Vendredi 20 Avril 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Hivernage à Bamako : Dire non aux déverseurs d’ordures dans les caniveaux !

La saison des pluies s’installe. Changements climatiques obligent. Il s’agit surtout d’un moment crucial, de mobilité et de grande pression pour les agents publics et les acteurs privés impliqués dans la gestion des déchets et ordures dans les grands centres urbains.

A Bamako, la situation est encore plus préoccupante eu égard à plusieurs facteurs. Tous en parlent, mais lorsque ça déborde, chacun cherche à accuser son vis-à-vis. Malgré des gros efforts consentis de part et d’autre,  Bamako, ville des trois caïmans, est sale. De Bamako, ville sale…à Bamako, la coquette et «la» propre, des actions sont en cours pour relever ce défi. Des projets de loi aussi. Assainir Bamako, demeure une épine sous les pieds des autorités municipales. Pendant ce temps, on assister à la montée des tas d’ordures comme des champignons. Pour  palier  aux effets néfastes de cette insalubrité notoire à multiples inconnues, chaque année, à l’approche de l’hivernage, la mairie centrale et les six autres municipalités entreprennent des opérations de curage de caniveaux et de grands collecteurs sur les grands artères et à l’intérieur des quartiers. L’objectif principal est de faciliter l’écoulement des ruissèlements d’eau de pluies et autres liquides usés afin d’anticiper les risques d’inondations entrainant le plus souvent des pertes en vies humaines et de dégâts matériels collatéraux très importants. Aujourd’hui, ces travaux s’opèrent  et ils sont visibles. Cependant, l’arbre ne doit pas cacher la forêt. Force est de faire le triste constat de certains comportements malsains émanant des ceux-là, qui par irresponsabilité ou par indifférence, déversent des déchets d’ordures dans ces caniveaux et collecteurs. Ces gestes réduisent voire empêchent les eaux de couler normalement. Face à cette situation, force doit rester à la loi. L’autorité de l’Etat doit sévir pour que ces centaines de millions de nos francs puissent servir à contribuer au renforcement de la santé des populations à travers  un assainissement des espaces. Il est important de veiller sur ces travaux comme du lait sur le feu. Dans la même veine, des mesures répressives doivent également être prises pour sanctionner les individus qui seront reconnus coupables de ces actes ignobles.

Mme Traoré Henriette Samaké

Source : Aube d'Afrique  7 Juin 2017

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Choguel Kokala Maïga est complice dans le massacre de 200 enfants du Mali le 26 mars 1991 », Dixit Aguibou Koné, ancien de l’AEEM et candidat à la présidentielle 2018

« Choguel Maïga ? Un complice passif des massacres qui doit sa liberté au choix de la réconciliation nationale décidée après le 26 mars; car trop de gens étaient mouillés dans le massacre des enfants du Mali : plus de 200 morts en 4 jours, des milliers de blessés.

Lire la suite

Blog

« Si nous disons la vérité en faisant preuve d'humilité et de bon sens, le Mali va se redresser »

La classe politique dirigeante depuis 1960 y compris Moussa Traoré lui même est celle formée par l'USRDA. Que l'ADEMA et ses partis fils aient imposé une culture de parti unique de fait, ne doit étonner personne, pas plus que leur corruption.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Candidat sans casier

19 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Appels sur l'Actualité à Bouaké

19 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2018