Mercredi 13 Décembre 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Medias publics : Sur Africable, le Premier ministre “tue” le DG de l’ORTM

Lors de la toute récente interview accordée par le Premier ministre Abdoulaye I. Maïga à la chaine TV Africable à l’occasion de ses 100 jours à la Primature, l’homme a clairement reconnu et félicité les multiples efforts de la chaine continentale pour sa large diffusion de l’information tout en administrant une belle gifle au directeur général de l’ORTM, Sidiki N’fa Sidiki Konaté, que le PM accuse ouvertement de ne très souvent rien faire pour que les Maliens jouissent pleinement des fruits du média public car, en lieu et place d’une chaîne privée, la mise en place d’un tel plateau incombait d’office à la chaîne nationale.

Ce qui n’a manifestement pas manqué de frustrer le premier responsable de l’ORTM qui n’en pouvait que se sentir publiquement humilié.

Il n’est un secret pour personne que l’Office de radiodiffusion et télévision du Mali (ORTM) a depuis bien longtemps démissionné de ses fonctions régaliennes d’information, d’éducation et de sensibilisations des populations maliennes au profit de la bonne marche de l’Etat et de ses institutions.

Aujourd’hui, l’ORTM, par la faute de cadres aussi serviles et sans personnalité que N’fa Sidiki Konaté, a presque fini par se transformer en une propriété exclusive de la famille présidentielle qui l’instrumentalise à sa guise. Jamais, notre chaîne publique n’a autant fait montre de partialité conduisant à un tel degré l’indignation.

A titre d’exemple, depuis l’initiation par IBK, du projet combien illégitime et diviseur de référendum constitutionnel, l’ORTM semble ne devenir désormais qu’un patrimoine au seul service d’Ibrahim Boubacar Kéita et ses thuriféraires. Ainsi, lorsque l’initiative avait commencé à propager des odeurs nauséabondes en prenant des dimensions prolégomènes, le même Sidiki N’fa Sidiki Konaté avait (sur fond d’une conditionnalité aussi aberrante que ridicule) refusé un débat contradictoire à la Plateforme “An tè A bana, Touche pas à ma Constitution !”, au profit du camp du oui dont une large couverture médiatique sera jusqu’ici accordée aux différentes manifestations.

C’est cette attitude honteuse et révoltante venant du directeur général, qui provoquera un sit-in organisé devant le siège de l’ORTM par les Collectifs “Trop c’est trop !” et “Ça suffit !”, et lequel sera ensuite empêché par la brutalité illégale d’une horde de loubards. Une œuvre savamment commanditée par N’fa Sidiki Konaté, lui-même, en complicité avec d’autres sbires du régime.

L’information étant l’usufruit de tous, et non, la nue-propriété de personne, il est grand temps pour “l’homme de toutes les sauces”, de se ressaisir et cesser de faire de l’ORTM, le tam-tam de la présidence ou démissionner pour son propre honneur.

Dilika Touré.

Source : La Sirène 11 Août 2017

 

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

 IBK à propos de l’argent : "je ne suis pas un homme d'argent et les Maliens le savent »

«  J'ai été le plus pauvre des principaux candidats à l'élection de 2013 et je ne suis pas devenu le plus riche des présidents...Le montant de souveraineté dont je dispose est ridicule...Je pioche dans mes réserves personnelles pour financer des activités sociales. Je déclare mes biens chaque année et je viens de contracter un prêt pour construire une maison...Mon modeste compte (à l'étranger) à l'agence parisienne de la BMCE est débiteur de 137 euros… ». 

Blog

 Paradis fiscaux : quatre pays de l'Union européenne méritent d'être sur liste noire, selon Oxfam

http://depechesdumali.com/blog/paradis-fiscaux-quatre-pays-de-lunion-europeenne-meritent-detre-sur-liste-noire-selon-oxfam/

Alors que la Commission européenne doit dévoiler sa liste noire des paradis fiscaux le 5 décembre, l'ONG prend Bruxelles de court et énumère ce mardi les 35 pays, hors-Union européenne, qui mériteraient d'y figurer.

Après les "SwissLeaks", les "LuxLeaks" et les "Panama Papers"... les révélations récentes des "Paradise Papers" - sur les pratiques d'optimisation (parfois de fraude) fiscale des grandes entreprises et fortunes de ce monde - exercent une pression supplémentaire sur les décideurs politiques. A ce titre, la Commission européenne, désireuse de frapper "au portefeuilles" les fraudeurs, doit dévoiler le 5 décembre sa liste noire des paradis fiscaux.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

A quoi servent les sommets ?

13 Décembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Togo: vers un dialogue?

13 Décembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2017