Vendredi 28 Juillet 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Après 38 jours de grève : Les structures sanitaires fonctionnent à merveille

Après la levée du mot d’ordre de grève obtenue le dimanche dernier, le ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique était parti constater hier l’effectivité de la reprise du travail dans les structures de santé.

C’était lors d’une série de visites conjointement menées avec des responsables du Syndicat de la Santé, de l’Action social et de la Promotion de la Femme et ceux du syndicat des Centres de santé communautaires, dans certaines structures sanitaires de Bamako.

En compagnie des membres de son cabinet, des responsables syndicaux, des chefs de services centraux et rattachés, le ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique, Professeur Samba Ousmane Sow, a visité hier des structures de santé de Bamako. L’objet de ces visites était de s’enquérir de la reprise effective des travaux dans les hôpitaux et centres de santé, après plus d’un mois d’arrêt de travail.

Cette tournée a commencé par le Centre de santé de Banconi, ASCOBA. Là, le chef du département a été satisfait de l’engouement du personnel à prendre en charge le flux de patients accueillis dans cette structure.

Le ministre a pu également constater une bonne disposition du personnel à accompagner le département à relever le défi qui se pose à lui.

Après l’ASACOBA, le cap a été mis sur l’Hôpital du Mali sis à Missabougou à la rive droite.

Le ministre a été accueilli par le directeur Dr Mamadou Adama Kané et son staff. Cette structure hospitalière de troisième référence présentait une affluence de grand jour : les malades se bousculaient devant les guichets pendant que les agents s’affairaient à leur donner satisfaction à différents niveaux de prestations.

Plusieurs services ont été visités par le ministre. Un entretien direct avec le personnel a permis au nouveau chef du département de s’assurer de la détermination des agents à soulager les patients.

La visite du jour a pris fin au Centre de santé de référence de la Commune V.

C’est sous un soleil de plomb que le ministre a été accueilli par le médecin chef et son équipe.

La délégation a visité plusieurs services. Le chantier du service de réanimation a été aussi visité.

Au nom du syndicat national de la santé, de l’action social et de la promotion de la Femme, M. Tangara dira que cette visite conjointe a permis à son syndicat de témoigner de sa solidarité avec le nouveau ministre qui espère réussir sa mission avec le soutien de tous les professionnels du secteurs.

Il a assuré le chef du département de l’engagement du syndicat à l’accompagner dans sa mission.

Pour sa part, le représentant du Syndicat des CSCOM, Dr Daouda Théioro, dira que le personnel de santé est conscient de l’urgence de la situation. Il s’agit, selon lui, de rattraper le retard consenti sur le calendrier vaccinal qui aura été entaché par le mouvement de grève. En d’autres termes, tous les enfants et femmes ayant raté la campagne de vaccination contre les maladies à surveillance épidémiologique seront recherchés et vaccinés.

Un engagement qui convainc le ministre comme quoi la bonne réussite de sa mission implique bien les partenaires sociaux.

Ousmane Daou

Source : L'Indicateur du Renouveau 19 Avr 2017

 

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Coup de gueule

Aliou Boubacar Diallo, à propos de la révision constitutionnelle : « La priorité est la stabilisation du pays et non un référendum »

Il y a quelques jours, j'ai été très étonné d'entendre certains responsables du pays affirmer qu'il n'y avait plus aucune belligérance entre les parties signataires de l'accord de paix, que l'intégrité du territoire national n'était nullement violée et que nous devrions accepter d'aller vers un référendum Constitutionnel.

Lire la suite

Blog

 Réforme Constitutionnelle : « dégonflez tous les biceps, Monsieur le Président ! »

A travers sa lettre ouverte à Ibrahim Boubacar Keïta, l’ancienne première dame du Mali, Pr Adame Ba Konaré, fait une sortie sans concession contre l’entêtement du président de la République à faire passer une constitution qui suscite des dissensions sans précédent au sein de la société malienne.

Lisez le regard de l’historienne !

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Réfugiés économiques... ou de guerre

27 Juillet


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Guinée: vers un troisième mandat d'Alpha Condé?

27 Juillet

© Dépêches du Mali 2012 - 2017