Jeudi 18 Octobre 2018
Bannière FISST

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Mortalité infantile des enfants de moins de cinq ans : La prématurité et la pneumonie comme causes principales !

Sous le thème « La prématurité n’est pas une fatalité » notre pays a célébré à l’instar des autres pays du monde la Journée mondiale de la prématurité, couplée au lancement du rapport de Save the Children intitulé ‘’ A bout de souffle’’, dans la matinée du vendredi 17 novembre au Grand Hôtel de Bamako.

L’évènement était présidé par le Secrétaire Général du département de la Santé, Salif Samaké avec, à ses côtés, le représentant de Save the Children, M.Protais NDABAMEVYE.

De nos jours, des études attestent qu’aucune maladie infectieuse ne cause autant de décès parmi les enfants que la pneumonie. Selon le rapport de l’OMS datant de 2015, les causes de décès des enfants de moins de cinq ans sont principalement la prématurité (18%), la pneumonie (15%) et les complications à la naissance (12%).

Selon Protais NBAMEVYE malgré les connaissances actuelles sur les causes et les preuves disponibles sur les interventions et qui pourraient aider à réduire les facteurs de risques, très peu d‘investissements ont été axés sur la prévention et la prise en charge de la naissance prématurée. Cependant, dit-il plus de 75% de décès de bébés prématurés peuvent être évités en l’absence des technologies modernes à travers des méthodes comme les soins (SMK). Cette méthode, dira-t-il, est une alternative aux couveuses, efficace et à moindre cout pour sauver les nouveaux nés. « Pour lutter contre la prématurité et la pneumonie, il faut un système de santé solide et accessible qui atteint les enfants les plus défavorisés » a-t-il laissé entendre.

Pour sa part, Salif Samaké dira, dès l’entame de son intervention, que le département de la Santé a compris que pour sa participation effective, dans la politique générale du Premier ministre Abdoulaye Idrissa Maïga il devrait déclencher une réforme. C’est pourquoi, dit-il, le ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique a procédé au lancement de la dite reforme afin de révolutionner le secteur de la santé au Mali.  A ses dires, cet outil prend en compte les soucis exprimés dans le cadre de l’amélioration de la santé.

Parlant de la prématurité, il dira qu’il serait important de revisiter les différentes phases de vie afin de savoir à laquelle le risque de décès des enfants de moins de cinq ans est le plus élevé. Une fois décelées, dit-il, les questions doivent être adressées à cette phase afin de développer des stratégies de prise en charge.  C’est pourquoi, ajoutera-t-il, qu’au-delà de la stratégie pour la réduction de la mortalité maternelle et infantile se trouve une dynamique qui focalise l’attention sur la prématurité et la pneumonie.

Abordant les pistes de solutions par rapport à ce problème, il préconisera la réorganisation du service de la santé à travers la nouvelle réforme lancée. De même qu’une accentuation du suivi prénatal par les femmes en leur période de grossesse. C’est à ce niveau, soutient-il, que beaucoup de problèmes relatifs au décès des enfants de moins de cinq ans peuvent être évités.

Par Moïse Keïta

Source: Le Sursaut

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Sory  Ibrahim Guindo, journaliste : « En réponse à la lettre circulaire du ministre des Finance, Boubou Cissé, ordonnant une rétention du salaire des magistrats grévistes, le syndicat des magistrats affirment une sombre affaire de 3,5 milliards CFA disparu à l'hôtel des Finances.

C'est maintenant que nos braves magistrats se sont souvenus de cette scabreuse affaire. Au Mali, chacun défend sa sauce. L'Etat vous paye pour lutter contre la corruption et la délinquance financière, vous vous taisez. Maintenant que l'on menace de vous couper les vivres, vous nous balancer ça ».

 

Blog

« Quand le pays sombre dans la politique politicienne, la démocratie se résume aux luttes électoralistes »

Une petite rétrospective sur la lutte des pères de l’Independence, et du vent de démocratie qui souffla sur l’Afrique dans les années 1990, fait constater aisément l’échec cuisant de toute la classe politique actuelle.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Les routes au Gondwana

18 0ctobre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Mali: un nouvel espoir de paix?

18 Octobre

© Dépêches du Mali 2012 - 2018