Jeudi 27 Avril 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Grève illimitée des agents de la santé : Les CSCOM et mutuelles de santé se désolidarisent

Dans un communiqué qui nous est parvenu hier, le président de la Fédération nationale des associations de santé communautaire (Fénascom) invite les Associations de santé communautaire (Asaco) et les mutuelles de santé à la reprise immédiate des services dans leurs centres de santé.

Dans un communiqué datant du 8 avril 2017, le président de la Fénascom, Yaya Zan Konaté, présente d’abord ses excuses aux usagers des CSCOM et des Centre de santé de mutuelle (CSM) pour les désagrément occasionnés par la grève illimitée des agents de la santé, du développement social et de la promotion de la famille, en exécution depuis le 9 mars.

« Peut-on ignorer, aujourd’hui le fait que les communautés organisées en ASACO et des mutuelles de santé créent et gèrent leurs CSCOM et CSM qui sont des structures privées à but non lucratif ? », s’interroge Yaya Zan Konaté, président de la Fénasco.

M Konaté assure les populations de la totale mobilisation de ses membres et des démembrements pour la reprise des services effectifs par les agents recrutés sous fonds propre des Asaco et des mutuelles de santé, afin de minimiser les désagréments causés par la grève illimitée.

«Je réaffirme que cette grève illimitée ne concerne pas les personnels recrutés sur fonds propre des Asaco et des mutuelles de santé. Ainsi il est demandé à toutes les Asaco et mutuelles de santé, de reprendre immédiatement le service effectif dans leur CSCOM et CSM», a ordonné le Yaya Zan Konaté, président de la Fénasco.

M Konaté a rassuré que le remplacement du personnel nécessaire payé sous d’autres fonds, ne serait-ce que de façon temporaire.

M.D.

Source: L'Indicateur du Renouveau

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Soeur Gloria SOS

Blog

 Janjo à Edmond Ousmane Traoré, *

*un Homme comme il n’en existe que rarement*

« J’ai mis du temps à t’écrire cet hommage parce que je n’en ai pas eu la force. Chaque fois que j’ai  tenté d’écrire quelque chose, ma plume s’est arrêtée. Il m’a fallu 7 ans pour y arriver. 7 ans, tu t’imagines !

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Au Gondwana, la justice est très très indépendante

26 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Deux ans de crise au Burundi

26 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2017