Vendredi 23 Juin 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Tedros Adhanom Ghebreyesus, premier Africain élu directeur général de l'OMS

C'est une première. Un Africain a pris la tête de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), l'une des plus importantes institutions du système onusien.

Mardi 23 mai à Genève, Tedros Adhanom Ghebreyesus, ancien ministre éthiopien de la Santé puis des Affaires étrangères, a été élu au poste de directeur général. Il remplacera à partir du 1er juillet la Chinoise Margaret Chan, qui a effectué deux mandats.

Premier directeur africain de l'OMS, Tédros Adhanom Ghebreyesus est également le premier à ne pas être médecin. Il n'empêche, l'ancien ministre a de sérieux états de service. Diplômé en biologie et infectiologie, il a été ministre de la Santé de 2005 à 2012, puis ministre des Affaires étrangères jusqu'en 2016.

Tédros Adhanom Ghebreyesus a présidé le Fonds mondial de lutte contre le Sida, la tuberculose et le paludisme. Institutions pour qui, selon l'OMS, il a décroché des financements records. Aujourd'hui, il est d'ailleurs considéré comme un spécialiste reconnu de la malaria et du VIH.

Son action au sein du gouvernement éthiopien est également saluée. L'OMS rappelle qu'il a réformé en profondeur le système de santé de son pays, entraînant la création de 3 500 centres de santé, l'embauche de milliers d'agents, et l'extension de la couverture maladie.

A 52 ans, c'est donc la consécration pour Tédros Adhanom Ghebreyesus même si son élection ne s'est pas faite sans heurts. Des dissidents éthiopiens l'ont accusé d'avoir été complice dans la répression de la contestation Oromo et Amhara qui a officiellement fait près de 700 morts l'an dernier. Il a aussi été accusé d'avoir dissimulé trois épidémies de choléra quand il était ministre. Des faits démentis par Addis-Abeba.

Sa candidature, soutenue par l'Union africaine, a finalement tenu. « Je veux servir les Etats membres de l'OMS, c'est le seul programme. Remontons-nous les manches », a déclaré Tédros Adhanom Ghebreyesus après son élection.

J'ai vu sa rigueur, sa ténacité, sa vision. Je crois que ça va apporter beaucoup de choses pour notre continent africain...

Dr Claude Emile Rwagacondo, coordinateur pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre de Roll Back Malaria, une organisation de lutte contre le paludisme

Par Sébastien Nemeth

Source : RFI

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Coup de gueule

Kiè Jean Marie Sanou à propos du projet de révision constitutionnelle : « Votons non contre le suicide! »

Cette révision est antidémocratique et elle ne servira qu’à renforcer le pouvoir du président en place. Comme on le sait, elle prévoit la création d'un Sénat, dont le 1/3 des membres sera nommé par le président de la République. Avoir la majorité au Sénat et avoir la majorité à l'Assemblée Nationale c'est avoir tout le pouvoir de faire ce qu'on veut quand on veut, sans avoir à rendre compte à qui que ce soit.

Un piège dangereux car désormais c'est le président de la République qui nommera le président de la cour constitutionnelle devant qui il prêtera serment (avant c'était devant la cour suprême). En Afrique surtout au Mali lorsque tu nommes quelqu'un il devient ton obligé du coup il ne peut plus rien te refuser.

Votez oui c'est trahir nos enfants !!!

Kiè Jean Marie Sanou

Blog

Hawa Dème, à propos du projet de révision constitutionnelle au Mali : « Réviser la Constitution est dangereux, nauséabond et suspect »

Le moins que l'on puisse dire, c'est que le projet de révision de la constitution du Mali fait débat. Le texte a suscité l'indignation générale. A l'intérieur comme dans la diaspora, la résistance s'organise sur le terrain, mais aussi dans la plume

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Président-Fondateur ne prendra pas de vacances

22 Juin


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Thomas Sankara : le mystère demeure

22 Juin

© Dépêches du Mali 2012 - 2017