Vendredi 23 Juin 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Usine de fabrication de cartons : La bonne cadence

Une unité de production d’emballages de 10000 m2 de bâtiments industriels et administratifs sera érigée sur un site de 4 hectares à Kamalé Soba à 35 km de Bamako

Conformément à son calendrier de la visite périodique dans les entreprises industrielles, le patron du département du Développement industriel, Mohamed Aly Ag Ibrahim, accompagné d’une forte délégation dont plusieurs journalistes, a effectué le jeudi 8 juin 2017, une visite à l’unité de production d’emballages (carton et papier) de la Société « SCS Malienne de cartonnerie ». Situé à Kamalé Soba dans la commune rurale du Mandé, à quelques 35 km de Bamako.

Cette unité de production d’emballages de carton et papier de 10000 m2 de bâtiments industriels et administratifs sera érigée sur un site de 4 hectares. À son démarrage l’unité emploiera 64 personnes à plein temps et 200 en emplois saisonniers avec un objectif de doubler au terme de la 3ème année d’exploitation.  Le coût total de la réalisation de cette unité industriel s’élève à 6 milliards de FCFA, pour une production moyenne de 20 000 tonnes de cartons par an. A travers cette visité, le ministre du Développement Industriel, voulait s’imprégner l’état d’avancement des travaux de belle initiative premier du genre au Mali.

A son arrivée sur le site de ladite usine, le Ministre Ag Ibrahim et sa délégation ont été accueilli avec beaucoup d’honneur et du respect, par le Président du groupe de la Société « SCS Malienne de cartonnerie », Moussa Silvain Diakité, accompagné du Sous- préfet de Kalaban Coro, Cissé Aminata Diallo, du maire de la commune rurale du Mandé, Moussa Camara.

Après usages des salutations, le ministre Ag Ibrahim, et sa suite ont eu droit à une visité guidée conduite par le président du groupe SCS. Selon les statistiques les besoins du  Mali en matière d’emballage par an sont estimés à 10 000 tonnes. Alors que cette unité qui est en phase d’implantation a une capacité de production de 20 000 tonnes. Selon le promoteur, une fois que cette unité sera opérationnelle, le Mali aura son indépendance en matière de fabrication d’emballage.

Pour un besoin en électricité estimé à 2 mégawatts, selon le promoteur, sa société prévoit l’installation d’une centrale photovoltaïque qui pourra produire 4 mégawatts. Le surplus d’énergie, soit 2 mégawatts, sera vendu à l’EDM SA. Lors des échanges, le premier responsable de l’entreprise a évoqué quelques difficultés qui ont ralenti les travaux de construction de cette unité industrielle. Il s’agit, entre autres, de la mobilisation des ressources nécessaires ; la mise en œuvre des avantages accordés dans le cadre du Code des investissements, ainsi la lourdeur administrative.

Le ministre, Mohamed Ag Ibrahim, a d’abord félicité le promoteur pour le choix du domaine de la cartonnerie qui constitue un maillon manquant de l’industrie malienne, avant de mettre l’accent sur l’accompagnement de l’Etat à travers la diligence dans la délivrance des documents administratifs nécessaire à la réalisation du projet et l’appui éventuel du Fonds de Garantie du Secteur Privé par rapport à la mobilisation des ressources. Il a également rappelé l’importance accordée au secteur par l’Etat en matière de la protection de nos unités industrielles et de leur environnement, conformément à la vision du président de la République SE Ibrahim Boubacar Keita.

AMTouré

Source: 22 Septembre

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Coup de gueule

Kiè Jean Marie Sanou à propos du projet de révision constitutionnelle : « Votons non contre le suicide! »

Cette révision est antidémocratique et elle ne servira qu’à renforcer le pouvoir du président en place. Comme on le sait, elle prévoit la création d'un Sénat, dont le 1/3 des membres sera nommé par le président de la République. Avoir la majorité au Sénat et avoir la majorité à l'Assemblée Nationale c'est avoir tout le pouvoir de faire ce qu'on veut quand on veut, sans avoir à rendre compte à qui que ce soit.

Un piège dangereux car désormais c'est le président de la République qui nommera le président de la cour constitutionnelle devant qui il prêtera serment (avant c'était devant la cour suprême). En Afrique surtout au Mali lorsque tu nommes quelqu'un il devient ton obligé du coup il ne peut plus rien te refuser.

Votez oui c'est trahir nos enfants !!!

Kiè Jean Marie Sanou

Blog

Hawa Dème, à propos du projet de révision constitutionnelle au Mali : « Réviser la Constitution est dangereux, nauséabond et suspect »

Le moins que l'on puisse dire, c'est que le projet de révision de la constitution du Mali fait débat. Le texte a suscité l'indignation générale. A l'intérieur comme dans la diaspora, la résistance s'organise sur le terrain, mais aussi dans la plume

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Président-Fondateur ne prendra pas de vacances

22 Juin


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Thomas Sankara : le mystère demeure

22 Juin

© Dépêches du Mali 2012 - 2017