Lundi 25 Juin 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Formation en bio-informatique axée sur les études des parasites du paludisme : Les participants reçoivent leur attestation

Après six semaines de formation d’affilée qui a comporté des exercices pratiques, des cours théoriques sur la bio-informatique axée sur les études des parasites du paludisme, les 30 participants venus de 13 pays d’Afrique ont reçu leur attestation. C’était au cours d’une cérémonie organisée par l’université des sciences techniques et de technologie de Bamako, le vendredi 25 août, à la Faculté de médecine.

Dans le cadre du programme Delgeme qui est un programme de développement de capacité en ressources humaines dans le domaine de la bio-informatique axée sur les études des parasites du paludisme, l’université des sciences techniques et de technologie a organisé un atelier international de formation à l’intention de 30 étudiants inscrits au niveau Master, PHD et post-doctorat dans plusieurs universités en Afrique. Après six semaines de formation, les participants ont reçu leur attestation lors d’une cérémonie organisée à cet effet.

Cette cérémonie de remise d’attestation a été présidée par le recteur de l’université des sciences techniques et de technologie, le Pr. Adama Djaman Keïta, en présence du directeur du programme Delgeme, le  Pr. agrégé Abdoulaye Djimdé. Selon ce dernier, l’organisation de cette formation est due au fait que la bioinformatique est une discipline récente où il y a un besoin important d’expertise et de capacité sur le continent africain. «C’est pour cela que nous avons monté ce programme enfin de faire face à cet déficit d’expertise humaine en ressources humaines dans le domaine de bio-information, qui est un outil indispensable maintenant pour mieux comprendre les parasites du paludisme», a-t-il déclaré.

Le Pr. Abdoulaye Djimdé a indiqué que c’est une première phase de la formation qui a concerné les étudiants qui sont inscrits au niveau Master, PHD et post-doctorat dans plusieurs universités en Afrique. «Nous les avons regroupés ici pour leur donner une formation additionnelle qui va leur faciliter les études qu’ils ont en train de faire dans ces universités», a-t-il ajouté.

Le recteur de l’université des sciences techniques et de technologie  de Bamako, le Pr. Adama Djaman Keïta, a exprimé, dans son intervention, un sentiment de fierté et de joie. Selon lui, parmi les participants, il y a de hauts scientifiques, en l’occurrence des médecins, des biologistes, des pharmaciens qui font beaucoup de publications dans les revues scientifiques, les plus cotées à travers le monde. Le recteur s’est réjoui aussi de la participation accrue de femmes à cette formation qui s’élève à 43%, avant de noter que c’est un cycle de formation qui va se poursuivre.

Diango COULIBALY

Source: Le Reporter

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Interview de Hamed Diane SEMEGA Haut Commissaire de l'OMVS

Coup d'gueule

Modibo Fofana, journaliste : « Le Mali souffre de cinq maux: l'obscurantisme, l'analphabétisme, l'opportunisme, le népotisme et le "situationnisme" »

Blog

 « Cheick Modibo Diarra et Moussa Mara, deux hommes politiquement maladroits »

« Cheick Modibo Diarra et Moussa Mara, deux combinaisons dangereuses pour le Mali » 

« On ne dirigera pas ce pays par tâtonnements. La scène politique actuelle au Mali, est balayée de toute force d’attraction idéologique ou de visions ou compétences politiques. Et prétentieusement, une alliance s’affiche avec deux hommes politiquement maladroits; Moussa Mara (un bilan et comportement d’incertitude à tout moment, même souvent populiste), et pire, maintenant Cheick Modibo Diarra (qui est tout sauf un bon stratège politique).

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Quitter la CPI (Rediffusion)

25 Juin


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Inondations en Côte d'ivoire: pourquoi le bilan est-il si lourd?

25 Juin

© Dépêches du Mali 2012 - 2018