Jeudi 20 Juillet 2017
Journée porte ouverte Binthily

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Promotion de la planification familiale : LE PLAIDOYER DE KEMEKAFO

La localité a abrité la cérémonie de la Journée mondiale de la population célébrée mardi, dont le thème principal était le PF.A l’instar des autres pays, le Mali a célébré, mardi dernier, la Journée mondiale de la population.

Cette année, c’est la commune rurale de Kémékafo, dans le Cercle de Dioïla qui avait été choisie pour abriter la cérémonie. Celle-ci était présidée par le ministre de l’Aménagement du Territoire et de la Population, Adama Tiémoko Diarra, en présence de ses collègues de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, Mme Traoré Oumou Touré, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Assétou Founé Samaké Migan.

Y étaient aussi le ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable Mme Keita Aïda M’Bo et la représentante résidente du Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA), Josiane Yaguibou. « La planification familiale (PF) : un moyen pour autonomiser les personnes et développer les nations », tel était le thème principal de la Journée. Sur les banderoles déployées pour l’occasion, on pouvait lire entre autres slogans : « Pères, pour une famille épanouie, encouragez vos femmes à utiliser les méthodes contraceptives modernes pour l’espacement des méthodes », « Homme, une femme autonome est votre meilleure alliée pour le bien-être de votre famille. Soutiens-la dans ses initiatives », entre autres.

Située à 212 km de Bamako, la commune rurale de Kémékafo peuplée de 30 849 âmes. L’élevage, la pêche et l’exploitation minière sont les activités dominantes.

Le choix de la localité se justifie par un taux de natalité élevé estimé à 3,3% et les mariages précoces. C’est en 1989 que les Nations unies ont institué le 11 juillet comme la Journée mondiale de la population pour assurer le plaidoyer mais aussi l’information et la sensibilisation dans le monde.

Le ministre de l’Aménagement du Territoire et de la Population a souligné qu’au Mali, la faible utilisation des services de santé de la reproduction, en général et de la planification, en particulier, augmente les maladies et décès d’enfants de moins d’un an et des femmes pendant ou après l’accouchement.

Au Mali, on estime que plus de 900 000 décès infantiles pourraient être évités d’ici 2025, si la population augmentait le taux de l’utilisation des contraceptives.

Pour le ministre, un meilleur accès des femmes aux services de PF permettra de diminuer le taux de mortalité infantile. Il s’est dit convaincu que libérée des tâches maternelles, la femme pourrait s’investir davantage dans les activités économiques susceptibles d’assurer son plein épanouissement. « Notre sous-région est caractérisée par une baisse de la mortalité infantile tandis que les taux de fécondité restent les plus élevés au monde », a-t-il précisé.

Et d’ajouter que cette situation entraine une structure d’âge défavorable qui entrave considérablement la croissance économique.

Selon lui, le gouvernement du Mali est résolument engagé, à travers les projets et programmes de développement sectoriels, à promouvoir, entre autres, la femme, l’éducation, la santé, l’emploi. Il a également remercié l’UNFPA, la Banque mondiale pour leur accompagnement. Quant à Josiane Yaguibou, investir dans la PF, c’est investir dans la santé et dans le droit des couples à décider librement de la taille espérée de leur famille. La représentante résidente du Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA) a expliqué que la Région de Koulikoro est parmi celles qui enregistrent les plus forts taux de fécondité au Mali.

Cette situation peut-être mise en rapport avec le niveau et les conditions de vie des populations de la Région qui comptabilisait en 2012 plus de 50% de sa population vivant dans la pauvreté contre une moyenne nationale de 43%.

Par ailleurs, Josiane Yaguibou, a réitéré son engagement auprès du gouvernement afin que chaque femme ait accès aux services de santé de la reproduction et de la PF.

Le maire de Kemekafo Amadou Sidibé a exprimé toute sa gratitude pour la réalisation de la rencontre dans sa commune.

Ces genres de rencontres permettent aux autorités de toucher du doigt la réalité de Kémékafo. « J’espère que cecla permettra aux habitants de Kemekafo de se développer mais aussi d’informer les femmes et jeunes filles sur les avantages du PF», a-t-il évoqué.

Parlant des difficultés, le maire de Kémékafo a souligné l’état de dégradation de la route Dioila-Kémékafo. « La réalisation de cette voie nous soulagera », a-t-il espéré.

En outre, Amadou Sidibé a souhaité de nouvelles mesures sur l’exploitation minière afin d’améliorer la qualité de l’eau dans sa commune.

Mariam F. Diabaté

Source : L’Essor

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Coup de gueule

Aliou Boubacar Diallo, à propos de la révision constitutionnelle : « La priorité est la stabilisation du pays et non un référendum »

Il y a quelques jours, j'ai été très étonné d'entendre certains responsables du pays affirmer qu'il n'y avait plus aucune belligérance entre les parties signataires de l'accord de paix, que l'intégrité du territoire national n'était nullement violée et que nous devrions accepter d'aller vers un référendum Constitutionnel.

Lire la suite

Blog

 Réforme Constitutionnelle : « dégonflez tous les biceps, Monsieur le Président ! »

A travers sa lettre ouverte à Ibrahim Boubacar Keïta, l’ancienne première dame du Mali, Pr Adame Ba Konaré, fait une sortie sans concession contre l’entêtement du président de la République à faire passer une constitution qui suscite des dissensions sans précédent au sein de la société malienne.

Lisez le regard de l’historienne !

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Diplômés pistonnés (Rediffusion)

20 Juillet


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La santé des chefs d'Etat: un secret médical?

20 Juillet

© Dépêches du Mali 2012 - 2017