Vendredi 23 Juin 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Réglementation pharmaceutique au Mali : Vers l’élaboration d’une stratégie commune par les différentes structures

Le 12 juin 2017, s’est ouvert au Laboratoire National de la Santé (LNS) sous la présidence du Directeur général du LNS, Pr Bénoît Yaranga Koumaré, représentant le département de la santé et de l’hygiène publique, l’atelier d’élaboration d’un plan stratégique de performance dans les mission d’autorité de règlementation pharmaceutique reparties entre le LNS, la Direction de la pharmacie et du médicament (DPM) et l’Inspection de la santé (Is). C’était en présence du représentant du partenaire financier de la formation, Dr Minkaila Djrbila Maiga.

Elle se tient pendant trois jours à l’endroit des représentants des structures en charge de la réglementation pharmaceutique, des structures du ministère de la santé qui ont en charge les grands programmes de lutte contre la maladie , des partenaires techniques et financiers, des pharmaciens régionaux, d’hôpitaux.

L’objectif visé par cet atelier de formation de trois jours selon Pr Bénoît Yaranga Koumaré est d’élaborer un plan d’actions stratégiques de performance dans la mission d’autorité de la réglementation pharmaceutique au Mali réparties le LNS, la Dpm et l’Is et mettre en place les outils de suivi.

Le but visé par l’atelier, indique Dr Minkaila Djrbila Maiga, est pour la mise en œuvre de la PPN adoptée par le gouvernement en 2012 à travers son premier plan stratégique qui prévoit dans son volet «système d’assurance qualité». «Adopter un cadre de coordination entre les différentes structures impliquées dans le système d’assurance qualité, et conduire un programme de suivi de la qualité des médicaments après leur mise sur le marché                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                    », a-t-il. La raison qui fait que cette coordination est une nécessité au Mali, souligne-t-il, car il ne peut avoir de résultat cohérent que si les actions sont conduites de façon cohérente et efficace avec célérité requise. Cette célérité et efficacité, poursuit-il, peuvent être entravées par les contraintes du fonctionnement administratif et les incompréhensions personnelles.

L’adaptation consiste à instituer un système de coordination formelle entre ces trois structures pour l’assurance de la qualité des médicaments et la sécurité des populations qui peut être menacée par l’utilisation de mauvais médicaments. Il est urgent d’aller à cette coordination formelle pour plus d’efficacités aujourd’hui, souligne Dr Minkaila Djrbila Maiga, car on n’a une menace très grave qui est réelle.

«La mondialisation et la crise économique qui a engendré dans le domaine de l’industrie pharmaceutique, l’avènement des médicaments multi sources, le changement climatique accéléré qui n’est pas suivi par les technologies relatives aux études de stabilité des médicaments sous différentes conditions climatiques, etc.»

Hadama B. F

Source : Le Républicain 14 Juin 2017

 

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Coup de gueule

Kiè Jean Marie Sanou à propos du projet de révision constitutionnelle : « Votons non contre le suicide! »

Cette révision est antidémocratique et elle ne servira qu’à renforcer le pouvoir du président en place. Comme on le sait, elle prévoit la création d'un Sénat, dont le 1/3 des membres sera nommé par le président de la République. Avoir la majorité au Sénat et avoir la majorité à l'Assemblée Nationale c'est avoir tout le pouvoir de faire ce qu'on veut quand on veut, sans avoir à rendre compte à qui que ce soit.

Un piège dangereux car désormais c'est le président de la République qui nommera le président de la cour constitutionnelle devant qui il prêtera serment (avant c'était devant la cour suprême). En Afrique surtout au Mali lorsque tu nommes quelqu'un il devient ton obligé du coup il ne peut plus rien te refuser.

Votez oui c'est trahir nos enfants !!!

Kiè Jean Marie Sanou

Blog

Hawa Dème, à propos du projet de révision constitutionnelle au Mali : « Réviser la Constitution est dangereux, nauséabond et suspect »

Le moins que l'on puisse dire, c'est que le projet de révision de la constitution du Mali fait débat. Le texte a suscité l'indignation générale. A l'intérieur comme dans la diaspora, la résistance s'organise sur le terrain, mais aussi dans la plume

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Président-Fondateur ne prendra pas de vacances

22 Juin


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Thomas Sankara : le mystère demeure

22 Juin

© Dépêches du Mali 2012 - 2017