Vendredi 23 Juin 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

PRODESS III 2017 : Le comité technique fait le point

Cette rencontre entre techniciens et experts du Programme décennal pour la santé a permis d’exposer les rapports d’activités 2016 et les plans opérationnels 2018. A chaque étape franchie,  les cadres  des secteurs de la santé, du développement social et de la promotion  de la famille se retrouvent pour  évaluer les résultats obtenus et même temps dégager des projections pour  la période à venir. 

C’est  dans ce cadre qu’ils se sont retrouvés pour la énième fois  autour d’un atelier de deux jours dans la salle des conférences de la  Maison des Ainés de Bamako.

Ténu du 30 au 31 mai dernier, cet atelier  a été organisé par la Cellule de planification et de statistique de ces trois départements ministériels. C’est  pourquoi, la cérémonie d’ouverture des travaux a été présidée par  le Secrétaire général du ministère de la santé et de l’hygiène publique Bakaye Diarra, assisté de ses homologues du développement social et de la promotion de la famille. Etaient également présents le  chef de file des Partenaires techniques et financiers (Ptf ) du secteur de la santé et le représentant de la société civile et non moins président de la Fenascom Yaya Zan Konaré.

Le chef de file  des Ptf du secteur de la santé dira que la tenue de ce comité s’inscrit en droite ligne des objectifs du Cadre stratégique pour la relance  économique et le développement durable du pays pour une bonne mise en œuvre du Prodess. Après avoir  reconnu les efforts déjà consentis par le gouvernement du Mali,  elle pense que d’énormes défis restent  encore à relever.  Il s’agit entre autres : les réformes pour les ressources humaines en santé ; la vulgarisation et l’application de la loi sur l’audit des décès maternels et du manuel de procédures financières du Prodess ; la mise en place d’un système de financement soutenable pour la disponibilité des soins de santé au Nord ; le manque de financement du système de santé au Nord ; le défi démographique en matière de planification familiale etc.

Pour le  représentant de la société civile, cette réunion technique  offre une opportunité à leurs organisations faitières, de s’engager pleinement dans la planification et  dans la budgétisation des actions liées aux trois thématiques du Prodess III d’ici fin 2018. Yaya Zan Konaré a aussi rappelé  certaines de leurs préoccupations qu’ont été prises en compte par les plus hautes autorités du pays.

Il s’agit de l’adoption des différents plans stratégiques ; la dynamisation de la bonne collaboration entre tous les acteurs et l’avancée notoire des chantiers de la réforme et aussi de la couverture sanitaire universelle, le RAMU (Régime d’Assurance Maladie Universelle. Aussi, le président de la Fenascom a plaidé pour la prise  en compte des préoccupations telles que  la reprise effective et l’augmentation des subventions allouées aux organisations de la société civile ; la mobilisation des ressources pour le financement des actions planifiées et validés par le comité technique etc.

Après avoir salué l’accompagnement des Ptf dans la mise  du Prodess, le Secrétaire général du ministère de la santé a mis en exergue les éléments qui ont fait l’objet de discussion de cette réunion technique. Celle-ci a porté sur  les infrastructures, les équipements, les ressources humaines et financières, les activités programmées et réalisées au titre de l’année 2016 et celles programmées pour 2018. «  Cette rencontre a permis de faire l’état d’exécution technique et financière des Plans opérationnels (PO) 2016 de ces différents ministères  et les Po de 2018 ». Il a également rassuré la Cps de la disponibilité de son département pour la mise en œuvre des recommandations issues de cet atelier.

Diakalia M DEMBELE

Source: 22 Septembre

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Coup de gueule

Kiè Jean Marie Sanou à propos du projet de révision constitutionnelle : « Votons non contre le suicide! »

Cette révision est antidémocratique et elle ne servira qu’à renforcer le pouvoir du président en place. Comme on le sait, elle prévoit la création d'un Sénat, dont le 1/3 des membres sera nommé par le président de la République. Avoir la majorité au Sénat et avoir la majorité à l'Assemblée Nationale c'est avoir tout le pouvoir de faire ce qu'on veut quand on veut, sans avoir à rendre compte à qui que ce soit.

Un piège dangereux car désormais c'est le président de la République qui nommera le président de la cour constitutionnelle devant qui il prêtera serment (avant c'était devant la cour suprême). En Afrique surtout au Mali lorsque tu nommes quelqu'un il devient ton obligé du coup il ne peut plus rien te refuser.

Votez oui c'est trahir nos enfants !!!

Kiè Jean Marie Sanou

Blog

Hawa Dème, à propos du projet de révision constitutionnelle au Mali : « Réviser la Constitution est dangereux, nauséabond et suspect »

Le moins que l'on puisse dire, c'est que le projet de révision de la constitution du Mali fait débat. Le texte a suscité l'indignation générale. A l'intérieur comme dans la diaspora, la résistance s'organise sur le terrain, mais aussi dans la plume

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Président-Fondateur ne prendra pas de vacances

22 Juin


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Thomas Sankara : le mystère demeure

22 Juin

© Dépêches du Mali 2012 - 2017