Vendredi 23 Juin 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Quinzaine de l’environnement : Mopti capitale de l’environnement

Pour préserver la nature, le ministère de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable et ses partenaires ont lancé hier la 18e édition de la Quinzaine de l’environnement, prévue du 5 au 18 juin prochains à Mopti.

La conférence était présidée par le chef du cabinet du ministère de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable, Mme Gologo Aminata Diarra. Selon elle, la Quinzaine de l’environnement est une campagne de sensibilisation  qui s’inscrit dans la continuité. Deux thèmes évocateurs seront débattus pour rapprocher la population de la nature.

L’objectif visé, selon les acteurs, “est la restauration des terres et l’arrêt du commerce illicite  de la biodiversité et la destruction de nos terres”, a affirmé Mme Gologo Aminata Diarra.

La  lutte contre ce fléau est un cri majeur pour le ministère de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable, a-t-elle ajouté. Elle a invité les Maliens à préserver nos terres et demandé l’implication de tout un chacun.

La directrice adjointe de l’AEDD, Mme Makalou Awa Anoune Mare, a déclaré que cette Quinzaine est un  évènement phare “car il y aura une campagne d’échange, de concertation sur les problèmes fondamentaux”.

Adama Diabaté

Stagiaire

Source: L'Indicateur du Renouveau

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Coup de gueule

Kiè Jean Marie Sanou à propos du projet de révision constitutionnelle : « Votons non contre le suicide! »

Cette révision est antidémocratique et elle ne servira qu’à renforcer le pouvoir du président en place. Comme on le sait, elle prévoit la création d'un Sénat, dont le 1/3 des membres sera nommé par le président de la République. Avoir la majorité au Sénat et avoir la majorité à l'Assemblée Nationale c'est avoir tout le pouvoir de faire ce qu'on veut quand on veut, sans avoir à rendre compte à qui que ce soit.

Un piège dangereux car désormais c'est le président de la République qui nommera le président de la cour constitutionnelle devant qui il prêtera serment (avant c'était devant la cour suprême). En Afrique surtout au Mali lorsque tu nommes quelqu'un il devient ton obligé du coup il ne peut plus rien te refuser.

Votez oui c'est trahir nos enfants !!!

Kiè Jean Marie Sanou

Blog

Hawa Dème, à propos du projet de révision constitutionnelle au Mali : « Réviser la Constitution est dangereux, nauséabond et suspect »

Le moins que l'on puisse dire, c'est que le projet de révision de la constitution du Mali fait débat. Le texte a suscité l'indignation générale. A l'intérieur comme dans la diaspora, la résistance s'organise sur le terrain, mais aussi dans la plume

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Président-Fondateur ne prendra pas de vacances

22 Juin


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Thomas Sankara : le mystère demeure

22 Juin

© Dépêches du Mali 2012 - 2017