Vendredi 22 Septembre 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Système biométrique de la CANAM : Des journalistes outillés

D’ici à la fin de l’année, tous les adhérents à l’Assurance maladie obligatoire (Amo) de la Caisse nationale d’assurance maladie (Canam) auront leur carte biométrique. C’est qui ressort de la journée de débriefing des journalistes sur le mécanisme d’enrôlement biométrique de l’Amo à Kayes, le 8 juillet, après une caravane de visite aux CS-Réf de Kolokani, Diéma et Nioro du Sahel.

Dans le cadre de son partenariat avec la Canam, l’Association des éditeurs de la presse privée du Mali (Assep) a organisé du 7 au 8 juillet une caravane sur les sites d’enrôlement biométrique de l’Amo dans la région de Kayes et Kolokani (Koulikoro).

Accompagnés des experts de la Canam, les caravaniers, au nombre d’une trentaine, se sont d’abord rendus à Kolokani, Diéma et Nioro du Sahel. Dans ces localités, les journalistes ont échangé avec les médecins des Centres de santé de référence (CS-Réf) sur les services de l’Amo à leur niveau.

Aux hommes des médias et l’expert de la Canam, ils ont fait part des difficultés auxquelles ils sont confrontés dans la prestation de service aux assurés et exprimé leurs besoins. Les difficultés ne sont autres que des cas de fraude et les besoins portent sur les instruments de contrôle pouvant lutter contre les pratiques de fraude et identifier les mauvais payeurs de la cotisation.

Le médecin contrôleur de la Canam, Dr. Adama Fofana, a annoncé aux responsables des structures sanitaires que le système biométrique prendra en charge toutes leurs préoccupations. Il a informé de l’arrivée très prochaine des équipes dans leurs villes pour l’enrôlement des assurés.

Après les trois cercles, cap a été mis sur Kayes pour la journée de débriefing. Pour le président de l’Assep, Birama Fall, cette journée a pour l’objectif principal de donner des explications à la population au sujet des nombreux atouts que présente l’Amo en général et l’enrôlement biométrique des assurés en particulier et surtout son impact sur la lutte contre la fraude.

“Même si l’Amo a connu au départ quelques difficultés de communication, force est de reconnaître à ce jour que c’est l’une des meilleures réformes jamais initiées par le Mali. Aujourd’hui, ils sont des centaines, voire des milliers de nos concitoyens à bénéficier de ses bienfaits. Ceux-ci ne cessent de louer son initiative”, a expliqué le président de l’Assep. Birama Fall a ajouté que l’Amo fait des émules dans la sous-région et plusieurs pays s’en inspirent, comme la Côte d’ivoire. “C’est des raisons pour lesquelles l’Assep s’engage dans sa communication”, a-t-il soutenu.

Le représentant du directeur général de la Canam a souligné que la Caisse s’est fait un défi de collaborer avec les structures faitières de la presse pour véhiculer les messages idoines concernant ses préoccupations, concernant l’évolution du régime d’assurance maladie pour relever les défis.

Pour Oumar Tiémoko Sangaré, l’Amo est un combat contre la barrière financière à l’accès aux soins et le système d’information intégré à l’identification biométrique est un moyen pour lutter contre la fraude dans sa mise en œuvre.

Au cours de la journée, Sériba Traoré, agent à la Canam, a présenté le nouveau système aux journalistes, ses technologies et ses avantages.

“Le système permettra, pour les structures de gestion de l’Amo, la détection et la lutte contre la fraude, l’augmentation de la productivité et l’optimisation des coûts de gestion. Pour les prestataires conventionnés, le nouveau système va permettre de réduire des coûts et des circuits administratifs, la célérité du traitement des feuilles de soins, la traçabilité des opérations avec les structures de gestion de l’Amo et l’accès à des services complémentaires au travers d’un portail dédié. Quant aux assurés, ça va permettre la simplification des démarches administratives, l’accès à des services complémentaires et la disponibilité dans le délai légal des cartes d’assuré”, a-t-il détaillé.

L’installation du réseau d’interconnexion a commencé en 2016 et se poursuivra jusqu’en 2018, tout comme l’enrôlement et la distribution des cartes biométriques à puce. Pour l’agent de la Canam, tous les assurés de l’Amo seront enrôlés et auront leurs cartes biométriques d’ici à la fin de l’année. “Aucune ancienne carte ne sera acceptée après le 31 décembre”, a-t-il insisté.

Maliki Diallo

Source : L'Indicateur du Renouveau  11 Juil 2017

 

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Coup d'gueule

Rokia Traoré à propos de l’insalubrité à Bamako : « Que chacun nettoie devant sa maison ! »

« Je vis à Bamako, mes enfants vont à l'école à Bamako. La différence entre vous et moi c'est que j'ai de l'ambition pour Bamako, Je m'aime en tant qu'africaine et malienne. Je ne vois pas pourquoi la propreté devrait être exclusivement blanche ou européenne. Nous étions propres avant de rencontrer les blancs je crois.

Lire la suite

Blog

 Complicité Algero-Française !

Peut-on avoir une réunion de haut niveau à Alger réunissant autour du Ministre Algérien des Affaires Etrangères les plus hauts fonctionnaires et militaires français pour évoquer la situation au nord du Mali sans les gouvernants Maliens ? Il y a certes une complicité algero-française sur le dos du Mali, mais pas pour le même but. Les gouvernants maliens, comme toujours, semblent être incompétents et inadaptés à la situation qui prévaut actuellement. Le fait que l’ordre du jour ait été consacré au processus de paix sans la participation du Mali laisse la place à la suspicion.

Lire la suite

Youssouf Maïga, PDG de l’OPAM

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La Cour de Récré à l'ONU

20 Septembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] «La RCA a besoin de la Communauté internationale»

21 Septembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2017