemental. La compagnie va pouvoir explorer une zone de 43 170 km2 avec d’ores et déjà 16 sondages programmés. Le Président de Petroma Inc espère qu’avec ce projet le Mali pourra construire la plus grande centrale électrique à hydrogène naturel du monde et avoir le plus grand parc de véhicules à hydrogène d’Afrique.

Zan Diarra

Source : Soleil Hebdo  21 Déc 2017

 

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Blog

 « Cheick Modibo Diarra et Moussa Mara, deux hommes politiquement maladroits »

« Cheick Modibo Diarra et Moussa Mara, deux combinaisons dangereuses pour le Mali » 

« On ne dirigera pas ce pays par tâtonnements. La scène politique actuelle au Mali, est balayée de toute force d’attraction idéologique ou de visions ou compétences politiques. Et prétentieusement, une alliance s’affiche avec deux hommes politiquement maladroits; Moussa Mara (un bilan et comportement d’incertitude à tout moment, même souvent populiste), et pire, maintenant Cheick Modibo Diarra (qui est tout sauf un bon stratège politique).

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

A quoi sert le football ?

16 Juillet


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Champions du monde !

16 Juillet

© Dépêches du Mali 2012 - 2018